Fourmi-lion : habitat et caractéristiques

Les fourmis-lions ont la capacité de faire semblant d'être mortes, ce qui leur permet d'échapper au danger et d'assurer leur survie.
Fourmi-lion : habitat et caractéristiques

Dernière mise à jour : 15 février, 2022

La fourmi-lion est l’un des insectes les plus curieux qui existent. Elle se démarque par sa capacité de chasse à la fois efficace et incroyable : elle n’a qu’à patienter à un seul endroit pour obtenir sa nourriture du jour. De plus, elle porte un nom trompeur, puisqu’elle n’appartient ni aux formicidés ni au groupe des fourmis.

Le terme fourmi-lion décrit différentes espèces appartenant à la famille Myrmeleontidae. Parmi leurs parents les plus proches, figurent les mouches serpents. Poursuivez donc votre lecture pour en apprendre plus sur ce curieux groupe d’insectes.

Où vit la fourmi-lion ?

Cela peut vous sembler étrange, mais les fourmis-lions peuvent être trouvés à peu près n’importe où dans le monde. La plupart d’entre eux restent généralement enfouis dans le sol, immergés dans l’eau ou cachés sous la litière de feuilles des forêts.

Pour cette raison, il n’est pas si courant de voir leur stade larvaire. De plus, les adultes présentent une grande similitude avec les autres insectes.

Caractéristiques

Ces insectes sont considérés comme des holométaboles. Cela signifie qu’ils passent par 4 stades de vie différents : œuf, larve, nymphe et adulte. Leur corps est divisé en trois sections distinctes : la tête, le thorax et l’abdomen. Ils ont 3 paires de pattes et, au cours de leur dernière étape de vie, ils présentent une morphologie ailée semblable à celle des libellules.

La forme larvaire est celle qui prédomine pendant une grande partie de leur existence. Elle est surtout connue pour son activité prédatrice. Elle arbore un grand abdomen ovale et des mâchoires allongées avec des épines qui servent à attraper les proies.

Les larves ont l’habitude de creuser des tunnels pour se cacher et pour chasser. Lorsqu’elles atteignent la bonne taille, elles commencent à construire leur pupe avec laquelle la métamorphose a lieu.

Les adultes sont différents des larves, car ils ont un corps allongé un peu comme celui des libellules. Ils affichent de belles ailes transparentes qui comptent un grand nombre de “veines”. Malgré leur apparence particulière, l’adulte ne vit qu’entre 25 et 45 jours. Par conséquent, il occupera tout le temps qu’il lui reste à trouver un partenaire, à s’accoupler et à laisser une progéniture.

Les fourmis-lions utilisent les vibrations du sol pour communiquer

Les larves et les adultes ont une grande capacité à détecter les vibrations. Ils ont de fins “poils” le long de leur corps qui leur servent de récepteurs pour détecter les mouvements. Cela leur donne un avantage concurrentiel lorsqu’ils sont immergés dans le substrat, car c’est ainsi qu’ils perçoivent leurs concurrents.

Grâce aux vibrations, ils sont capables de détecter la taille de leur proie. Selon un article publié dans la revue Animal Cognition, ils les sélectionnent de manière à économiser les ressources et attrapent surtout de gros arthropodes.

Une fourmi-lion.

Fourmi-lion : pourquoi s’appelle-t-elle ainsi ?

Les fourmis-lions n’appartiennent pas au groupe taxonomique des formicidés. Elles ne peuvent donc pas être considérées comme de “vraies fourmis”.

Cependant, les mandibules de la larve présentent certaines similitudes avec ce groupe, et ce sont les seules structures vues lors de la traque des proies. Pour cette raison, elles sont appelées “fourmis”, bien que le reste de leur morphologie soit complètement différente.

La fourmi-lion construit des pièges

Une particularité de ce groupe est que la plupart des espèces qui le composent construisent des pièges pour chasser. Elles creusent de petits trous dans des substrats sablonneux où elles se cacheront ensuite. Grâce à cette technique, elles n’ont qu’à attendre qu’un arthropode sans méfiance tombe dans le trou.

Les pièges ont une profondeur moyenne de 5 centimètres et un diamètre de 7,5 centimètres. Chaque construction ressemble à une sorte d’entonnoir dans le sable, les extrémités sont donc très glissantes. Cela facilite la capture des proies ; la larve n’a qu’à rester enfouie au centre pour se nourrir.

Les fourmis-lions injectent des enzymes et des toxines dans leurs proies, les paralysant ainsi. De plus, ces mêmes substances dissolvent tout le contenu des proies. Elles sont ensuite inspirées comme s’il s’agissait d’une boisson.

Des fourmis-lions.

La chasse ne se passe pas toujours bien

Bien que les fourmis-lions soient d’excellents chasseurs, leur stratégie ne fonctionne pas toujours bien. Un exemple en est lorsqu’elles sont parasitées par des guêpes de la famille des Chalcidoidea, ce qui incite la larve à sortir de son piège pour injecter des œufs dans son corps. Le petit spécimen devient ainsi un incubateur et sera la future nourriture de la progéniture de la guêpe.

Les fourmis-lions constituent un groupe énorme et diversifié aux caractéristiques bien particulières. Bien qu’il s’agisse d’insectes mesurant entre 2 et 15 centimètres, ils ont des comportements impressionnants qui les aident à faire face à leur environnement.

Cela pourrait vous intéresser ...
La plus grande colonie de fourmis du monde
My Animals
Lisez-le dans My Animals
La plus grande colonie de fourmis du monde

Un nid de fourmis peut être complexe et assez grand, selon l'espèce. Découvrez ici quelle est la plus grande colonie de fourmis du monde.



  • Monserrat, V. J., & Acevedo, F. (2011). Nuevos datos sobre las hormigas león de la Península Ibérica (Insecta: Neuroptera: Myrmeleontidae). Heteropterus Revista de Entomología, 11(1), 123-136.
  • Monserrat, V. J., & Acevedo, F. (2013). Los mirmeleónidos (hormigas-león) de la península ibérica e Islas Baleares (Insecta, Neuropterida, Neuroptera, Myrmeleontidae). Graellsia, 69(2), 283-321.
  • Ribera, I., Melic, A. (2015). Orden Neuroptera s.s.. Revista IDE@-SEA, 58, 1-12. Recuperado el 30 de enero de 2022, disponible en: http://sea-entomologia.org/IDE@/revista_58.pdf
  • Lambert, E. P., Motta, P. J., & Lowry, D. (2011). Modulation in the feeding prey capture of the ant‐lion, Myrmeleon crudelis. Journal of Experimental Zoology Part A: Ecological Genetics and Physiology, 315(10), 602-609.
  • Kuszewska K, Miler K, Filipiak M, Woyciechowski M. (2016). Sedentary antlion larvae (Neuroptera: Myrmeleontidae) use vibrational cues to modify their foraging strategies. Anim Cogn. 19(5):1037-41. doi: 10.1007/s10071-016-1000-7. Epub 2016 May 24. PMID: 27222150; PMCID: PMC4967082.
  • Fertin, A., & Casas, J. (2006). Efficiency of antlion trap construction. Journal of Experimental Biology, 209(18), 3510-3515.
  • Narendran, T. C. (1985). An analysis of the superparasitic behaviour and host discrimination of chaicid wasps (Hymenoptera: Chalcidoidea). Proceedings: Animal Sciences, 94(3), 325-331.