L'alimentation du blaireau européen

Les blaireaux sont généralement très sélectifs avec leur nourriture, car ils cherchent à optimiser leur recherche de nutriments. Par conséquent, l'espèce a généralement certaines préférences.
L'alimentation du blaireau européen

Dernière mise à jour : 08 octobre, 2021

Le nom scientifique du blaireau européen est Meles meles et il fait partie du groupe des mustélidés. Ce mammifère est distribué dans une grande partie de l’Eurasie, où il occupe une remarquable variété d’habitats.

Cette situation l’amène à s’adapter à la disponibilité des ressources, ce qui signifie que son alimentation varie selon les régions. Contrairement à la croyance populaire, ces animaux ne basent pas leur alimentation uniquement sur la consommation de vers de terre.

La plupart des blaireaux sont des carnivores, mais le blaireau européen rompt ce schéma. Poursuivez donc votre lecture pour savoir ce que mange cet animal si particulier.

Le blaireau européen

Ce mammifère a un corps allongé et robuste. Il mesure généralement entre 65 et 80 centimètres de long.

Sa caractéristique la plus identifiable est son museau proéminent noir, qui donne au spécimen un aspect cylindrique. Sa queue et ses pattes sont courtes et son apparence ressemble à celle des autres mustélidés.

Le pelage de cette espèce est essentiellement grise. Sur son visage, se trouvent un motif de rayures noires et blanches bien définies. Comme les ratons laveurs, ils ont une sorte de masque sur les yeux, mais chez eux les lignes sont verticales et non horizontales.

Cet animal est adapté à une vie souterraine, il possède donc d’énormes griffes qui lui permettent de creuser facilement. Pour cette même raison, sa vision est assez limitée, mais son odorat et son ouïe compensent son manque de vision.

Les blaireaux sont des animaux nocturnes et profitent de la nuit pour chasser. Grâce à leurs sens, ils peuvent facilement détecter n’importe quelle source de nourriture.

Un blaireau.

L’alimentation du blaireau européen

Le blaireau est un animal omnivore. Il mange une grande variété de ressources, telles que des insectes, des fruits, des rongeurs, des oiseaux, des poissons et des champignons, dont aucun n’est essentiel. Les blaireaux sélectionnent les proies les plus abondantes avec lesquelles ils peuvent répondre à leurs besoins alimentaires dans chaque zone de répartition.

Cela amène chaque spécimen à s’arrimer aux ressources de son habitat. Alors que certains blaireaux ne mangent que des vers, d’autres se nourrissent même de lapins.

En effet, selon une étude réalisée par l’Université de Lisbonne, le régime alimentaire de cet animal change à chaque saison de l’année. Cela signifie qu’il s’agit plus d’un opportuniste que d’un prédateur régulier.

Cette capacité d’adaptation permet au blaireau d’occuper des zones humides telles que les forêts ou les prairies, et des régions sèches comme les déserts. En termes simples, la seule chose dont cet animal a besoin pour survivre est suffisamment de nourriture et d’un endroit calme pour construire son terrier.

Les vers de terre sont plus succulents

Pendant longtemps, on a pensé que les blaireaux étaient spécialisés dans la consommation de vers. Et ce, car il était courant de les voir en train de se nourrir de ces invertébrés.

Cependant, grâce à l’analyse détaillée de diverses populations, il a été déterminé que l’espèce est généraliste et consomme une grande variété d’aliments. Mais cela ne signifie pas qu’ils n’ont pas de préférence pour un type d’aliment spécifique.

Il a également été possible de comprendre la raison pour laquelle certains se nourrissent de vers. La grande quantité de nutriments que contiennent ces invertébrés permet aux blaireaux de mieux se développer et de mener une vie saine. En d’autres termes, le ver de terre est le plat le plus nutritif pour les blaireaux.

Un spécialiste dans la sélection de son habitat

Étant opportunistes, les blaireaux cherchent à établir leur résidence dans des endroits riches en ressources. Pour cette raison, des endroits tels que les forêts tropicales sont en haut de leur liste, tandis que les déserts figurent parmi les dernières options.

De plus, avant de se reproduire, les parents s’assurent de choisir un habitat avec une grande quantité de nourriture adaptée à l’entretien de leurs petits. Grâce à la sélection faite par les parents, leurs petits peuvent grandir sereinement.

Enfin, et si les ressources le permettent, la progéniture du blaireau héritera du territoire afin qu’elle n’ait pas à chercher un autre foyer. Dans le pire des cas, si la nourriture se fait rare, le groupe peut se diviser et rechercher de nouveaux habitats.

En somme, l’alimentation du blaireau est un facteur clé pour expliquer sa capacité d’adaptation. De nombreuses caractéristiques et comportements des animaux sont associés à la survie. Cela signifie que, même si un comportement semble sans importance, en réalité, il est essentiel à la conservation de l’animal dans la nature.

Cela pourrait vous intéresser ...
Blaireau-furet de Chine : habitat et caractéristiques
My Animals
Lisez-le dans My Animals
Blaireau-furet de Chine : habitat et caractéristiques

Le blaireau-furet de Chine est un mammifère long et flexible, capable de vivre avec les hommes et d'être un bon antiparasitaire.



  • Kranz, A., Abramov, A.V., Herrero, J. & Maran, T. 2016. Meles meles. The IUCN Red List of Threatened Species 2016: e.T29673A45203002. https://dx.doi.org/10.2305/IUCN.UK.2016-1.RLTS.T29673A45203002.en.
  • Matyáštík, T., & Bičík, V. (1999). Distribution and habitat selection of badger (Meles meles) in northern Moravia. Acta Universitatis Palackianae Olomucensis Facultas Rerum Naturalium Biologica, 37, 77-88.
  • Rosalino, L. M., Loureiro, F., Macdonald, D. W., & Santon-Reis, M. (2005). Dietary shifts of the badger (Meles meles) in Mediterranean woodlands: an opportunistic forager with seasonal specialisms. Mammalian Biology, 70(1), 12-23.
  • Virgós, E. (2012). Tejón – Meles meles. En: Enciclopedia Virtual de los Vertebrados Españoles. Salvador, A., Cassinello, J. (Eds.). Museo Nacional de Ciencias Naturales, Madrid. http://www.vertebradosibericos.org/
  • Barea-Azcón, J. M., Ballesteros, E., & Gil-Sánchez, J. M. (2001). Ecología trófica del tejón (Meles meles L., 1758) en una localidad de las Sierras Subéticas (SE España). Resultados Preliminares. Galemys, 13, 127-138.