Piqûre de bourdon : conséquences, prévention et traitements

Les bourdons sont essentiels pour notre écosystème et notre économie. Bien qu'une piqûre de bourdon ne soit pas dangereuse, elle nécessite une action.
Piqûre de bourdon : conséquences, prévention et traitements

Dernière mise à jour : 13 février, 2022

Les bourdons sont des insectes pollinisateurs d’une grande importance économique et écologique. Ils ressemblent beaucoup aux abeilles, mais ils sont beaucoup plus grands  – ils mesurent entre 15 et 25 millimètres de long -, ont des poils sur le corps et sont teints en jaune, orange, noir et blanc. Faites attention à la piqûre de bourdon !

Les poils de leur abdomen créent un motif en bandes caractéristique. Parmi leurs autres traits caractéristiques, figurent le bout arrondi de leur abdomen et le fort bourdonnement qu’ils émettent. C’est ce bourdonnement vibrant qui leur permet de collecter facilement le pollen.

En Espagne, 37 espèces de bourdons appartenant au genre Bombus ont été répertoriées. La plus commune est l’espèce Bombus terrestris, qui niche au sol. Aux îles Canaries, le Bombus canariensis abonde ; il est complètement noir, à l’exception de son abdomen qui est blanc.

Récemment, en Espagne, des experts environnementaux ont détecté le déclin de neuf espèces et deux sous-espèces de bourdons. Or, les bourdons sont d’importants pollinisateurs de fleurs : leur conservation est essentielle pour la nature et pour l’économie.

Les bourdons sont-ils agressifs ?

En général, les bourdons ne sont pas trop agressifs. Ils mordent pour se défendre et défendre leurs nids. Contrairement aux abeilles, qui ne piquent qu’une seule fois et perdent leur dard, les bourdons conservent leur dard et sont capables de piquer plusieurs fois. Comme les abeilles, seules les ouvrières (femelles) et la reine ont un dard.

Bien que les femelles soient les seules à avoir un dard, cela ne signifie pas qu’une piqûre de bourdon est un phénomène rare. Au sein des ruches, le sexe féminin est le plus abondant. Pour cette raison, il est fortement recommandé d’éviter de les déranger.

Bombus terrestris.

Les conséquences d’une piqûre de bourdon

Les bourdons injectent du poison par leur dard. Chez les humains, la réaction la plus courante est une douleur de courte durée. Cependant, parmi les différentes réactions possibles, figure une réaction allergique au venin injecté.

En général, la réaction dépend du nombre de fois où quelqu’un est piqué et de la sensibilité allergique de la victime au poison. Les réactions suivantes peuvent se produire :

  • Réaction localisée non allergique. Un gonflement, des démangeaisons et des rougeurs se produisent à l’endroit de la morsure. Généralement, cette réaction ne dure que de quelques heures à quelques jours. Elle peut apparaître immédiatement après la piqûre, mais elle apparaît généralement quelques heures après l’événement.
  • Réaction allergique généralisée. Selon le nombre de piqûres, une réaction allergique générale peut se déclencher. Dans ce cas, tout le corps est affecté, et s’il y a une réaction anaphylactique, la vie de l’individu est en danger.
Piqûre d'insecte.

Comment éviter une piqûre de bourdon ?

L’un des meilleurs moyens d’éviter les piqûres de bourdons est de rester à l’écart de leurs nids et des fleurs ou autres plantes qu’ils pollonisent. Il se peut que vous ne réalisiez pas que vous êtes à proximité d’un nid de bourdons.

  • Si une colonie de bourdons est dérangée, vous devez vous éloigner lentement en vous couvrant le visage avec vos deux mains. Restez calme et rappelez-vous que les bourdons ne sont pas très agressifs. N’agitez pas vos bras, n’écrasez pas les bourdons et ne les faites pas tomber accidentellement. Déplacez-vous lentement et prudemment en vous éloignant de l’endroit qu’ils protègent.
  • Si des bourdons vous piquent, retirez-les de votre corps – ne les écrasez pas – et fuyez rapidement les lieux. Si possible, couvrez-vous la tête.
  • Gardez à l’esprit que les bourdons peuvent réagir de manière agressive à un grand nombre d’odeurs, notamment l’alcool, la transpiration et le parfum, entre autres. Par ailleurs, ils sont attirés par l’odeur de la matière oxydée des accessoires métalliques, tels que les bagues et les montres.
  • Les bourdons peuvent piquer à travers les vêtements.
  • Le bleu clair fait partie des stimulus qui attirent les bourdons. 
Un bourdon mort.

Le traitement de la réaction non allergique à la piqûre de bourdon

Les piqûres de bourdon ne nécessitent généralement pas de traitement médical. Il est recommandé de prendre un anti-inflammatoire après la piqûre. Aussi, l’application de compresses froides et de produits anti-démangeaisons sur la zone de la morsure procure un soulagement.

Certaines personnes ont tellement peur des abeilles, des guêpes et des bourdons, que leurs piqûres sont susceptibles de déclencher une attaque de panique. Une telle attaque pourrait les amener à respirer fortement, à hyperventiler et donc à perdre connaissance. Dans ce cas, il est préférable de consulter un médecin sur-le-champ.

Si la piqûre s’est produite dans la région de la bouche ou du pharynx, il est conseillé d’aller aux urgences, par prévention. Et ce, car les voies respiratoires pourraient être bloquées.

Le traitement des réactions allergiques

Si la piqûre de bourdon provoque une réaction allergique, des soins médicaux sont nécessaires. Dans ce cas, il est recommandé de se rendre à l’hôpital pour observation, car la réaction peut s’aggraver en quelques minutes.

Le traitement médical comprend l’administration d’antihistaminiques, en cas de manifestations bénignes. Des corticostéroïdes sont parfois prescrits. Si la manifestation est grave, l’épinéphrine doit être administrée en premier.

Les bourdons sont essentiels à notre écosystème et sans ces merveilleux insectes, nous ne pourrions pas survivre. Parmi les stratégies pour éviter les piqûres de bourdons, figurent  le port d’un voile d’apiculteur et d’un chapeau.

Cela pourrait vous intéresser ...
Comment chasser les guêpes et les abeilles ?
My Animals
Lisez-le dans My Animals
Comment chasser les guêpes et les abeilles ?

Chasser les guêpes et les abeilles est valable si elles vous font peur, mais il ne faut pas les tuer, car elles jouent un grand rôle dans l'écosyst...



  • Ornosa, C., Torres, F., de la Rúa, P. (2017). “Updated list of bumblebees (Hymenoptera: Apidae) from the Spanish Pyrenees with notes on their decline and conservation status”. Zootaxa, 4237 (1). DOI: 10.11646/zootaxa.4237.1.3
  • Montero-Castaño, A., Calviño-Cancela, M., Rojas-Nossa, S., De la Rúa, P., Arbetman, M., & Morales, C. L. (2018). Invasiones biológicas y pérdida de polinizadores. Revista Ecosistemas, 27(2), 42-51.
  • Obeso, J.R., Herrera, J.M. (2018). Polinizadores y cambio climático. Ecosistemas 27(2): 52-59. Doi.: 10.7818/ECOS.1371
  • Ploquin, E. C. F. (2013). Desplazamientos altitudinales y características ecológicas de los abejorros (Bombues Spp.) de la Cordillera Cantábrica (Doctoral dissertation, Universidad de Oviedo).
  • Santamaría, S., Castro, L., García-Camacho, R., Giménez, L.,…, Torices, R., (2011). Abejorros (Bombus spp.) del jou de los Cabrones y confirmación de la presencia de Bombus mendax gerstaecker, 1869 en la Cordillera cantábrica. Boletín de la Sociedad Entomológica Aragonesa (S.E.A.), nº 48: 143‒146.