Les animaux perçoivent-ils la peur à travers l'odorat ?

16 juillet, 2020
La communication de la peur est évidente chez les animaux, mais se fait-elle à travers l'odorat ? Voyons cela dans cet article.
 

La capacité de percevoir la peur à travers l’odorat est évidente chez les animaux qui possèdent également la capacité d’éprouver le stress et la crainte. Ces espèces produisent des signaux d’alertes chimiques qui peuvent entraîner des changements de comportement par le biais de variations endocriniennes ou immunitaires. Ces changements peuvent avoir lieu aussi bien chez un individu que chez un récepteur, toujours de la même espèce.

Par conséquent, un prédateur peut-il sentir la peur de sa proie ? D’après les données, il est impossible qu’un animal perçoive la peur d’un individu d’une autre espèce. Toutefois, les changements comportementaux qu’un animal subit lorsqu’il a peur peuvent être détectés par des individus d’une autre espèce. A condition qu’il sache comment cette espèce se comporte face à la peur.

Les systèmes olfactifs

Chez les animaux vertébrés – mais pas tous – il existe 2 systèmes olfactifs différents. D’une part, le système olfactif principal, responsable de la détection consciente des molécules volatiles dans l’air. Par exemple, l’odeur d’une fleur, du café, des épices, l’odeur corporelle des animaux, etc.

Lorsque nous sentons ces particules, nous les respirons directement. Ces particules se lient aux récepteurs olfactifs des fosses nasales puis l’information atteint le cerveau. Par ailleurs, les états émotionnels, comme la peur, ne sont généralement pas considérés comme capables de générer des molécules chargées d’odeur.

 

D’autre part, il y a le système olfactif accessoire, appelé organe voméronasal. Cette structure se situe au-dessus du palais mou de la bouche, sous la cavité nasale. A cet endroit, des molécules odorantes très spécifiques sont détectées et l’information passe ensuite par le bulbe olfactif.

Deux gazelles qui ressentent de la peur

Les nerfs olfactifs, aussi bien du système principal que du système accessoire, transportent l’information vers le système limbique. Il s’agit de la partie du cerveau responsable de la perception et de la réaction émotionnelle. Ce système olfactif accessoire ne détecte pas les molécules de l’air. En réalité, il est conçu pour “lire” les messages des phéromones non volatiles.

Les phéromones sont des substances chimiques communicatives qui émettent des informations sur le territoire, l’agression et la reproduction.

Est-il possible de percevoir la peur à travers l’odorat ?

Le rôle joué par le système olfactif accessoire dans la communication sociale pourrait suggérer que la peur soit communiquée à travers l’odorat. En effet, les substances détectées sont traitées et interprétées par le système limbique, dont l’organe primaire est l’amygdale. Ce dernier est responsable de la perception et de la réaction face à la peur.

 

Par ailleurs, selon les études, la communication par les phéromones se fait exclusivement entre les membres d’une même espèce. Ce fait rend impossible, pour tout animal, de sentir la peur d’une autre espèce à travers le système olfactif accessoire.

C’est pourquoi on considère que la sensation de peur qu’un animal peut percevoir dépendra davantage des modèles comportementaux qui envoient des signaux olfactifs.

Par exemple, chez les chevaux, les stimuli visuels et auditifs sont les plus importants dans l’activation de la réponse comportementale. Pourtrant, ils font partie des animaux qui possèdent le meilleur sens de l’odorat.

Lorsqu’une personne craintive monte à cheval, l’animal sait déjà qu’elle a peur en raison de sa posture corporelle. De plus, il est fort probable qu’il ne réponde pas aux ordres, qui sont souvent brusques chez les personnes qui ont peur. C’est comme si cela était inscrit dans la mémoire du cheval.

Le cheval peut-il sentir la peur via l'odorat ?

Les animaux peuvent sentir la peur de leurs congénères

Suite à diverses études réalisées sur des oiseaux, des mollusques ou des arthropodes, on a pu conclure que la peur peut se manifester après la perception de certaines substances chimiques.

 

Chez certaines espèces d’escargots marins, lorsqu’un individu est attaqué et blessé, il libère des substances pour alerter les membres de sa même espèce afin qu’ils fuient ou se cachent. Le même mécanisme s’observe chez plusieurs espèces de crabes.

Par ailleurs, chez une espèce d’oiseau, bien qu’il existe encore un débat sur leur capacité de ressentir la peur ou non, on a découvert que, lorsque les oisillons ont peur, ils vomissent une substance très odorante qui alerte les parents. Ces derniers évitent alors de s’approcher du nid pour ne pas être pris pour une proie.

Les animaux peuvent-ils donc percevoir la peur à travers l’odorat ?

Il existe une perception de la peur parmi les animaux. Toutefois, ce n’est pas probablement pas l’odeur qui en est la cause, mais plutôt des comportements spécifiques.

Enfin, d’autres études ont tenté de démontrer la perception olfactive du cortisol, une hormone du stress qui se libère face à des situations de peur. Néanmoins, ils n’ont pas obtenu de résultats concluant ou démontrant la capacité de détecter le cortisol à travers l’odorat.

 

 
  • Ackerl, K., Atzmueller, M., & Grammer, K. (2002). The scent of fear. Neuroendocrinology Letters, 23(2), 79-84.
  • Chen, D., Katdare, A., & Lucas, N. (2006). Chemosignals of fear enhance cognitive performance in humans. Chemical senses, 31(5), 415-423.
  • Knight, K. (2012). CRABS SMELL FEAR THROUGH ANTENNULES. Journal of Experimental Biology
  • Parejo, D., Amo, L., Rodríguez, J., & Avilés, J. M. (2012). Rollers smell the fear of nestlings. Biology letters, 8(4), 502-504.