Colibris de Colombie et du Venezuela : la beauté en couleur

28 juin, 2020
La Colombie et le Venezuela ont une avifaune incroyablement diversifiée, notamment en termes de colibris.

Les colibris figurent sur la liste des plus petits oiseaux de la planète. Ils sont frappants par leur petite taille, ainsi que par leur bec allongé, avec lequel ils se nourrissent de nectar. Il existe plus de 300 espèces en Amérique et, en général, elles vivent dans des zones boisées, où elles ont accès à des fleurs et à de petits insectes.

Répartition géographique des colibris

Les colibris sont des oiseaux uniques sur le continent américain. Bien que les colibris existent sur tout le continent, la plupart des espèces se trouvent en Amérique centrale et du Sud. Ils vivent dans les zones tropicales et subtropicales.

La plus grande richesse d’espèces se trouve dans les forêts tropicales et subtropicales du nord des Andes. C’est pourquoi, en Colombie et au Venezuela, il existe une grande variété de colibris : plus de 200 espèces !

Colibris de Colombie et du Venezuela

Il est évident que nous ne pouvons pas montrer toutes les espèces de colibris qui existent en Colombie et au Venezuela ci-dessous. Nous examinerons néanmoins certaines des espèces de colibris les plus intéressantes de cette région.

Le colibri à barbe bleue

Les colibris à barbe bleu

L’Oxypogon cyanolaemus est l’une des espèces de colibris colombiens les plus difficiles et les plus rares à observer. Cette espèce n’avait pas été confirmée dans la nature depuis 1946 et on pensait qu’elle était éteinte. Heureusement, en 2015, un spécimen a été redécouvert.

Ce colibri vit dans les montagnes de la Sierra Nevada de Santa Marta. Si vous voulez le voir, une expédition est nécessaire. Il vous faudra environ six jours de marche et 60 km pour atteindre les landes où il vit.

Il a des plumes allongées et une gorge bleu-violet, qui se rejoignent pour former une barbe, et une crête blanche proéminente. Le cadre blanc du visage s’étend de l’arrière de la tête, autour des couvre-oreilles et sur le côté de la poitrine.

L’Inca noir

 

Cette espèce est endémique des Andes occidentales de la Colombie. Comme les autres colibris, le mâle est beaucoup plus voyant que la femelle. Il a une tête noire ornée d’une tache émeraude irisée sur le front, une tache bleu foncé sur la gorge et un ventre vert doré brillant.

Pendant longtemps, on n’a connu qu’un seul spécimen, prélevé en 1951, et on pensait que ce colibri était éteint. On l’a redécouvert près de la ville colombienne d’Urrao en 2004.

Cette découverte a conduit à la création de la réserve naturelle de Colibrí del Sol en 2005, qui s’étend aujourd’hui sur plus de 46 km2. Grâce à ces efforts, on peut maintenant voir le colibri solaire visiter les stations de nourrissage de la réserve.

Depuis 2005, on a trouvé 3 sous-populations supplémentaires, dont une dans le parc national de Tatamá, bien que les zones habitées par toutes les populations restent petites. On estime la population totale de cette espèce à moins de 250 individus.

Le Sylphe du Venezuela

Un colibri vénézuélien

 

Auparavant, cette espèce était considérée comme une sous-espèce du colibri à barbe bleue, originaire du Venezuela, de la Colombie, de l’Équateur et de la Bolivie. Récemment, on a découvert qu’il s’agit d’une espèce indépendante.

Ce Sylphe est endémique au Venezuela, en particulier dans le massif du Turimiquire, à la frontière des États de Sucre, Anzoátegui et Monagas, et dans le Cerro Negro, la plus haute montagne de l’État de Monagas. Il existe également des signalements non confirmés de cette espèce dans la péninsule de Paria, dans le nord du Venezuela.

Comme les autres espèces de colibris, celui-ci présente un dimorphisme sexuel, c’est-à-dire que les mâles et les femelles sont physiquement différents.

Le mâle est facilement identifiable par sa tache bleue sur la gorge (gorjal), sa couronne verte foncée et brillante et, surtout, par les longues plumes extérieures de la queue qui sont violet foncé à la base puis se fanent en bleu aux extrémités, et les deux plumes plus courtes de la queue centrale qui sont vert bleuté.

Le reste du plumage du mâle est principalement vert irisé, plus foncé sur la couronne.

Le plumage en dessous est vert havane, à l’exception de la tache colorée dans la gorge. Le bec du Sylphe du Venezuela est relativement court et noir.

En revanche, la femelle est verte sur le dos, a une couronne et une gorge bleues, et une gorge, une poitrine et un ventre blancs. Sa queue est plus courte que celle du mâle, mais toujours assez longue. Elle est de couleur verte et légèrement fourchue.

Note finale

Il y a beaucoup d’autres colibris en Amérique qui sont vraiment curieux et frappants. Ce ne sont là que quelques-unes des nombreuses choses que vous pouvez voir dans une encyclopédie. Faites des recherches et vous trouverez de vraies beautés !