Les 10 insectes les plus venimeux au monde

Les insectes venimeux ont aussi un bon côté, car leurs toxines peuvent être utilisées pour la synthèse de médicaments antibactériens, antifongiques et antiparasitaires.
Les 10 insectes les plus venimeux au monde

Dernière mise à jour : 29 août, 2021

Les insectes sont des invertébrés dépourvus de squelette interne, ce qui ne les empêche pas d’être extrêmement étonnants. En raison de leur minuscule taille, ces animaux ont besoin de mécanismes de défense qui leur permettent de survivre dans leur environnement. C’est pourquoi certains de ces insectes produisent des toxines qui font d’eux les organismes les plus petits et les plus toxiques qui existent.

Cela peut sembler étrange, mais les araignées, les tarentules, les acariens et les scorpions n’appartiennent pas à ce groupe. En effet, tous les insectes sont des invertébrés, mais pas tous les invertébrés sont des insectes. Poursuivez donc votre lecture pour découvrir les spécimens les plus toxiques de la classe Insecta.

Les caractéristiques générales des insectes

Lorsque nous nous référons à ces arthropodes, nous parlons d’un groupe d’invertébrés appartenant à la classe Insecta. Ces petits êtres sont parmi les plus divers qui existent sur la planète, puisqu‘on estime qu’il y a entre 10 et 20 millions d’insectes, et qu’on n’en connaît que 1,8 million.

Ces espèces ont des antennes, 3 paires de pattes et, dans certains cas, 2 paires d’ailes. L’extérieur de leur corps est recouvert d’une couche dure ou exosquelette qui les protège de l’environnement et qui leur permet aussi de se déplacer. Enfin, chaque membre a des points fixes mobiles, qui ressemblent au fonctionnement robotique d’une griffe de bulldozer.

Les 10 insectes les plus venimeux

Les insectes venimeux injectent des substances toxiques qui provoquent des douleurs et qui peuvent entraîner une anaphylaxie. Cependant, la plupart de leurs piqûres sont inoffensives, car elles ne provoquent que des irritations, des gonflements, des démangeaisons et un peu de douleur.

Toutefois, bien que le poison ne soit pas assez puissant pour être considéré comme mortel, une réaction allergique exagérée peut être mortelle. Découvrez sans plus attendre les 10 insectes les plus venimeux.

Le frelon européen (Vespa crabro)

Ce frelon est un invertébré robuste et imposant. Il mesure à peine 20 millimètres de long, mais il dépasse la moyenne de la plupart des insectes. Cette espèce est répartie en Europe et en Asie, et est dangereuse en raison de la grande agressivité dont elle fait preuve lorsqu’elle est dérangée.

La piqûre de son dard injecte des toxines qui déclenchent un gonflement et une douleur lancinante dans la zone touchée. Cela provoque la libération d’ histamine dans le corps humain. Il est important de savoir cela, car cette molécule est le précurseur de réactions allergiques, et si elle n’est pas contrôlée, elle peut être mortelle. Malgré cela, la plupart des piqûres guérissent sans soins excessifs.

Le venin de cette espèce est similaire à celui des autres frelons, ce qui ne veut pas dire que tous ses parents sont dangereux. La grande différence est que le frelon européen fabrique une plus grande quantité de toxines, ce qui en fait un insecte venimeux et nocif pour la santé.

Les insectes les plus venimeux.

Le frelon asiatique (Vespa velutina)

Comme le frelon européen, le frelon asiatique est originaire d’Asie, bien qu’elle ait soit parvenue à envahir des régions d’Europe. Il est considéré comme une espèce dangereuse pour l’écosystème, puisqu’il est considéré comme un harceleur d’abeilles mellifères. Au sein de son venin, se trouve un allergène commun des guêpes, le « Ves v 5 ».

L’effet de sa piqûre consiste généralement en une douleur locale, un gonflement et une rougeur. Cependant, certains composants de ses toxines sont volatils, ils sont donc libérés dans l’air et « avertissent » les autres frelons qu’ils doivent piquer la même cible. Ainsi, lorsqu’un frelon asiatique pique, d’autres frelons se mettent à attaquer la même cible, ce qui provoque une grave intoxication.

Un frelon asiatique.

Le frelon géant (Vespa mandarinia)

Le frelon géant est un insecte qui mesure près de 5 centimètres de long et dont le venin a causé quelques morts. Contrairement aux autres spécimens de son genre, cette espèce possède deux types de toxines, la première provoque un gonflement et la seconde est considérée comme neurotoxique.

Bien que la mandaratoxine (neurotoxine) soit un composant dangereux pour l’homme, elle ne devrait pas être préoccupante, car une seule piqûre n’est généralement pas mortelle. En effet, il faudrait avoir reçu plusieurs dizaines de piqûres pour que cette substance soit dangereuse. Des piqûres multiples peuvent provoquer une nécrose cutanée, des dommages au niveau des organes et la mort de la victime.

Un frelon géant.

La fourmi Paraponera clavata

Ces fourmis mesurent 30 millimètres de long et sont très redoutées. Dans la littérature anglaise, cette fourmi est appelée fourmi balle de fusil en raison du fait que l’effet de sa morsure est comparable à celui d’une balle. Certaines tribus d’Amazonie pratiquent un rituel dans lequel les hommes sont soumis à leurs toxines.

Au sein de son venin, se distinguent les neurotoxines, dont l’effet sur le système nerveux est responsable de la douleur caractéristique. Son venin provoque également un gonflement important qui mettra entre 24 et 48 heures pour s’atténuer et ne disparaîtra complètement qu’après 19 ans. Bien que la morsure d’un spécimen ne soit pas mortelle, celle de plusieurs individus peut représenter un risque pour la santé.

Les insectes les plus venimeux.

La fourmi Solenopsis richteri

Ces fourmis sont une espèce envahissante considérée comme un ravageur dangereux pour les champs agricoles. Comme si cela ne suffisait pas, sa morsure est assez douloureuse et provoque une sensation semblable à une brûlure.

Les alcaloïdes sont les principales toxines du venin, responsables de la sensation de brûlure. De plus, ces substances sont allergisantes, elles ont donc tendance à provoquer des réactions avec une certaine fréquence. En effet, dans des cas plus rares, les plaies peuvent s’infecter et même provoquer des séquelles neurologiques.

La guêpe Polistes dominula

Cette guêpe se caractérise par le fait qu’elle réalise des constructions avec un matériau qui ressemble beaucoup au carton. Ces insectes sont sociables et pacifiques, mais ils habitent des endroits proches des centres urbains, où ils sont facilement dérangés.

Les toxines de ces insectes venimeux ne sont pas très dangereuses : leurs composants se comportent plutôt comme des allergènes. Cela signifie que les effets se limitent à un gonflement, des démangeaisons et à de la douleur, mais dans certains cas, la réaction allergique peut être mortelle. C’est la raison pour laquelle ils sont considérés comme des animaux nuisibles, car leur piqûre peut provoquer une anaphylaxie grave et mortelle.

Le coléoptère Berberomeloe majalis

Ce coléoptère est un organisme à l’apparence curieuse, car son abdomen est allongé, comme celui d’une guêpe. Bien que cet insecte ne dispose pas de mécanisme pour injecter le venin qu’il produit, il peut devenir dangereux s’il est consommé. Malgré cela, il a été à des fins médicales et récréatives, et comme base pour certaines drogues.

Courant 2013, un soldat de 23 ans a accepté de consommer un spécimen de cette espèce dans le cadre d’un défi, pour lequel il s’est retrouvé à l’hôpital 7 heures plus tard. La toxine cantharidine fut à l’origine de cette situation, car elle provoque des douleurs abdominales, une hypotension, de la fièvre, une insuffisance rénale et la mort dans les cas extrêmes. Heureusement, le soldat a survécu et est sorti de l’hôpital une semaine plus tard.

Les insectes les plus venimeux.

L’abeille africaine (Apis mellifera scutellata)

Cette sous-espèce d’abeille originaire d’Afrique se caractérise par son comportement défensif (parfois considéré comme agressif). Ces spécimens peuvent provoquer la mort chez les animaux et les humains. Cependant, son venin n’est pas plus mortel que celui de l’abeille normale.

Le danger de ces spécimens réside dans leur comportement, car ils ont tendance à attaquer plus facilement. De plus, en raison de leurs capacités de communication, l’attaque est réalisée par un groupe d’une centaine d’abeilles.  Plusieurs personnes ont été hospitalisées et envoyées en soins intensifs après avoir été piqué par des essaims.

La cantharide officinale (Lytta vesicatoria)

Ce magnifique scarabée émeraude est l’un des rares à avoir une toxine comme la cantharidine. Cette espèce produit un composé largement utilisé en médecine traditionnelle : il est utilisé comme aphrodisiaque, diurétique et une substance récréative. Une consommation excessive pouvant entraîner la mort, son utilisation a été réduite ; actuellement, seules certaines drogues utilisent cette toxine comme base.

Les insectes les plus venimeux.

Le papillon Lonomia obliqua

Ces insectes venimeux représentent l’une des phases du cycle de vie d’un papillon et ont des poils urticants qui constituent une excellente défense. Bien que cette chenille ne semble pas capable de vous nuire, son contact peut laisser des séquelles et même entraîner la mort.

Le venin de cette espèce a pour composé principal de la lonomiatoxine, qui est capable de provoquer une hémorragie intracérébrale, une insuffisance rénale et des coagulopathies. L’Institut Butantan (au Brésil) est celui qui a développé le seul traitement efficace contre son poison. Si sa piqûre n’est pas gérée rapidement, les séquelles de cette rencontre peuvent durer toute une vie.

Comme vous avez pu le constater, la plupart de ces insectes n’ont pas la capacité d’être mortels par eux-mêmes : c’est une réaction allergique à leurs toxines qui peut provoquer la mort de la victime. Pour cette raison, il est déconseillé de manipuler un insecte, même s’il semble inoffensif. Ces animaux ne font que se défendre : il n’y a aucune méchanceté dans leurs actions.

Cela pourrait vous intéresser ...
Des insectes inoffensifs, mais à l’aspect menaçant
My AnimalsLisez-le dans My Animals
Des insectes inoffensifs, mais à l’aspect menaçant

Bien des insectes inoffensifs pâtissent d'une mauvaise réputation à cause de leur aspect repoussant ou menaçant. Découvrons-les ensemble.



  • Monsalve, R. I., Gutiérrez, R., Hoof, I., & Lombardero, M. (2020). Purification and molecular characterization of phospholipase, antigen 5 and hyaluronidases from the venom of the Asian hornet (Vespa velutina). PloS one15(1), e0225672.
  • Cheng, Y. N., Wen, P., Dong, S. H., Tan, K., & Nieh, J. C. (2017). Poison and alarm: the Asian hornet Vespa velutina uses sting venom volatiles as an alarm pheromone. Journal of experimental biology220(4), 645-651.
  • Abe, T., Kawai, N., & Niwa, A. (1982). Purification and properties of a presynaptically acting neurotoxin, mandaratoxin, from hornet (Vespa mandarinia). Biochemistry21(7), 1693-1697.
  • Yanagawa, Y., Morita, K., Sugiura, T., & Okada, Y. (2007). Cutaneous hemorrhage or necrosis findings after Vespa mandarinia (wasp) stings may predict the occurrence of multiple organ injury: a case report and review of literature. Clinical Toxicology45(7), 803-807.
  • Abe, T., & Kawai, N. (1983). Cardioactive effects of hornet venom, Vespa mandarinia. Comparative biochemistry and physiology. C, Comparative pharmacology and toxicology76(2), 221-225.
  • Johnson, S. R., Rikli, H. G., Schmidt, J. O., & Evans, M. S. (2017). A reexamination of poneratoxin from the venom of the bullet ant Paraponera clavata. Peptides98, 51-62.
  • Bosmia, A. N., Griessenauer, C. J., Haddad, V., & Tubbs, R. S. (2015). Ritualistic envenomation by bullet ants among the Sateré-Mawé Indians in the Brazilian Amazon. Wilderness & environmental medicine26(2), 271-273.
  • Khan, S. A., Shelleh, H. H., Khan, L. A., & Shah, H. (1999). Black fire ant (Solenopsis richteri) sting producing anaphylaxis: a report of 10 cases from Najran. Annals of Saudi Medicine19(5), 462-464.
  • Kemp, S. F., DeShazo, R. D., Moffitt, J. E., Williams, D. F., & Buhner II, W. A. (2000). Expanding habitat of the imported fire ant (Solenopsis invicta): a public health concern. Journal of Allergy and Clinical Immunology105(4), 683-691.
  • Grosch, J., Hilger, C., Bilò, M. B., Kler, S., Schiener, M., Dittmar, G., … & Blank, S. (2020). Shedding light on the venom proteomes of the allergy-relevant hymenoptera polistes dominula (European paper wasp) and vespula spp.(yellow jacket). Toxins12(5), 323.
  • Cotovio, P., Silva, C., Guedes Marques, M., Ferrer, F., Costa, F., Carreira, A., & Campos, M. (2013). Acute kidney injury by cantharidin poisoning following a silly bet on an ugly beetle. Clinical kidney journal6(2), 201-203.
  • Funari, S. R. C., Zeidler, P. R., Rocha, H. C., & Sforcin, J. M. (2001). Venom production by Africanized honeybees (Apis mellifera) and Africanized-European hybrids. Journal of venomous Animals and Toxins7, 190-198.