Comment naissent les requins ?

La gestation des requins figure parmi les plus longues. Chez certaines espèces, la gestation peut durer plus d'un an.
Comment naissent les requins ?

Dernière mise à jour : 23 septembre, 2021

Les requins sont des animaux aquatiques à l’apparence effrayante et aux mâchoires énormes. Les différentes espèces ont différents types de reproduction et partagent certaines caractéristiques avec les mammifères. Tout cela fait qu’à première vue, il est difficile de savoir comment les requins naissent.

Toutes les espèces sont différentes, mais il existe des mécanismes de reproduction communs à la plupart des groupes biologiques. Nous vous disons ici comment naissent les requins et quelles sont leurs caractéristiques distinctives. Poursuivez donc votre lecture pour en savoir plus sur le sujet !

Les requins

Malgré leur similitude avec certains mammifères marins, les requins ne font pas partie du même groupe. L’une des principales caractéristiques des requins est leur squelette cartilagineux, très différent des os que l’on trouve chez les baleines ou les dauphins. Pour cette raison, les requins font partie du groupe des chondrichtyens.

La caractéristique phare des mammifères, à savoir les glandes mammaires des femelles, ne se trouve chez aucun type de requin. De même, les requins n’ont pas de poils, une caractéristique typique de ce groupe que l’on peut même trouver sur les baleines.

L'un des animaux les plus rapides de l'océan.

Comment naissent les requins ?

Contrairement à la plupart des poissons, les requins n’ont pas la possibilité de recourir à la fertilisation externe, et leurs nageoires pelviennes sont modifiées pour la reproduction. Les requins doivent établir un contact physique direct (copulation) entre eux pour donner naissance à leur progéniture.

Ainsi, les requins ont des organes reproducteur. Ils ont recours à une copulation interne (accouplement) pour que la fécondation de la femelle ait lieu. Mais c’est là que tout se complique : contrairement aux mammifères, ces animaux peuvent présenter les 3 types de reproduction qui existent.

En effet, certaines espèces sont ovipares, d’autres ovovivipares et encore d’autres vivipares. Le mécanisme par lequel les requins naissent dépend de l’histoire évolutive de l’espèce et des contraintes environnementales.

Requins ovipares

Les espèces ayant recours à ce type de reproduction produisent des œufs, qui sont en fait des ovules fécondés recouverts d’une couche cornée. L’embryon possède un sac vitellin qui lui fournira les nutriments nécessaires à son développement, il n’a donc besoin que d’un endroit adapté pour incuber.

La plupart des spécimens ovipares ne prennent pas soin de leurs œufs après la ponte.

Ce mécanisme a plusieurs points en sa faveur, puisqu’il réduit le risque de fuite de la femelle (en n’ayant pas à porter le poids supplémentaire de la progéniture). De plus, elle continue d’être indépendante pour chercher de la nourriture, s’accoupler de nouveau ou même migrer. Cependant, libérer un œuf au milieu de la mer est beaucoup moins sûr que de le faire éclore dans l’utérus.

Requins vivipares

Ces spécimens ont un processus d’incubation différent, car la femelle garde ses petits à l’intérieur de son corps, les nourrissant à travers son placenta. Grâce à cela, la mère s’assure que son enfant survit à la grossesse, car elle le protège pendant les mois où elle le porte dans son ventre.

L’avantage de ce type de reproduction est la possibilité d’assurer la survie de la progéniture, puisqu’ils restent à tout moment près de la mère. Cependant, cela a aussi ses risques, car le petit est lié à la vie de la mère, donc si elle meurt, il meurt aussi.

Ce mécanisme requiert beaucoup de ressources et use donc la santé de la femelle.

Requins ovovivipares

Ce type de reproduction est un point intermédiaire entre les deux types précédents, puisque la femelle produit des œufs, mais ces œufs restent dans son ventre jusqu’à l’accouchement. Ainsi, les animaux ovovivipares semblent être vivipares, mais en réalité ils présentent également des caractéristiques ovipares.

La différence radicale entre la viviparité et l’ovoviviparité est que dans ce dernier cas les petits ne se nourrissent pas à travers le placenta de la mère, mais du jaune présentent à l’intérieur de leur œuf. Ainsi, bien qu’ils soient dans le ventre de leur mère, ils n’ont pas de contact direct avec elle. Peu de temps avant l’accouchement, la capsule qui les entoure se rompt et les petits sont libérés presque immédiatement à l’extérieur.

Ce mécanisme particulier est considéré comme une étape intermédiaire entre l’œuf et le placenta. Vu d’une autre manière, les ovipares sont apparus en premier, et quelque temps plus tard, certains d’entre eux ont commencé à retenir leurs œufs dans l’utérus. Au fil des ans, cette caractéristique s’est améliorée jusqu’à ce qu’un placenta se forme à la place de la capsule, avec l’émergence de cellules vivipares.

Comment sont les œufs de requin ?

Les capsules ou œufs produits par les requins sont des structures cornées qui contiennent des ovocytes fécondés. La protection qui recouvre les petits est différente de celle que l’on voit habituellement chez d’autres animaux comme les oiseaux. Les matériaux qui la composent sont des cellules opaques semi-transparentes, formant une structure rectangulaire d’où émergent des crochets à chaque coin.

La structure translucide permet de camoufler les œufs et les crochets permettent de les ancrer au substrat et à la végétation. De plus, contrairement aux oiseaux, les embryons n’ont pas besoin d’être protégés de la dessiccation, de sorte que l’œuf peut “se permettre” d’avoir une structure souple pour faciliter l’échange de substances avec l’environnement.

Le cannibalisme chez les nouveau-nés

Cet événement est caractéristique des requins vivipares et ovovivipares. Les petits  qui grandissent à l’intérieur de la mère peuvent manger leurs frères et sœurs avant l’accouchement. Cela ne s’applique pas seulement aux embryons en développement : ils peuvent également se nourrir d’œufs non fécondés.

Avant de penser que c’est une mauvaise chose, rappelez-vous que les animaux ne sont pas guidés par la moralité, mais par leur instinct de survie. Ce mécanisme est une adaptation évolutive qui assure l’absorption de nutriments pour la progéniture la plus forte.

Un œuf de requin.

Un œuf de requin.Comme vous avez pu le constater, les requins ont un mode reproduction complexe. Ils vivent dans un environnement peu clément et très exigeant, c’est pourquoi ils ont dû développer des stratégies de gestation très différentes.

Cela pourrait vous intéresser ...
Combien de dents les requins ont-ils ?
My Animals
Lisez-le dans My Animals
Combien de dents les requins ont-ils ?

Les requins ont des dents pointues dont l'origine est complètement différente de celle des autres mammifères. Apprenez-en plus ici sur le sujet.



  • Mabragaña, E., Figueroa, D. E., Scenna, L. B., Díaz de Astarloa, J. M., Colonello, J. H., & Massa, A. M. (2009). Clave de identificación de cápsulas de huevos de condrictios del Mar Argentino.
  • Hoyos Padilla, E. M. (2003). Biología reproductiva del tiburón piloto Carcharhinus falciformis (Bibron, 1838) de Baja California Sur (Doctoral dissertation, Instituto Politécnico Nacional. Centro Interdisciplinario de Ciencias Marinas.).
  • Gatica, C., & Acuña, E. (2011). Biología reproductiva de los tiburones de profundidad Aculeola nigra De Buen, 1959, y Centroscyllium nigrum Garman, 1899 (Chondrichthyes: Etmopteridae), centro-norte de Chile. Gayana (Concepción)75(1), 1-16.
  • Fernández, M. C. (2014). TIBURONES Y RAYAS EN LA MIRA: LA IMPORTANCIA DE LOS ESTUDIOS DE REPRODUCCIÓN. Hippocampus3, 28-33.
  • Wourms, J. P., & Demski, L. S. (1993). The reproduction and development of sharks, skates, rays and ratfishes: introduction, history, overview, and future prospects. In The reproduction and development of sharks, skates, rays and ratfishes (pp. 7-21). Springer, Dordrecht.