Y a-t-il des vers qui mangent du plastique ?

03 novembre, 2020
La découverte de vers qui se nourrissent de plastique n'est pas nouvelle. Cependant, les espoirs d'application des processus de biodégradation ont été anéantis, étant donné leur très faible taux de transformation. Toutefois, de nouveaux rapports ont rallumé la flamme de l'espoir.

La découverte de larves ou de vers mangeurs de plastique est entourée d’illusion et de scepticisme. Selon les experts, plus de 320 millions de tonnes de plastique sont consommées chaque année dans le monde. Presque tous les secteurs de la population utilisent ce matériau d’une manière ou d’une autre.

En ce sens, on estime qu’entre les années 1950 et 2015, la production de déchets plastiques s’est élevée à 6,3 milliards de tonnes dans le monde. L’utilisation du plastique a conduit à son accumulation : c’est le polluant majeur des terres, des rivières, des lacs et des océans.

Dans ce contexte, les découvertes d’animaux capables d’exercer la biodégradation du plastique étaient attendues depuis longtemps. Voici quelques faits encourageants sur le sujet.

Les vers qui mangent du plastique : un nouvel espoir

Depuis les années 1950, de nombreux chercheurs ont étudié la capacité des insectes à endommager et consommer les matériaux d’emballage, notamment le plastique. Des coléoptères et des larves ont été identifiés dans la famille des Tenebrionidae, la famille des Anobiidae et la famille des Dermestidae. Cependant, ces études ont perdu de leur intérêt au fil du temps.

Plus tard, au début des années 1970, de nombreux groupes de recherche ont étudié la biodégradation du polystyrène (PS) dans les sols, l’eau de mer, les sédiments de décharge, les boues activées et le compost.

Les scientifiques ont déterminé que certains insectes à mâchoires peuvent mâcher et manger les emballages en plastique, notamment les films d’emballage en polychlorure de vinyle (PVC), polyéthylène (PE) et polypropylène (PP). Cependant, jusqu’à récemment, on ne savait pas vraiment si le plastique ingéré pouvait se biodégrader dans l’intestin de l’insecte.

Certains vers mangent du plastique.

Quels sont les vers qui mangent le plastique ?

Récemment, un groupe de scientifiques chinois a rapporté que :

  • Les vers de cire (les larves de la teigne indienne ou Plodia interpunctella) sont capables de mâcher et de manger des films PE.
  • Deux souches bactériennes isolées de leurs intestins, sont, elles, capables de les dégrader.
  • Les vers de farine, les larves du coléoptère Tenebrio molitor, beaucoup plus gros que les vers de cire, peuvent se nourrir uniquement de polystyrène.

En outre, un groupe de recherche de l’université de Cantabrie a signalé la biodégradation du PE par les larves de cire de la mite Galleria mellonella. Enfin, cette capacité à manger du plastique est également reconnue chez les “super vers, les larves de Zophobas morio, également de la famille des Tenebrionidae.

Alliés ou ennemis ?

Généralement, ces vers constituent le deuxième stade d’un insecte qui a quatre stades de vie : œuf, larve, pupe et adulte. Ils sont considérés comme des parasites, parce qu’ils parasitent les rayons de miel (vers de cire) ou les réserves de grains (vers de farine), ce qui entraîne des pertes économiques importantes.

Les vers de farine sont également considérés comme une ressource. Ces larves sont un aliment animal rentable disponible dans de nombreux marchés d’insectes et animaleries. Les larves sont produites en masse pour nourrir les oiseaux, les reptiles, les amphibiens et les poissons en utilisant le son, un sous-produit agricole, comme aliment principal. E

Généralement, ils peuvent être facilement élevés dans de l’avoine fraîche, du son de blé ou des céréales avec des pommes de terre, du chou, des carottes ou des pommes. En outre, le fumier produit par les vers de farine est vendu comme engrais.

Quel est le mécanisme qui permet la dégradation biologique du plastique ?

En 2015, un groupe de chercheurs chinois a démontré qu’une souche de vers de farine provenant de Pékin, en Chine, ne pouvait survivre qu’un mois sur du plastique. En traitant les vers avec des antibiotiques, cette capacité a disparu, ce qui suggère que la digestion était régulée par l’activité microbienne de la flore intestinale.

Ces études ont été élargies en utilisant des souches de vers provenant des États-Unis. Ainsi, on sait maintenant que la capacité à dégrader le plastique est très répandue parmi les différentes souches de vers.

Il est intéressant de noter que des progrès ont été réalisés lorsqu’on a su que les taux de dégradation des PS s’amélioraient avec une source de nutrition conventionnelle. Les scientifiques ont également établi que les vers de farine nourris avec ce régime mixte peuvent se reproduire et donner naissance à une deuxième génération capable de dégrader la PS.

Le microbiome est l’arme secrète de la nature

Le même groupe de chercheurs qui mène cette ligne de recherche a effectué une analyse du microbiome intestinal du ver de farine Tenebrio molitor. Jusqu’à présent, les scientifiques ont réussi à révéler l’existence de deux groupes de bactéries (Citrobacter sp. et Kosakonia sp.) fortement associés à la biodégradation du PE et du PS.

En outre, ils ont pu identifier d’autres groupes de bactéries qui sont uniquement associés à la biodégradation de chacun des plastiques. Ces résultats suggèrent une adaptabilité du microbiome intestinal du ver, qui lui permet de dégrader des plastiques chimiquement différents.

Des vers qui mangent du plastique.

L’étude des vers mangeurs de plastique confirme qu’une biodégradation rapide du PS dans l’intestin des larves est possible. Cela indique la présence d’un processus prometteur de dégradation du plastique qui pourrait être utile pour améliorer les niveaux de pollution dans l’environnement.

  • Lebreton, L., Slat, B., Ferrari, B., Sainte-Rose, B., Aitken, J., Marthouse, R., . . . Reisser, J. (2018). Evidence that the Great Pacific Garbage Patch is rapidly accumulating plastic. Scientific Reports, 8(4666). doi: 10.1038/s41598-018-22939-w
  • Bombelli, P., Howe, C. J., & Bertocchini, F. (2017). Polyethylene bio-degradation by caterpillars of the wax moth Galleria mellonella. Current Biology, 27(8), R292-R293.
  • Yang, Y., Yang, J., Wu, W. M., Zhao, J., Song, Y., Gao, L., … & Jiang, L. (2015). Biodegradation and mineralization of polystyrene by plastic-eating mealworms: Part 1. Chemical and physical characterization and isotopic tests. Environmental science & technology49(20), 12080-12086.
  • Brandon, A. M., Gao, S. H., Tian, R., Ning, D., Yang, S. S., Zhou, J., … & Criddle, C. S. (2018). Biodegradation of polyethylene and plastic mixtures in mealworms (larvae of Tenebrio molitor) and effects on the gut microbiome. Environmental science & technology52(11), 6526-6533.
  • Yang, S. S., Brandon, A. M., Flanagan, J. C. A., Yang, J., Ning, D., Cai, S. Y., … & Ren, N. Q. (2018). Biodegradation of polystyrene wastes in yellow mealworms (larvae of Tenebrio molitor Linnaeus): Factors affecting biodegradation rates and the ability of polystyrene-fed larvae to complete their life cycle. Chemosphere191, 979-989.
  • Zumstein, M. T., Narayan, R., Kohler, H. P. E., McNeill, K., & Sander, M. (2019). Do´s and do not´s when assessing the biodegradation of plastics. Environmental Science and Technology, 53, 9967-9969.