Sphinx colibri : habitat et caractéristiques

Le sphinx colibri est un insecte lépidoptère qui, en raison de sa forme corporelle, peut être confondu avec un petit oiseau. Apprenez-en plus ici sur cet invertébré !
Sphinx colibri : habitat et caractéristiques

Dernière mise à jour : 04 août, 2021

Si vous habitez en Eurasie, vous avez peut-être été surpris de voir un animal similaire à un colibri en train de voler au milieu d’un champ sec ou dans un environnement urbain. Il est impossible de trouver ces oiseaux dans le milieu méditerranéen, car ils sont éminemment néotropicaux. Il ne peut alors s’agir que d’un sphinx colibri, un lépidoptère qui se distingue par son apparence.

Le sphinx colibri (Macroglossum stellatarum) attire l’attention en raison de sa structure corporelle. Vu de loin, il ressemble à un petit oiseau voletant parmi les fleurs. Si vous voulez tout savoir sur ce magnifique lépidoptère, nous vous encourageons à poursuivre votre lecture.

L’habitat du sphinx colibri

Le sphinx colibri a une aire de répartition très large, car on le trouve du Portugal au Japon, en passant par toute l’Europe méridionale, l’Afrique du Nord, l’Asie centrale, l’Inde et l’Indochine. C’est une espèce très présente dans la péninsule ibérique, aussi bien dans les zones urbaines que dans les paysages méditerranéens.

Ce lépidoptère se distingue par sa capacités de vol. Il ne survit pas bien dans les endroits à basse température, car étant ectotherme, il a besoin de la chaleur ambiante pour remplir ses fonctions métaboliques. Par conséquent, sa distribution est limitée aux hautes altitudes et latitudes du nord du continent eurasien.

Les lépidoptères américains du genre Hemaris sont aussi appelés « colibris », mais ils n’appartiennent pas au même groupe que l’espèce qui nous intéresse ici.

Un sphinx colibri qui vole.

Caractéristiques physiques

Le sphinx colibri est un lépidoptère inclus dans le groupe des papillons diurnes et nocturnes. Il appartient aussi à la famille des Sphingidae, qui compte environ 1 450 espèces de sphinx dans environ 200 genres différents. Tous ces papillons présentent des caractéristiques physiques communes.

L’espèce Macroglossum stellatarum a une envergure de 4 à 4,5 centimètres et a un corps robuste et dodu. Sur sa tête, on trouve des antennes un peu épaisses recourbées à l’extrémité avec un tout petit crochet. Sa trompe se démarque également : ce dispositif d’aspiration est constitué de longues mâchoires qui s’enroulent en spirale.

Son abdomen est noir et blanc sur les côtés et sa queue ressemble à celle d’un oiseau. Cette dernière caractéristique, ajoutée à la disposition de ses ailes orangées et à sa trompe, lui donne une apparence semblable à celle d’un colibri. La ressemblance pourrait être due à un phénomène de convergence évolutive, puisque les deux animaux ont des habitudes similaires.

Cette espèce a 3 paires de pattes. Son corps et ses ailes sont recouverts d’écailles et de poils.

Le comportement du sphinx colibri

Cette espèce est migratrice, mais ne survit généralement pas à l’hiver dans les régions froides où elle est répartie. Comme l’indiquent les portails spécialisés, c’est le seul sphinx européen qui peut surmonter avec succès la saison hivernale, surtout s’il vit dans des régions tempérées aux températures douces.

Ce lépidoptère diurne se déplace activement de fleur en fleur (surtout lorsque le soleil est à son apogée), émettant un bourdonnement caractéristique avec le battement de ses ailes. Ce sont des papillons communs dans les jardins, les parcs, les arbustes et les zones de transition entre les forêts et les prairies. Ils s’adaptent aussi bien aux milieux secs qu’irrigués.

Grâce à ses antennes, le sphinx colibri vole merveilleusement bien. Ces structures lui permettent de détecter à la perfection la rotation lors des manœuvres au niveau des différents axes spatiaux.

Une vision inhabituelle

Bien que cela puisse paraître surprenant, des études ont montré que cette espèce est capable de voir en couleur. Le sphinx colibri possède un système visuel trichromatique (3 types de cônes oculaires différents) qui lui permet de distinguer parfaitement les tons des fleurs pour pouvoir se nourrir de leur nectar. Leur vision est encore meilleure que celle de l’abeille européenne (Apis mellifera).

Alimentation

Cette espèce se nourrit du nectar de différentes fleurs, toutes avec une corolle en forme de tube. Ce n’est pas un hasard si le sphinx du colibri recherche presque exclusivement des plantes à inflorescences profondes : il évite ainsi la concurrence avec de nombreux autres insectes pollinisateurs qui ne peuvent pas profiter de fleurs aussi “complexes”.

Parmi les genres préférés de cette espèce, figurent les suivants : Centranthus, Jasminum, Buddleia, Nicotiana, Primula, Viola, Syringa, Verbena, Echium, Phlox et Stachys. D’autre part, les larves ou vers se nourrissent des feuilles des plantes des genres Galium, Rubia et Stellaria. Comme vous pouvez le voir, le régime alimentaire change en fonction du stade de vie des lépidoptères.

Reproduction

Cette espèce produit 2 générations de descendants ou plus tout au long de sa vie, selon sa situation géographique. Les adultes se reproduisent généralement en juin et septembre. Rappelons que c’est l’un des rares lépidoptères capables de survivre au climat hivernal dans certaines régions.

Une femelle fécondée peut pondre jusqu’à 200 œufs, chacun sur une plante distincte. 6 à 8 jours après la ponte, les larves émergent, d’une teinte verdâtre claire similaire à la couleur des plantes dont elles se nourrissent. Selon la chaleur et l’exposition au soleil, le stade larvaire peut durer très peu de temps, environ 20 jours.

Les larves sont très grosses, elles arborent des lignes latérales blanchâtres et la corne typique des sphinx.

Le statut de conservation du sphinx colibri

Comme indiqué par l’organisation Butterfly Conservation, cette espèce n’a pas été évaluée en matière de conservation au niveau régional. Il n’y a pas non plus d’informations à son sujet sur la Liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), nous supposons donc que les connaissances sur ses populations sont très limitées.

On sait que 40 % des insectes pollinisateurs à un niveau général sont en danger d’extinction. Les pesticides, les acariens, la pollution, la déforestation et l’introduction d’espèces exotiques mettent ces espèces et bien d’autres en danger à long terme si des mesures ne sont pas mises en place.

La beauté du sphinx colibri est incomparable. Avec son vol gracieux et ses belles couleurs, cet invertébré impressionne tout le monde. Prendre soin des forêts et éviter l’utilisation de pesticides à moins que cela ne soit strictement nécessaire sont des mesures nécessaires pour que nous puissions continuer à profiter de cette espèce et de nombreuses autres.

Cela pourrait vous intéresser ...
10 curiosités sur le poisson rouge
My AnimalsLisez-le dans My Animals
10 curiosités sur le poisson rouge

Nombreuses sont les curiosités sur le poisson rouge. Ces animaux partagent leur vie avec les humains depuis des centaines d'années, d'où leur varié...



  • Kelber, A., & Henique, U. (1999). Trichromatic colour vision in the hummingbird hawkmoth, Macroglossum stellatarum L. Journal of Comparative Physiology A, 184(5), 535-541.
  • Kelber, A. (1996). Colour learning in the hawkmoth Macroglossum stellatarum. The Journal of experimental biology, 199(5), 1127-1131.
  • Farina, W. M., Varjú, D., & Zhou, Y. (1994). regulation of distance to dummy flowers during hovering flight in the hawk moth Macroglossum stellatarum. Journal of comparative physiology. A, Sensory, neural, and behavioral physiology.
  • Kern, R., & Varju, D. (1998). Visual position stabilization in the hummingbird hawk moth, Macroglossum stellatarum LI Behavioural analysis. Journal of Comparative Physiology A, 182(2), 225-237.