Que sont les syrphes ?

Compte tenu du déclin de certaines espèces d'hyménoptères, les syrphes représentent une bonne alternative en tant que pollinisateurs dans de nombreux environnements. Apprenez-en plus ici sur eux.
Que sont les syrphes ?
Georgelin Espinoza Medina

Rédigé et vérifié par Biologiste Georgelin Espinoza Medina.

Dernière mise à jour : 27 décembre, 2022

Les insectes sont des invertébrés qui présentent une gamme variée de stratégies pour survivre. Parmi ces invertébrés, figure un groupe particulier qui, physiquement, ressemble aux abeilles et aux guêpes, mais qui n’est pas du tout venimeux : les syrphes. Il s’agit en réalité de grandes mouches voyantes.

Ces insectes sont des diptères cosmopolites très intéressants, principalement en raison des fonctions importantes qu’ils remplissent dans l’écosystème. Découvrez ici leurs principales caractéristiques et certains aspects de leur cycle de vie.

Les syrphes

Comme déjà commenté, les syrphes sont des insectes inclus dans l’ordre des Diptères et la famille des Syrphidae. Ils sont cosmopolites, c’est-à-dire qu’ils peuvent être trouvés dans diverses parties du monde, à l’exception de l’Antarctique.

On compte 284 genres et 6545 espèces de syrphes. Ils remplissent divers rôles dans l’écosystème : ce sont des pollinisateurs et ils luttent également contre les ravageurs dans les cultures.

Un syrphe adulte.

Les syrphes comme pollinisateurs

Ces insectes se distinguent par leur rôle de pollinisateurs. Ce rôle est exercé au cours de leur stade adulte en raison de leurs habitudes alimentaires.

Les syrphes représentent le deuxième insecte le plus important pour la pollinisation de certaines espèces végétales, derrière les hyménoptères. Ils sont aussi utiles dans une grande variété de cultures, à la fois arboricoles et herbacées. À titre d’exemple, prenons le syrphe Eristalis tenax.

Ces diptères ont tendance à être généralistes, c’est-à-dire qu’ils ne sont pas limités à un type de plante spécifique. Cependant, certaines espèces ont des préférences. Les plantes attrayantes sont celles qui arborent des tons clairs (blancs ou jaunes), dont la production de nectar et de pollen est abondante et qui sont facilement accessibles.

Les différents stades des syrphes

Les syrphes subissent des changements au cours de leur cycle de vie. Nous détaillons ci-après leur stade larvaire et leur stade adulte.

Stade adulte

Les adultes se présentent sous une grande variété de formes, de tailles et de couleurs. Certains spécimens ont des dimensions réduites, tandis que d’autres sont plutôt grands. Leur taille oscille entre 4 à 25 millimètres.

L’un des aspects les plus intéressants à propos de leur apparence physique est leur similitude avec les abeilles et les guêpes. En effet, les syrphes arborent une couleur brune, orange ou jaune généralement accompagnée de bandes accentuées sur leur abdomen. Au-delà des couleurs et de la forme, certains syrphes les imitent même dans leur comportement.

Cette similitude est la conséquence du développement d’une méthode de défense contre les ennemis. Cette stratégie est connue sous le nom de mimétisme batésien et consiste en une imitation d’une caractéristique d’un spécimen dangereux (toxique dans ce cas) par un spécimen inoffensif.

Le mimétisme batésien rend les syrphes plus redoutables. Elles évitent ainsi d’être des proies. 

Les syrphes ont un corps divisé en 3 sections : une tête avec des antennes réduites et de grands yeux (comme les autres mouches), un thorax avec 6 pattes et des ailes courtes (une seule paire fonctionnelle) et un abdomen. Leur corps peut être mince ou robuste, velu ou glabre.

La présence d’une veine dans les ailes fonctionnelles ou membraneuses, appelée veine parasite, est un aspect unique de cette famille d’insectes.

Stade immature

Ces diptères passent par plusieurs stades larvaires en forme de ver, sans pattes ni tête définies. Certaines larves vivent dans les milieux aquatiques et d’autres sont terrestres. Et certaines ont une longue queue, mais ce n’est rien de plus qu’un siphon qu’elles utilisent pour respirer dans les espaces aqueux.

Les œufs sont généralement blanchâtres et très petits. Les pupes sont coriaces en raison des transformations de la cuticule au dernier stade larvaire.

L’alimentation des syrphes

S’agissant de pollinisateurs, les syrphes adultes consomment du nectar et du pollen. Les larves, elle, ont une alimentation très différente. Selon leur alimentation, on distingue trois types de larves. Ce sont les suivantes :

  • Larves phytophages. Ces formes immatures qui se nourrissent de tissus végétaux vivants. Certaines peuvent également se nourrir de champignons (mycophages).
  • Larves saprophages. Elles consomment de la matière organique en décomposition, tels que les excréments, le bois et le lisier, entre autres.
  • Larves prédatrices. Elles se nourrissent d’autres insectes, généralement au corps mou, comme les pucerons ou les cochenilles, entre autres. Elles se distinguent par leur rôle de biocontrôleurs.

Leur cycle de vie

Comme vous le savez déjà, les syrphes passent par plusieurs étapes au cours de leur cycle de vie. La larve sort de l’œuf, elle passe par d’autres phases larvaires, puis vient la transformation en nymphe et, enfin, l’adulte émerge. La durée de chaque période varie en fonction des conditions environnementales particulières.

Certaines espèces ont été étudiées dans des conditions de laboratoire contrôlées. Par exemple, Pseudodoros clavatus a une durée de cycle totale de 13,6 jours (2 sous forme d’œuf, 6 sous forme de larve et 5,6 en phase nymphale) à 25 °C.

Un syrphe sur une feuille.

En résumé, apprendre à connaître les syrphe est utile pour améliorer les cultures végétales, en raison de leur rôle marqué en tant que pollinisateurs. De plus, certaines larves sont des prédateurs de ravageurs, ce qui amplifie leur utilité dans l’industrie agricole.

Cela pourrait vous intéresser ...
Les abeilles meurent-elles après avoir piqué ?
My Animals
Lisez-le dans My Animals
Les abeilles meurent-elles après avoir piqué ?

Les abeilles meurent-elles après avoir piqué un humain ou un autre animal ? Nous répondons ici à cette question. Découvrez donc la réponse !



  • Arcaya, E., Mengual, X., Pérez-Bañón, C., & Santos, R. (2018). Aspectos biológicos de Pseudodoros clavatus (Fabricius) (Diptera: Syrphidae) alimentado con el áfido de las leguminosas Aphis craccivora Koch (Hemiptera: Aphididae). IDESIA (Chile), 36(2), 269-274.
  • Maza, N., Sopena, Y., Assaf, M., Paz, M., & Jaime, A. (2014). Las “moscas de las flores” (Diptera: Syrphidae) en Lules, Tucumán. Revista agronómica del noroeste argentino, 34 (2), 234-235.
  • Rader, R., Howlett, B., Cunningham, S., Westcott, D., Newstrom-Lloyd, L., Walker, M., Teulon, D., & Edwards, W. (2009). Alternative pollinator taxa are equally efficient but not as effective as the honeybee in a mass flowering crop. Journal of Applied Ecology, 46(5), 1080-1087.
  • Stefanescu, C., Aguado, L., Asís, J.D., Baños-Picón, L., Cerdá, X., García, M., Micó, E., Ricarte, A., & Tormos, J. 2018. Diversidad de insectos polinizadores en la península ibérica. Ecosistemas, 27(2), 9-22.

Le contenu de Mes Animaux est rédigé à des fins informatives. Il ne remplace pas un diagnostic, un conseil ou un traitement professionnel. En cas de doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.