Que mangent les scorpions ?

Les scorpions sont des invertébrés qui ont leur propre tempérament : certains chassent en groupe, tandis que d'autres préfèrent chasser seuls.
Que mangent les scorpions ?

Dernière mise à jour : 12 septembre, 2021

Les scorpions sont apparus pour la première fois il y a environ 5 millions d’années sur Terre. Ils n’ont pas beaucoup changé depuis, ce qui semble indiquer que leurs caractéristiques étaient suffisantes pour survivre jusqu’à présent.

Leur façon de chasser et leur alimentation font également partie de leur stratégie de survie. Si vous voulez en apprendre plus sur cette stratégie, poursuivez donc votre lecture !

Les scorpions

Les scorpions sont des arthropodes qui se distinguent par leur corps allongé, la présence d’une queue qui injecte du poison et leurs grosses pinces. Ces spécimens appartiennent au groupe des arachnides, aux côtés des araignées, des acariens et des tarentules. Ils font partie des invertébrés les plus problématiques pour l’homme en raison des toxines qu’ils produisent.

Comme vous pouvez vous en douer, ces arthropodes sont des machines dangereuses pour les proies comme pour les prédateurs. Leur alimentation peut être très variée et même contenir des espèces du même groupe. Leur poison est un excellent outil pour chasser des proies inimaginables.

Le métasome du scorpion (sa queue) contient un telson qui se termine par un dard. Ce dernier communique directement avec les glandes productrices de venin.

Un scorpion.

Que mangent les scorpions ?

De manière générale, les scorpions sont carnivores et sont spécialisés dans les insectes et autres invertébrés. C’est pourquoi il est courant de les voir dans la végétation pour attraper un arthropode appétissant. Parmi les proies les plus courantes de ces arachnides, figurent les suivantes :

  • Araignées
  • Grillons
  • Coléoptères
  • Fourmis
  • Guêpes
  • Sauterelle
  • Termites
  • Lézards
  • Petits rongeurs
  • Vers
  • Escargots
  • Mouches
  • Les abeilles
  • Têtards
  • Serpents
  • Autres scorpions

Les scorpions dévorent soit leurs proies après les avoir capturées, soit après avoir trouvé une cachette. Ils immobilisent généralement leur victime avec leur venin et la dévorent en commençant par la tête. Comme les araignées, ils ne mâchent pas leur nourriture ; leur digestion est externe.

Les scorpions expulsent des enzymes pour liquéfier leur nourriture, puis la sirotent par la bouche. Leurs pédipalpes et chélicères les aident à découper les proies.

Les victimes de chaque espèce sont très différentes, car le choix dépend de la taille et de la capacité toxique du scorpion. Mais tous utilisent principalement leurs pinces et leur queue pour chasser : pendant qu’ils tiennent la proie, le poison achève de la tuer. Plus la queue du spécimen est grande, plus ses toxines seraient dangereuses.

Des chasseurs patients

Un chasseur utilise non seulement ses outils, mais aussi ses stratégies. Les scorpions suivent ce principe, puisque leurs victimes sont des êtres beaucoup plus agiles qu’eux. Leur comportement de chasse est de type sit and wait : ils se cachent pour attaquer leur proie par surprise.

Les scorpions ont un métabolisme très lent et peuvent passer des années sans manger. Ils sont incapables de courir ou de chasser activement leurs proies. Étant des animaux ectothermes, ils n’ont pas la capacité de produire leur propre chaleur et dépendent à 100 % des conditions environnementales.

On peut penser que les scorpions utilisent leurs yeux pour chasser. En réalité, la plupart des scorpions ne détectent que les ombres et les intensités lumineuses, ils doivent donc utiliser d’autres sens. Sur leur corps se trouvent de petits poils qui leur permettent de ressentir les vibrations de l’air et du sol.

De plus, parmi leurs adaptations physiques, figure une sorte de “peigne” dans leur ventre qui sert de chimiorécepteur. Cette caractéristique n’est rien de plus qu’un sens supplémentaire qui leur permet de détecter les odeurs sous forme de particules au sol. Ils sont ainsi capables de “sentir” leur proie et à les suivre.

Les scorpions peuvent-ils se manger entre eux ?

Les espèces de ce groupe sont généralement compétitives et agressives, ce qui les amène à se battre avec d’autres spécimens de la même espèce ou d’espèces différentes. Ainsi, s’ils en ont l’occasion, ils mangeront d’autres scorpions. Cela semble drastique, mais c’est une façon d’utiliser les conflit à leur avantage : les combats ne sont pas seulement un gaspillage d’énergie.

Par ailleurs, certains scorpions se mangent entre eux à la fin de leur reproduction ou bien se nourrissent de leurs propres petits. Ce comportement cannibale n’est rien de plus qu’un moyen d’optimiser les ressources et de survivre lorsque les ressources se font rares.

En somme, les scorpions sont bien préparés à affronter leur environnement. Bien qu’ils soient des êtres très dangereux (et même capables de causer la mort), ils font partie intégrante de l’écosystème. Les prédateurs comme eux sont des régulateurs de l’équilibre environnemental, et non une menace qu’il faut éradiquer.

Cela pourrait vous intéresser ...
Les scorpions : 8 données que vous devez connaître
My AnimalsLisez-le dans My Animals
Les scorpions : 8 données que vous devez connaître

La mauvaise réputation des scorpions n'est absolument pas justifiée. Découvrez vite ces animaux passionnants et leurs habiletés étonnantes !



  • Polis, G. A. (1979). Prey and feeding phenology of the desert sand scorpion Pamroctonus mesaensis (Scorpionidae: Vaejovidae). Journal of Zoology188(3), 333-346.
  • Polis, G. A., & Farley, R. D. (1979). Behavior and ecology of mating in the cannibalistic scorpion, Paruroctonus mesaensis Stahnke (Scorpionida: Vaejovidae). Journal of Arachnology, 33-46.
  • PERETTI, A. V., ACOSTA, L. E., & BENTON, T. G. (1999). Sexual cannibalism in scorpions: fact or fiction?. Biological Journal of the Linnean Society68(4), 485-496.
  • Tirgari, S., & Zargan, J. (2002). Scorpions in urban areas in Iran and recent progress of laboratory research (Scorpionida: Scorpionidae, Buthidae). In the Proceeding of the 4th International Conference on Urban Pests (pp. 7-10).
  • Wendruff, A. J., Babcock, L. E., Wirkner, C. S., Kluessendorf, J., & Mikulic, D. G. (2020). A Silurian ancestral scorpion with fossilised internal anatomy illustrating a pathway to arachnid terrestrialisation. Scientific reports10(1), 1-6.
  • Chakravarthy, A. K., & Sridhara, S. (Eds.). (2016). Arthropod Diversity and Conservation in the Tropics and Sub-tropics. Springer.