Comment naissent les poulpes ?

Les poulpes sont des animaux mystérieux et dont le cycle de reproduction est particulièrement intéressant. Découvrez ici leurs stratégies vitales.
Comment naissent les poulpes ?

Dernière mise à jour : 16 novembre, 2021

Les poulpes sont des animaux extraordinaires et populaires dans le monde entier pour diverses raisons. Leur utilisation culinaire, leur forme fascinante, ainsi que la dextérité et l’intelligence dont ils font preuve ne sont que quelques-unes des plus évidentes. Savoir comment naissent les poulpes est un autre de leurs caractéristiques qui vous fascineront sûrement.

La reproduction des animaux marins n’est pas du tout aisée, et le cas des poulpes ne fait pas exception. Les soins que les femelles prodiguent aux œufs est si important qu’elles donnent même leur vie pour remplir leur objectif. Découvrez ci-après les étapes du cycle de reproduction de ces céphalopodes et comment se déroule leur naissance.

Les caractéristiques de la reproduction des poulpes

Avant de savoir comment naissent les poulpes, examinons quelques caractéristiques reproductives de leur groupe. Tout d’abord, il est essentiel de noter que ces octopodes ont un cycle de vie court et vivent généralement 1 ou 2 ans.

Le moment où ces invertébrés atteignent la maturité sexuelle dépend des changements hormonaux et environnementaux. La reproduction peut avoir lieu au bout de 2 mois de vie ou au bout d’un an, selon les espèces.

Ces animaux ont une période d’activité reproductrice variable, à la fois en raison de l’habitat qu’ils occupent et des traits spécifiques de chaque spécimen. En général, il a été constaté que les poulpes se reproduisent de façon saisonnière, notamment entre le printemps et l’été.

La reproduction de ces invertébrés dans les eaux tropicales peut avoir lieu à tout moment de l’année.

Les poulpes sont dioïques, c’est-à-dire que les sexes sont séparés et que leur reproduction est sexuée. Pour réaliser la copulation, les mâles disposent d’un bras modifié appelé hectocotyle dans lequel ils stockent les spermatophores qu’ils utiliseront au cours du processus.

Les poulpes se reproduisent en formant des œufs, c’est pourquoi ils sont classés parmi les animaux ovipares. Bien qu’ils aient un contact copulatoire, la fécondation est externe.

Ces céphalopodes passent par différentes étapes pour remplir leur objectif de reproduction, de la parade nuptiale à la naissance des petits. Examinons ces caractéristiques plus en détail dans les paragraphes suivants.

Une pieuvre géante du Pacifique dans un aquarium.

La parade nuptiale des poulpes

Le stade de la parade nuptiale chez les poulpes n’est pas observé chez toutes les espèces, mais il existe des rapports détaillés sur le processus chez certains spécimens. Octopus cyanea et Enteroctopus megalocyathus sont des exemples de spécimens dans lesquels ce rituel se produit.

Les stratégies utilisées pour effectuer la parade nuptiale sont fascinantes et variées. Parmi elles, figurent les approches à la nage et les contacts en petites fractions de temps. De plus, il est courant que le mâle modifie les couleurs de son corps pour impressionner la femelle lors d’un spectacle des plus intéressants.

Malgré tous les efforts déployés par les poulpes mâles pour s’accoupler, ce sont les femelles qui prennent la décision finale. Si la réponse est positive, la femelle reste immobile pendant les approches de son prétendant pour procéder à la copulation.

Fait intéressant : les femelles octopodes peuvent s’accoupler avec plusieurs mâles tout au long de leur vie.

La copulation

Le processus de copulation chez les poulpes est un défi constant pour les mâles, car la femelle pratique fréquemment le cannibalisme sexuel. Il est habituel d’observer ce comportement lorsqu’une femelle est plus grande que son partenaire.

Le poulpe mâle encourt un grand risque à la fin de l’acte sexuel : perdre la vie entre les tentacules de sa partenaire.

Lors de l’union, les mâles enroulent leurs bras autour des femelles et introduisent leur hectocotyle dans les cavités palléales de leur partenaire, c’est-à-dire les endroits où ils vont libérer leurs spermatophores. Une autre façon d’effectuer ce processus consiste à étendre l’organe copulateur : cette façon le mâle garde une distance prudente au cas où il aurait besoin de s’échapper.

Le frai

A la fin de la copulation, les femelles cherchent le bon endroit pour pondre leurs œufs. Habituellement, il s’agit d’une crevasse ou d’une grotte située entre des rochers ou des récifs. La fertilité de la plupart des espèces est élevée : elles peuvent pondre des centaines ou des milliers d’œufs. C’est le cas du poulpe commun, O. vulgaris, qui compte plus de 100 000 couvées.

La ponte des œufs se déroule de manière surprenante : les femelles les suspendent au plafond de la grotte qu’elles ont choisie, l’une après l’autre et sous la forme d’une ficelle. Ce spectacle est complété par la fécondation, puisque pendant qu’elles les accrochent, les mères les arrosent avec le sperme qu’elles ont conservé pendant la copulation.

La naissance des poulpes

Comme vous avez pu le constater, la reproduction du poulpe demande beaucoup de travail. Et cela ne s’arrête pas après la ponte : la femelle a encore beaucoup à faire, car elle s’occupe des œufs jusqu’à leur éclosion.

La durée du développement de l’embryon varie selon la température et l’espèce, mais il dure généralement entre 1 et 4 mois. Cependant, il existe des exceptions, comme le poulpe Graneledone boreopacifica, dont la gestation dure jusqu’à 53 mois en moyenne.

Les femelles ne se nourrissent pas durant cette étape et ne vivent que pour s’occuper de leurs futurs petits. Lorsque l’éclosion commence, dans la plupart des cas, elles meurent épuisées après avoir terminé leur tâche.

Au terme de ce long processus de reproduction, les jeunes poulpes naissent. Les nouveau-nés sont une réplique miniature des adultes. Ils ont leurs 8 bras et sont prêts à commencer à se nourrir d’animaux microscopiques, tels que le zooplancton.

Au fur et à mesure que les nouveau-nés grandissent et se développent, ils commencent à capturer des proies plus grosses.

Contrairement aux autres mollusques, les poulpes ne subissent aucun processus de métamorphose, mais grandissent rapidement jusqu’à atteindre la taille de l’espèce à laquelle ils appartiennent. Il est à noter que les jeunes sont appelés paralarves.

En résumé,  le processus de reproduction des poulpes est incroyable. A partir du moment où ils sont prêts à se reproduire, ils entament une série de processus au cours desquels leur vie peut prendre fin. Les jeunes sont une réplique miniature de leurs parents et naissent prêts à se nourrir et à peupler les mers.

Cela pourrait vous intéresser ...
Que mangent les poulpes ?
My Animals
Lisez-le dans My Animals
Que mangent les poulpes ?

Le régime alimentaire des poulpes est strictement carnivore : ils se nourrissent principalement de poissons et de crustacés.



  • Di Cosmo, A., Di Cristo, C., & Paolucci, M. (2001). Sex steroid hormone fluctuations and morphological changes of the reproductive system of the female of Octopus vulgaris throughout the annual cycle. Journal of Experimental Zoology, 289(1), 33–47.
  • González, L., Eslava, N., Guevara, F., & Troccoli, L. (2014). Biología y pesquería del pulpo Octopus vulgaris (Octopoda: Octopodidae) en las costas del estado Nueva Esparta, Venezuela. Revista de biología tropical, 63(2), 427-442.
  • Gutiérrez, R., Farías, A., Yany, G., & Uriarte, I. (2012). Interacciones macho-hembra del pulpo rojo patagónico Enteroctopus megalocyathus (Cephalopoda: Octopodidae) durante el comportamiento de apareamiento. Latin american journal of aquatic research (SpecIssue), 40, 808-812.
  • Ishiyama, K., Siga, B., & Talledo, C. (1999). Biología reproductiva del pulpo Octopus mimus (Mollusca: Cephalopoda) de la región de Matarani, Arequipa, Perú. Revista peruana de biología, 6(1). https://sisbib.unmsm.edu.pe/bvrevistas/biologia/v06_n1/bio_repro.htm
  • Kivengea, G., Ntiba, M., Sigana, D., & Muthumbi, A. (2014). Reproductive Biology of the Common Octopus (Octopus vulgaris Cuvier, 1797) in South Kenya. Western Indian Ocean Journal of Marine Science, 13(1), 47-56.
  • Raberinary, D., & Benbow, S. (2012). The reproductive cycle of Octopus cyanea in southwest Madagascar and implications for fisheries management. Fisheries Research, 125-126, 190–197.
  • Robison, B., Seibel, B., & Drazen, J. (2014). Deep-sea octopus (Graneledone boreopacifica) conducts the longest-known egg-brooding period of any animal. PLoS One, 9(7), e103437