Les perroquets peuvent-ils manger des tomates ?

Si vous vous demandez si les perroquets peuvent manger des tomates, sachez que la réponse n'est ni affirmative ni négative. Découvrez ici quelles sont les conditions requises pour qu'un perroquet puisse manger ce fruit.
Les perroquets peuvent-ils manger des tomates ?

Dernière mise à jour : 09 octobre, 2021

Les perroquets peuvent-ils manger des tomates ? Vous vous êtes sûrement posé la question si vous vivez avec un oiseau exotique. Bien qu’ils se nourrissent principalement de matières végétales, tous les fruits et légumes ne sont pas indiqués pour les perroquets.

Dans le cas précis des tomates, vous avez sans doute trouvé des informations contradictoires sur internet : certains disent que oui, et d’autres que non. Alors, qu’en est-il réellement ? L’opinion des experts varie également, il n’est pas possible de donner une réponse absolue. En effet, il faut prendre en compte certaines considérations.

Les tomates sont-elles bonnes pour les perroquets ?

Les perroquets sont omnivores. Cependant, à l’exception de quelques insectes trouvés dans la nature, leur régime alimentaire est strictement composé de graines, de fruits et de légumes. En captivité, les légumes qu’ils consomment habituellement peuvent ne pas être disponibles, ce qui soulève des questions quant à leur alimentation.

La tomate est une source de vitamines et de minéraux bénéfiques pour l’organisme. Plus précisément, elle contient des vitamines C, B, E, du bêta-carotène, de l’acide folique et des minéraux, tels que le potassium, le magnésium, le fer et le phosphore. Ces nutriments apportent des bienfaits aux perroquets.

Alors, peuvent-ils manger des tomates ? La réponse est oui, bien que l’exclure de l’alimentation en cas de doute ne leur nuira pas non plus. Comme pour tout aliment, il ne faut pas non plus qu’ils en consomment trop.

Des tomates sur fond blanc.

Quels types de tomates sont toxiques pour les perroquets ?

Cependant, il est nécessaire de nuancer la réponse. La tomate contient de la solanine, un alcaloïde présent dans certaines plantes solanacées, principalement dans les feuilles, les fruits et les tubercules.

Il s’agit d’une substance au goût amer et aux propriétés pesticides. Elle fait partie du système de défense de la plante contre les insectes et autres animaux.

La solanine est toxique pour les perroquets, mais seules les tomates vertes contiennent une quantité élevée de cette substance. Au fur et à mesure que le fruit mûrit, la concentration de solanine diminue. Ainsi, les perroquets peuvent consommer des tomates mûres, car elles n’ont pas assez de solanine pour les rendre malades.

Si vous doutez de la quantité de tomate que votre perroquet peut tolérer, il est préférable de ne pas lui en donner ou de lui en donner très occasionnellement.

Il ne faut jamais donner des tomates vertes aux perroquets, car l’ingestion risquerait de provoquer des dommages au système digestif et même une anémie, la solanine ayant un effet hémolytique. La dose nécessaire pour provoquer un empoisonnement chez un oiseau dépendra de la quantité de tomate ingérée et de la taille de l’oiseau lui-même.

Les aliments interdits aux perroquets

D’autres aliments sont interdits pour ces oiseaux. Les plus importants sont les suivants :

  • Sucre
  • Café et boissons énergisantes
  • Alcool
  • Chocolat
  • Lait
  • Œuf
  • Collations préparées pour les humains
  • Avocat
  • Oignon
  • Aubergine
  • Persil
  • Légumineuses non cuites
  • Tubercules non cuits
  • Viande
  • Champignons

Les bienfaits d’une alimentation équilibrée pour les perroquets

L’alimentation est un facteur clé pour maintenir la qualité de vie et assurer la protection contre d’éventuelles maladies ou événements néfastes, tels que le stress ou des changements climatiques soudains. De plus, l’effet de l’alimentation se reflétera clairement dans le plumage des perroquets, leur vitalité et leur caractère.

Il faut toujours essayer d’imiter l’alimentation du perroquet dans la nature, afin qu’il obtienne tous les nutriments dont il a besoin. Le régime idéal d’un perroquet se compose des éléments suivants :

  1. Mélange de graines : ce mélange devrait constituer environ 60 % de la nourriture totale que l’oiseau mange tout au long de la journée. Un bon mélange contient un minimum de 10 à 12 graines différentes. Les graines de tournesol doivent être réservées comme récompenses.
  2. Fruits, légumineuses et légumes : les 40 % restants doivent être constitués par des salade de fruits, des légumineuses trempées et des légumes frais. Il est à noter que certains légumes peuvent être toxiques pour les perroquets.
  3. Noix : ces fruits secs apportent des minéraux et des graisses végétales bénéfiques pour les perroquets, mais elles doivent être administrées en guise de friandise, de manière occasionnelle.

Il convient de proposer 2 repas par jour aux perroquets, un le matin et un l’après-midi. Et ce, afin d’imiter les habitudes des perroquets sauvages, qui se nourrissent généralement à la première heure de la matinée et avant la tombée de la nuit.

Il existe également des mélanges alimentaires conçus pour les perroquets. Toutefois, chaque cas doit être évalué individuellement.

Suivez ces 3 conseils pour prendre soin d'un oiseau comme animal de compagnie.

Une alimentation équilibrée permettra non seulement de maintenir l’oiseau en bonne santé, mais vous évitera également de nombreuses visites chez le vétérinaire. Comme toujours, votre meilleure arme sera la prévention.

Si vous avez des doutes quant à la toxicité de la tomate, remplacez-la par un autre fruit. Aussi, gardez à l’esprit que s’occuper d’un animal exotique en captivité implique une grande responsabilité.

Cela pourrait vous intéresser ...
Les perroquets peuvent-ils manger de la viande ?
My Animals
Lisez-le dans My Animals
Les perroquets peuvent-ils manger de la viande ?

Les perroquets ne doivent pas manger de viande ni aucun aliment d'origine animale : dans la nature, ils ingèrent des protéines végétales.



  • Piñeiro, C. J. S., & Bert, E. (2011). Principios en la alimentación de psitacidas. REDVET. Revista Electrónica de Veterinaria12(11), 1-3.
  • Morales, H. A. (2005). Fauna silvestre en condiciones de cautividad doméstica en Costa Rica: problemática y soluciones. Biocenosis19(2).
  • Perlman, J. Feeding Birds for Optimal Health.