Mésange charbonnière : habitat et caractéristiques

Le plumage de la mésange charbonnière réfléchit une certaine quantité de lumière dans le spectre ultraviolet. Cela signifie qu'il envoie des signaux "invisibles" à l'œil humain, mais perceptibles aux autres oiseaux de la même espèce.
Mésange charbonnière : habitat et caractéristiques

Dernière mise à jour : 21 septembre, 2021

La mésange charbonnière est un petit oiseau qui se distingue par la coloration saisissante de son plumage. De plus, ce beau spécimen émet une vocalisation typique dans plusieurs zones en raison de sa grande distribution. Bien qu’il ne soit pas en danger critique d’extinction, il est menacé par la déforestation et la pollution, c’est pourquoi des nichoirs sont souvent utilisés pour le protéger.

L’espèce porte le nom scientifique de Parus major et fait partie du groupe des passereaux, également connus sous le nom d’oiseaux chanteurs. Poursuivez donc votre lecture pour en savoir plus sur cet oiseau.

Habitat et répartition de la mésange charbonnière

Ces oiseaux ont une distribution très large, puisqu’ils couvrent une grande partie de l’Europe et de l’Asie. On les trouve facilement dans toute la péninsule ibérique, en Afrique du Nord et dans certaines îles (comme les îles Baléares). Toutefois, l’espèce est fortement dépendante de la forêt, c’est pourquoi elle est absente des zones fortement déboisées ou arides.

Les mésanges sont de petits oiseaux qui nichent dans les creux des arbres, elles ont donc besoin de forêts abondantes pour accomplir leur cycle de vie. Toutefois, elles n’ont pas une préférence pour un certain type d’arbre. Elles peuvent être vues dans les conifères, les chênes verts, les hêtres, les chênes ou encore les forêts mixtes.

Dans les cas extrêmes, cet oiseau peut vivre dans des trous dans les maisons et même à l’intérieur de tuyaux en plastique abandonnés.

Caractéristiques physiques

Cet oiseau est petit : les spécimens adultes mesurent entre 12 et 14 centimètres de long et pèsent seulement 17 ou 19 grammes. Son corps est adapté aux déplacements dans les branches, car leurs pattes ont 3 doigts avant et un doigt arrière qui leur permettent de s’accrocher fermement.

La coloration du plumage est la caractéristique la plus distinctive de la mésange, car les tons qu’elle présente sont vifs et contrastés. D’une part, sa tête est entièrement noire, à l’exception de ses “joues” qui sont blanches. Son ventre, jaune vif, n’est pas moins voyant et arbore une élégante ligne noire au centre.

Au niveau du dos, son plumage est vert olive près de la nuque. Ses ailes et sa queue arborent du bleu, du blanc et du gris, de sorte qu’elle se démarque beaucoup lorsqu’elle est au soleil.

Une mésange charbonnière.

Dimorphisme sexuel

Le dimorphisme sexuel entre les deux sexes n’est pas très perceptible. Chez les femelles, les couleurs du plumage sont plus ternes et la bande noire sur leur poitrine est plus étroite. En matière de corpulence, les mâles sont plus gros et plus lourds que leurs homologues féminins.

Le comportement de la mésange charbonnière

En général, les mésanges sont très sociables : il est possible de les observer voler en groupe composé de plusieurs spécimens de leur espèce et d’autres espèces différentes. Ce comportement est une adaptation à leur environnement : la cohabitation avec d’autres oiseaux fait que chaque oiseau est capable de passer plus de temps à se nourrir et moins de temps à observer l’environnement.

Par ailleurs, une étude publiée par la revue scientifique Integrative and Comparative Biology a révélé que cet animal est assez prudent. Il reste attentif à son environnement, et s’il identifie un prédateur dans sa zone, il restera vigilant plus longtemps.

Ces oiseaux forment une hiérarchie, ce qui signifie qu’il y a des combats entre spécimens pour déterminer qui est le spécimen dominant. Bien que cela semble étrange, les conflits consistent en des confrontations dans lesquelles l’objectif est de « tondre » l’adversaire. Les perdants ont l’air misérables, tandis que les dominants ont l’air impeccables.

Comportement alimentaire

La mésange charbonnière a un corps adapté à son type de nourriture et est capable de se percher sur les branches et de chasser activement. Son habitat est parfait pour chasser les insectes tels que les coléoptères, les grillons, les mouches, les fourmis et les papillons. Mais lorsque la nourriture est rare pendant l’hiver, elle peut manger des graines.

L’un des plus gros problèmes auxquels ces spécimens sont confrontés est le besoin de nutriments pour soutenir les couleurs de leur plumage. Afin de surmonter cela, les oiseaux sélectionnent des proies avec la teneur en caroténoïdes la plus élevée. Ce composé est étroitement lié à la pigmentation, et remplit d’importantes fonctions métaboliques pour cet oiseau.

Comportement reproducteur

Pendant la saison de reproduction, ce petit oiseau devient très territorial. De manière générale, cette espèce est monogame, ce qui signifie que les couples qui se forment restent ensemble jusqu’à ce que l’un des deux membres meurt. Toutefois, certains spécimens ont des relations extraconjugales et peuvent même décider de changer de partenaire.

La saison des amours commence entre janvier et mars, avec un rituel de parade nuptiale au cours duquel le mâle affiche ses plumes ébouriffées. Les joues blanches sont la caractéristique qui a le plus de poids pour une femelle lors de son choix. Plus ce trait est gros et brillant, plus le mâle a de chances d’être choisi.

Une fois le couple formé, la femelle construit seule le nid. Pour ce faire, elle utilise de la mousse comme matière première en combinaison avec de la paille, de l’herbe sèche, de la laine et des plumes. Les mésanges aiment les creux des arbres, car elles ont besoin d’un endroit isolé pour se protéger.

Dans certains cas, ces passereaux fréquentent les nichoirs.

La ponte a lieu entre mars et septembre. La femelle pond entre 5 et 9 œufs. Les petits incuberont pendant au moins 13 jours et chacun éclora en son temps (à 2 ou 3 jours d’intervalle). Dans les rares cas où le nid est détruit par un prédateur, les parents peuvent envisager de faire une ponte de remplacement pour sécuriser leur progéniture.

Le statut de conservation de la mésange charbonnière

L’Union internationale pour la conservation de la nature a classé cette espèce dans la catégorie “préoccupation mineure“. Cela signifie seulement que sa population n’est pas réduite, cela ne dit rien sur les dangers auxquels elle est confrontée.

Les humains sont la principale menace pour cette espèce, en raison des processus d’urbanisation, de pollution et de déforestation.

Un groupe de mésanges dans les branches.

La mésange charbonnière est une espèce vulnérable, car elle dépend des arbres pour former son nid et se reproduire. Si la surexploitation des ressources en bois n’est pas résolue, cette espèce pourrait être menacée à l’avenir.

Cela pourrait vous intéresser ...
Les oiseaux peuvent-ils manger du riz ?
My Animals
Lisez-le dans My Animals
Les oiseaux peuvent-ils manger du riz ?

Les oiseaux peuvent-ils manger du riz ? Est-il vrai qu'ils explosent s'ils consomment trop de riz ? Nous vous apportons ici les réponses à ces ques...



  • BirdLife International. 2016. Parus major. The IUCN Red List of Threatened Species 2016: e.T22735990A87431138. https://dx.doi.org/10.2305/IUCN.UK.2016-3.RLTS.T22735990A87431138.en. Downloaded on 12 September 2021.
  • Tanner, M., & Richner, H. (2008). Ultraviolet reflectance of plumage for parent–offspring communication in the great tit (Parus major). Behavioral Ecology, 19(2), 369-373.
  • Senar, J. C., Figuerola, J., & Domènech, J. (2003). Plumage coloration and nutritional condition in the great tit Parus major: the roles of carotenoids and melanins differ. Naturwissenschaften, 90(5), 234-237.
  • Hegyi, G., Szigeti, B., Török, J., & Eens, M. (2007). Melanin, carotenoid and structural plumage ornaments: information content and role in great tits Parus major. Journal of Avian Biology, 38(6), 698-708.
  • Atiénzar, F., Álvarez, E., Barba, E. (2016). Carbonero común – Parus major. En: Enciclopedia Virtual de los Vertebrados Españoles. Salvador, A., Morales, M. B. (Eds.). Museo Nacional de Ciencias Naturales, Madrid.
    http://www.vertebradosibericos.org/