Blaireau-furet de Chine : habitat et caractéristiques

Le pelage du blaireau-furet de Chine fut l'un des plus exploitées dans le sud de la Chine. Malgré cela, il semble que la population de cette espèce n'ait pas été affectée et reste stable.
Blaireau-furet de Chine : habitat et caractéristiques

Dernière mise à jour : 18 juillet, 2021

Le blaireau-furet de Chine est un petit mammifère terrestre qui a un corps allongé et assez flexible. Son masque facial particulier et sa timidité font de lui un animal facilement reconnaissable. Il a longtemps vécu avec l’homme et s’adapte ainsi facilement aux changements dans son environnement.

Cette espèce appartient à la famille des mustélidés, elle est donc apparentée aux belettes, aux loutres et aux furets. Plus précisément, nous allons nous concentrer ici sur le mammifère Melogale moschata, un petit animal qui peut devenir un bon allié pour l’homme. Poursuivez donc votre lecture pour en savoir plus.

L’habitat du blaireau-furet de Chine

Ce mammifère est originaire du sud de la Chine, mais on peut le trouver dans une partie du continent indo-asiatique. Cela inclut l’Inde, le Laos, le Vietnam et Taïwan, des endroits où vit également le blaireau-furet de Birmanie (Melogale personata).

Cet animal préfère les climats tropicaux et subtropicaux et ses habitats comprennent les forêts, les prairies et les prairies. Malgré cela, il n’a pas peur de vivre dans des zones perturbées telles que des fermes, des forêts fragmentées, et à proximité des habitations.

Un blaireau-furet de Chine.

Caractéristiques physiques

Ce blaireau est l’un des plus petits qui existent.Il pèse entre 1 et 3 kilos et mesure entre 30 ou 40 centimètres de long. Cette espèce a une longue queue, des oreilles proéminentes et une forme particulièrement élancée. Elle a également de fortes griffes, qui sont excellentes pour creuser.

Le corps de cet animal a une coloration sombre, qui varie peu entre les tons gris et brun. Le visage de ce mammifère est foncé, avec des taches blanches autour de l’œil, ce qui produit un effet masque. Son pelage est court et une ligne blanche traverse son dos.

Comportement

C’est une espèce timide, elle préfère donc se déplacer la nuit, afin d’éviter les interactions avec les humains. De plus, elle peut ainsi profiter de la nourriture des vergers ou des plantations en évitant d’être dérangée.

Ces animaux sont attachés à un territoire, mais ils peuvent devenir sociaux et même former des groupes. Selon une étude publiée par l’Université du Zhejiang, les mâles et les femelles peuvent vivre ensemble dans les mêmes zones, formant des groupes de jusqu’à 7 blaireaux.

Grâce à ses griffes puissantes, ce blaireau est capable de grimper aux arbres, mais il creuse normalement des trous pour se protéger. Il est possible de voir ce mammifère grimper et dormir au sommet des branches des arbres.

Alimentation

Ce type de blaireau est omnivore. Son régime alimentaire se compose de petits rongeurs, d’amphibiens, d’invertébrés et, dans certains cas, de fruits.

Cependant, il préfère se nourrir de vers et d’insectes, car ils sont une plus grande source de protéines. De plus, pour cette raison, ils se trouvent généralement dans les zones de culture, car ce type d’invertébrés y est plus fréquent.

Reproduction

La saison de reproduction de l’espèce commence en janvier, mais la plupart des spécimens s’accouplent entre février et mars. De plus, après septembre, ce mammifère entame sa phase de quiescence, ce qui signifie qu’il ne pourra se reproduire que l’année suivante.

Pour cette raison, les femelles peuvent tomber enceintes de février à octobre. La période de gestation dure au moins 57 jours. Bien qu’on ne le sache pas encore avec certitude, un article publié dans la revue scientifique Zoological Studies a révélé que la plupart des blaireaux n’ont qu’une portée par an.

Après la reproduction et la gestation, entre 2 et 3 petits naissent par portée. La mère les allaitera et prendra soin d’eux à l’intérieur d’un terrier.

Les petits deviendront indépendants à l’âge de 2 ou 3 mois et à ce moment-là ils abandonneront la protection de la mère. Dans leur habitat naturel, ces blaireaux vivent généralement 10 ans.

L’importance du blaireau-furet de Chine

Dans son écosystème, il peut être considéré comme un antiparasitaire, puisque ce mammifère se nourrit de différents invertébrés. De plus, lorsqu’il consomme des fruits, il peut devenir un disperseur de graines. Cependant, il est considéré comme inefficace dans cette tâche.

Pour les humains, ce petit blaireau est considéré comme un antiparasitaire domestique, car il peut se nourrir de cafards. Certaines personnes encouragent même cet animal à entrer dans leur maison, pour tuer ces insectes et d’autres. Dans les zones rurales, le blaireau-furet de Chine est ainsi considéré comme un grand allié.

Le statut de conservation du blaireau-furet de Chine

Cet animal est très commun dans le nord-est de l’Inde. Par conséquent, les habitants le chassent souvent pour se nourrir.

Malgré cela, le blaireau-furet de Chine est largement répandu et sa population ne semble pas avoir diminué. Pour ces raisons, l’Union internationale pour la conservation de la nature l’a classée parmi les espèces les moins préoccupantes.

Sa grande adaptabilité a donné à cet animal la possibilité de survivre dans un environnement très changeant. L’interaction entre l’homme et le blaireau-furet de Chine est si étroite qu’elle peut provoquer des conflits. Cependant, la relation est très bonne : il n’y a pas de rejet de la part des humains.

Bien qu’il s’agisse d’une vision très positive, toutes les relations entre l’homme et l’animal doivent y aspirer. Ce blaireau est l’exemple vivant que les humains peuvent cohabiter avec les espèces sans marcher sur leurs besoins biologiques.

Cela pourrait vous intéresser ...
Liste des 25 espèces perdues : la science contre le temps
My AnimalsLisez-le dans My Animals
Liste des 25 espèces perdues : la science contre le temps

L'organisation Global Wildlife Conservation a compilé une liste des 25 espèces perdues les plus recherchées. Il est temps de les retrouver.



  • Duckworth, J.W., Abramov, A.V., Willcox, D.H.A., Timmins, R.J., Choudhury, A., Roberton, S., Long, B. & Lau, M. 2016. Melogale moschataThe IUCN Red List of Threatened Species 2016: e.T41626A45209676. https://dx.doi.org/10.2305/IUCN.UK.2016-1.RLTS.T41626A45209676.en.
  • Jay F. Storz, W. Chris Wozencraft. (1999) Melogale moschata, Mammalian Species, Issue 631, 3 Pages 1–4, https://doi.org/10.2307/3504333
  • Zhou, Y.-B., Zhang, L., Kaneko, Y., Newman, C., & Wang, X.-M. (2008). Frugivory and seed dispersal by a small carnivore, the Chinese ferret-badger, Melogale moschata, in a fragmented subtropical forest of central China. Forest Ecology and Management, 255(5-6), 1595–1603. doi:10.1016/j.foreco.2007.11.018
  • Robichaud, W. G. (2010). A field record of Small-toothed Ferret Badger Melogale moschata in Central Laos, and other recent records of ferret badgers from the country. Small Carnivore Conservation42, 32-34.
  • Zhang, L., Wang, Y., Zhou, Y., Newman, C., Kaneko, Y., Macdonald, D. W., … & Ding, P. (2010). Ranging and activity patterns of the group-living ferret badger Melogale moschata in central China. Journal of Mammalogy91(1), 101-108.
  • Li, S., Yu, G. H., Liu, S., & Jin, C. S. (2019). First record of the ferret-badger Melogale cucphuongensis Nadler et al., 2011 (Carnivora: Mustelidae), with description of a new subspecies, in southeastern China. Zoological research40(6), 575.
  • Wu, H. Y. (1999). Is there current competition between sympatric Siberian weasels (Mustela sibirica) and ferret badgers (Melogale moschata) in a subtropical forest ecosystem of Taiwan?. ZOOLOGICAL STUDIES-TAIPEI-38(4), 443-451.
  • Chuang, S. A., & Lee, L. L. (1997). Food habits of three carnivore species (Viverricula indica, Herpestes urva, and Melogale moschata) in Fushan Forest, northern Taiwan. Journal of Zoology243(1), 71-79.
  • Pei, K., & Wang, Y. (1995). Some observations on the reproduction of the Taiwan ferret badger(Melogale moschata subaurantiaca) in southern Taiwan. Zoological Studies34(2), 88-95.
  • Wang, H., & Fuller, T. K. (2003). Ferret badgerMelogale moschata activity, movements, and den site use in southeastern China. Acta Theriologica48(1), 73-78.