Quel est le régime alimentaire des sauterelles ?

L'alimentation des sauterelles est conditionnée par plusieurs facteurs. Nous vous disons tout ici sur le régime alimentaire des sauterelles.
Quel est le régime alimentaire des sauterelles ?

Dernière mise à jour : 11 janvier, 2021

Les sauterelles sont un groupe d"insectes largement répandus dans le monde. Ces animaux appartiennent au sousordre Caelifera, qui compte environ 7000 espèces. Leurs jambes longues et fortes, faites pour sauter, constituent leur principale caractéristique.

Bien que nous ayons tous vu ces petits invertébrés sauter et voler dans nos jardins, nombre de leurs caractéristiques sont inconnues de la plupart d’entre nous. Par exemple, savez-vous ce que mangent les sauterelles ?

Ces insectes sont principalement herbivores. Il s’agit de la raison pour laquelle elles sont considérées comme une plaie pour les cultures. Il existe toutefois de nombreuses autres espèces non nuisibles répertoriées comme menacées dans la liste de l"Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN).

Un appareil bucco-masticateur

Nous pouvons trouver une grande diversité de structures buccales spécialisées au sein de la classe des insectes, sans parler des morphologies atypiques de d"autres segments : ailes, extrémités ou antennes. Les différents groupes d"insectes sont classés en fonction de la forme de ces structures.

Si nous regardons l"appareil buccal des insectes, nous pouvons déduire la base de leur alimentation. Il existe des appareils pour mâcher, percer ou sucer, siphonner et lécher. Les sauterelles ont des structures maxillaires et mandibulaires spécialisées pour la mastication, tout comme les libellules et les coléoptères.

Ce type d"appareil est également présent au stade larvaire de nombreux insectes qui, dans leur phase adulte, possèdent d"autres types d"appareil buccal. Les chenilles des papillons en sont un exemple : les adultes sucent le nectar des fleurs grâce à leurs trompes.

Un appareil bucco-masticateur se compose de trois parties différentes. Ce sont les suivantes :

  • Une paire de mandibules. Les sauterelles ont une paire de mandibules, situées derrière le labrum et devant les maxillaires. Ce sont les structures les plus grandes et solides des insectes masticateurs. Grâce à elles, ils peuvent couper et écraser les aliments. Elles jouent également un rôle de défense.
  • Une paire de maxillaires. Ils sont segmentés et situés derrière les mandibules. Ils permettent aux sauterelles de manipuler la nourriture.
  • Lèvre ou labrum. Il s’agit d’une partie étrange qui aide également à la manipulation des aliments.
  • Hypopharynx. Il s’agit d’une petite partie située entre les maxillaires et derrière les mandibules. Elle sert à la digestion des aliments : l"hypopharynx agit comme une sorte de langue qui aide à mélanger les aliments avec la salive.
Une sauterelle sur une feuille.

Quel genre de plantes la sauterelle préfère-t-elle ?

En tant que groupe, les sauterelles varient entre mangeurs monophages – qui ont un régime super spécialisé – à polyphages – qui mangent différents types d"aliments. Toutefois, la plupart des espèces appartiennent au groupe oligophage, qui ont une préférence pour quelques espèces de plantes.

Les tendances alimentaires sont plus définies chez certaines espèces. Certaines sauterelles préfèrent en effet se nourrir dans les zones de pâturage, d"autres dans des herbacées vivaces. Mais, les modes d"alimentation des insectes herbivores sont généralement influencés par des facteurs physiques, chimiques et climatiques.

Le choix d"un régime alimentaire pour les sauterelles n"est pas anodin. Il peut en effet affecter leur taux de survie et de reproduction. Par exemple, les sauterelles élevées exclusivement avec de la luzerne présentent une fécondité et une survie considérablement réduite par rapport à celles nourries avec une alimentation variée en laboratoire.

Les sauterelles choisissent leur régime alimentaire

Le choix des plantes par les sauterelles est fortement influencé par différents facteurs. Il est parfois difficile d"identifier lequel entre en jeu dans chaque communauté d"insectes et quelle est son influence. En voici quelques uns :

  • Disponibilité des nutriments.
  • Propriétés nutritives des plantes alimentaires.
  • Capacités sensorielles des insectes.
  • Capacité des sauterelles à détoxifier différentes plantes avec des substances défensives.
  • Concurrents présents dans l’environnement.
  • Mobilité et capacité de dispersion des espèces de sauterelles.
  • Limitations phylogénétiques.

Alimentation et sauterelles omnivores

Comme mentionné précédemment, la plupart des sauterelles sont des herbivores. Toutefois, il existe des espèces qui se nourrissent également d"autres petits insectes ou de matières fécales et de tissus animaux.

Par exemple, les espèces Melanoplus sanguinipes  et Ageneotettix deorum sont capables de se nourrir des excréments d"autres sauterelles. La sous-famille des sauterelles Listroscelidinae a recours à des prédateurs tels que la sauterelle verte (T ettigonia viridissima), qui est capable de se nourrir de petits insectes ou larves.

Une sauterelle sur un rocher.

En somme, l"alimentation des sauterelles est conditionnée par de multiples facteurs, à la fois intrinsèques et extrinsèques. Dans le monde naturel, même la question la plus triviale a une explication biologique sous-jacente. L"alimentation des sauterelles est une réponse évolutive à l"environnement.

Cela pourrait vous intéresser ...
Curiosités relatives aux tarentules géantes
My AnimalsRead it in My Animals
Curiosités relatives aux tarentules géantes

Du point de vue de la taxonomie, les tarentules géantes font partie de la famille des Theraphosidae. Ce terme vient du grec et signifie bête de lumière.



  • Eric E. Porter, Richard A. Redak, Diet of Migratory Grasshopper (Orthoptera: Acrididae) in a California Native Grassland and the Effect of Prescribed Spring Burning, Environmental Entomology, Volume 26, Issue 2, 1 April 1997, Pages 234–240.
  • Joern, A. Feeding patterns in grasshoppers (Orthoptera: Acrididae): Factors influencing diet specialization. Oecologia 38, 325–347 (1979).
  • Behmer, S. T., and A. Joern. “Diet Choice by a Grass-Feeding Grasshopper Based on the Need for a Limiting Nutrient.” Functional Ecology, vol. 7, no. 5, 1993, pp. 522–527.
  • Kevin M. O’Neill, Stephen A. Woods, Douglas A. Streett, Grasshopper (Orthoptera: Acrididae) Foraging on Grasshopper Feces: Observational and Rubidium-Labeling Studies, Environmental Entomology, Volume 26, Issue 6, 1 December 1997, Pages 1224–1231.