Bébé martinet : soins et alimentation

Trouver un bébé martinet tombé du nid est chose courante pendant les mois d'été. Découvrez ici comment prendre soin de lui jusqu'à ce que vous puissiez le laisser dans un centre de récupération de la faune.
Bébé martinet : soins et alimentation

Dernière mise à jour : 19 juillet, 2021

Pendant la saison estivale, surtout dans les villes, les organismes publics reçoivent des centaines d’appels en raison d’un bébé martinet tombé du nid ou d’un martinet adulte désorienté. Notre premier instinct est d’aider l’oiseau, mais il existe un protocole beaucoup plus sûr qui garantit sa survie et son bien-être.

Il convient de noter que les martinets et les hirondelles sont des espèces protégées. Leur protection est donc  notre responsabilité.

La première recommandation est toujours d’emmener les bébés oiseaux dans un centre de récupération. Les conseils que nous vous livrons ici concernent un éventuel séjour au sein de votre foyer pendant une courte période jusqu’à ce que vous puissiez les emmener chez un professionnel.

Que faire si je trouve un bébé martinet ?

Avant toute chose, vous devez vérifier si l’oiseau est déshydraté, en état d’hypothermie ou blessé. Pour ce faire, vous pouvez suivre une série d’étapes :

  • Vérifiez s’il s’agit d’un nouveau-né ou d’un adulte : les nouveau-nés ont des plumes grisâtres et peuvent avoir du duvet s’ils sont très petits. Les adultes sont totalement sombres.
  • S’il n’y a pas de blessures visibles, mettez l’oiseau sur votre main posée au-dessus de votre tête. S’il s’agit d’un adulte, il volera tout seul, tandis que si c’est un bébé, il s’accrochera à votre main ou tentera de décoller sans succès. Ne lâchez jamais l’oiseau dans le vide pour voir s’il vole.
  • S’il semble abbatu, il se peut qu’il soit en état d’hypothermie ou déshydraté. L’avez-vous trouvé par une nuit froide ou en plein soleil ?

Une fois que vous avez identifié le problème, appelez un centre de récupération de la faune et emmenez-le là-bas. Dans la section suivante, vous trouverez les instructions pour garder dans les meilleures conditions possibles jusqu’à ce qu’il atteigne sa prochaine destination.

Bébé martinet noir.

Les soins à prodiguer au bébé martinet

Pendant que l’oiseau est avec vous, vous devez préparer un espace et lui prodiguer certains soins pour qu’il se remette de son mauvais état. S’il est en hypothermie, placez-le dans un endroit chaud et calme jusqu’à ce qu’il retrouve de l’énergie. Ne lui donnez pas à manger ou à boire jusque-là.

En revanche, si le martinet est déshydraté, donnez-lui à boire du sérum physiologique – vous en trouverez dans n’importe quelle pharmacie -, de l’eau avec un peu de sucre ou une boisson isotonique. Pour ce faire, mettez une goutte sur le coin de son bec et voyez s’il la boit.

Ne mettez jamais le bec directement dans le liquide, et ne versez pas non plus du liquide directement dans son bec. Le risque d’étouffement est important.

Un logement rapide

Une boîte en carton avec des trous dans le couvercle est une cabane idéale pour cette oiseau, car cela lui rappellera son nid. Le bébé martinet ne doit jamais être mis dans une cage, car les barreaux endommageront ses plumes et il ne pourra pas voler.

Si vous avez besoin de le réchauffer, placez une couverture chauffante ou une bouillotte sous un côté de la boîte. Le martinet pourra ainsi choisir de se reposer sur un côté ou l’autre selon qu’il a froid ou chaud.

La boîte doit être maintenue propre afin que ses excréments ne salissent pas ses plumes. Il est préférable de mettre du papier absorbant absorbant sur le sol de l’installation et de le changer périodiquement.

Alimentation

Le martinet noir (Apus apus) est strictement insectivore. Il ne doit pas être nourri avec de la viande, des aliments pour animaux, du poisson et d’autres types de protéines, car ce régime peut causer des dommages à son système digestif ou des déficits de croissance dans le cas des petits.

La meilleure option est d’acheter des insectes morts, de les congeler et d’en retirer la quantité nécessaire à chaque repas. Une fois par jour, l’une des repas doit être légèrement saupoudrée de vitamines et de minéraux en poudre. Les marques les plus adaptées sont Nekton S ou Bio® et Nekton-MSA®.

Les insectes les plus accessibles que vous pouvez acheter dans les animaleries ou les magasins de pêche sont les ténébrions meuniers (Tenebrio molitor), les grillons domestiques (Acheta domestica), les larves de mouches et les fausses teignes de la cire (Galleria mellonella).

Dosage alimentaire

Quant à la quantité de nourriture, elle dépend de nombreux facteurs, comme l’âge du poussin, la taille des insectes ou encore sa charge calorique. Le plus conseillé est de contrôler la dose nécessaire pour garantir une croissance continue et régulière du poids du poussin.

Le centre de récupération peut vous guider sur la quantité exacte si vous pesez l’oiseau quotidiennement.

Comment nourrir un bébé martinet ?

Il faut lui donner un insecte toutes les 30 minutes pendant la journée, seulement la journée. Si vous n’avez pas d’autre choix que de garder le martinet pendant une longue période, au fur et à mesure qu’il grandit, vous devrez espacer les repas jusqu’à un intervalle de 3 heures et lui donner entre 10 et 15 insectes par repos.

Il est essentiel que, tout au long du processus, vous gardiez le bébé bien hydraté, propre et que vous observiez s’il défèque bien entre les repas. 

Pour nourrir l’animal, vous devez d’abord le tenir fermement, mais pas trop fort. L’objectif est qu’il ait les ailes repliées et qu’il ne puisse pas se blesser ou abîmer ses plumes.

Ensuite, afin de ne pas le blesser accidentellement, aidez-vous d’une pince aux extrémités arrondies pour lui donner les insectes et les insérer soigneusement dans son bec. Un bébé martinet peut vous faciliter la tâche en ouvrant son bec pour réclamer la nourriture.

Les martinets se nourrissent en plein vol, donc lui laisser de la nourriture à manger pour qu’ils se nourrisse seul ne servira à rien. Vous devrez continuer à l’alimenter vous-même jusqu’à ce que vous l’emmeniez au centre de récupération le plus proche.

Comment libérer un bébé martinet ?

Si l’oiseau que vous avez trouvé est un martinet adulte qui était simplement déshydraté ou en hypothermie, il est possible qu’il soit sur la voie de la guérison. Dans ce cas, vous pouvez le libérer vous-même. Pour éviter les accidents, vous devez prendre en compte une série de conditions :

  • Choisissez un endroit ouvert, où l’oiseau ne peut entrer en collision avec rien et où il sera facile à trouver s’il retombe au sol.
  • Si possible, assurez-vous que le sol est mou pour réduire les risques de blessures en cas d’atterrissage.
  • Assurez-vous qu’il n’y a pas de rapaces à proximité.

Ne lancez jamais l’oiseau vers le haut : placez-le dans la paume de votre main, ouvrez-la et levez légèrement votre paume. Si le martinet se sent en sécurité, il s’envolera vers le ciel et ne reviendra pas. S’il ne se sent pas prêt, il s’accrochera à votre main.

Choisissez une journée chaude et libérez l’oiseau à la première heure de la matinée. Il aura ainsi suffisamment de temps pour reconnaître l’endroit et trouver de la nourriture.

Si après 2 tentatives infructueuses l’animal continue de tomber au sol, il est possible qu’il soit malade ou blessé et que vous ne l’ayez pas remarqué. Dans ce cas, emmenez-le dans un centre de récupération dès que possible.

Savez-vous comment prendre soin d'un bébé martinet ?

Comme dernière recommandation, gardez bien ce moment en mémoire. Voir de près l’un de ces bolides du ciel et pouvoir lui sauver la vie est l’une des plus belles expériences que vous allez vivre.

Cela pourrait vous intéresser ...
Le martinet noir est l’oiseau de l’année 2021
My Animals
Lisez-le dans My Animals
Le martinet noir est l’oiseau de l’année 2021

Tous les ans, la Société ornithologique espagnole organise le concours « Oiseau de l'année ». Le martinet noir est l'oiseau de l'année 2021.



  • E. Fusté, E. Obon and L. Olid (2013). Hand-reared common swifts (Apus apus) in a wildlife rehabilitation centre: assessment of growth rates using different diets. Journal of Zoo and Aquarium Research 1(2), 61-68.
  • G. (2013, 29 enero). Breves pautas para la cría a mano de vencejos. GREFA. https://www.grefa.org/esta-en-tu-mano/la-cria-a-mano-de-vencejos