Poisson-trompette : habitat et caractéristiques

Le poisson-trompette est l'un des actinoptérygiens les plus étranges au monde. Les mâles tombent « enceintes » et nagent debout. Voulez-vous en savoir plus sur ce poisson ? Poursuivez donc votre lecture.
Poisson-trompette : habitat et caractéristiques

Dernière mise à jour : 30 juin, 2021

Le terme « poisson-trompette » désigne 3 espèces de poissons extrêmement allongées et très proches les unes des autres, appartenant toutes à la famille des Aulostomidae, eux-mêmes inclus dans l’ordre des Syngnathiformes. Bien qu’ils ne soient pas très similaires, les poissons-trompettes partagent un taxon supérieur avec les hippocampes.

Le nom même du genre Aulostomus nous renseigne sur les caractéristiques de ces poissons, puisque aulos signifie flûte en grec, et tomus (stomie) fait référence à la bouche. Si vous voulez en savoir plus sur ce groupe inhabituel d’actinoptérygiens, poursuivez donc votre lecture.

L’habitat du poisson-trompette

Comme nous venons de le dire, le genre Aulostomus comprend 3 espèces différentes : Aulostomus chinensis, Aulostomus maculatus et Aulostomus strigosus. Nous allons nous concentrer sur le poisson-trompette le plus commun de tous, Aulostomus maculatus, mais nous vous donnerons également quelques informations générales sur les autres espèces.

En tant que genre, les poissons-trompettes se trouvent dans diverses eaux tropicales à travers le monde. Deux des trois espèces sont réparties dans tout l’Atlantique ( Aulostomus maculatus et Aulostomus strigosus), et l’autre habite l’Indo-Pacifique ( Aulostomus chinensis ). On les trouve dans les zones démersales des récifs rocheux, près des fonds et des sédiments.

Pour sa part, Aulostomus maculatus habite les eaux tropicales salées de l’océan Atlantique occidental, de la Floride au Brésil, en passant par les îles des Caraïbes et le golfe du Mexique. Son écosystème de prédilection sont les eaux peu profondes de 2 à 25 mètres de profondeur et les zones riches en coraux, en particulier celles avec une grande abondance de structures verticales.

Détail de la zone céphalique d'un poisson-trompette.

Caractéristiques physiques

Tous les Syngnathiformes se caractérisent par un corps allongé entouré d’anneaux osseux et des bouches tubulaires très frappantes. Le poisson-trompette ne fait pas exception à cette règle, c’est pourquoi il est connu sous ce nom commun.

L’espèce Aulostomus maculatus est assez grande : elle peut atteindre 91 centimètres de long à son stade adulte, un peu plus que le reste de ses proches. Son corps est allongé et fortement comprimé sur les côtés, et sa bouche est extrêmement longue, avec une ouverture mandibulaire à son extrémité. Un barbillon peut être vu à l’extrémité de l’appareil buccal.

Ses nageoires dorsales et anales sont petites et situées loin du plan céphalique, ce qui lui donne un aspect presque serpentin. Sa coloration varie selon le spécimen et les lieux, mais on peut distinguer 3 motifs spécifiques : rouge-brun —le plus courant—, gris-bleu et jaune-vert.

Les marques et les délimitations présentes sur le modèle général des couleurs varient selon le spécimen.

Le comportement du poisson-trompette

Curieusement, les poissons trompettes n’utilisent pas les moyens de locomotion communs à la grande majorité des poissons actinoptérygiens. Il est très rare de voir un spécimen nager horizontalement : cette espèce est « emportée » par le courant tout en gardant une position presque verticale. Pendant qu’elle nage, elle positionne sa tête vers le bas et effectue un minimum de mouvements.

De plus, comme l’indique le portail PHYSIS Journal of Marine Science, le comportement des spécimens varie en fonction de leur schéma général de coloration. Par exemple, les individus bleuâtres se trouvent dans des zones plus profondes que les individus jaunâtres ou brunâtres. La taille du corps est également différente en fonction de la tonalité globale.

Le poisson-trompète, un roi du camouflage

Les poissons trompettes peuvent utiliser leurs chromatophores – des cellules contenant des pigments à l’intérieur qui reflètent la lumière – pour varier leur tonalité générale et mieux se fondre dans leur environnement. Ils sont même capables d’imiter les mouvements d’une algue dérivante tout en conservant leur position verticale pour éviter d’être détectés par des prédateurs potentiels.

Comme ils nagent très mal, ces animaux sont totalement dépendants de leurs capacités à se camoufler.

L’alimentation du poisson-trompète

Les poissons appartenant à la famille des Aulostomidae sont exclusivement carnivores. Ils se nourrissent d’invertébrés et de petits poissons, mais ils ne chassent pas et ne poursuivent pas leurs proies. En raison de leur capacité à émuler un faisceau vertical d’algues, ils attendent que leurs victimes passent devant eux et les piègent par des mécanismes d’aspiration.

Grâce aux tissus élastiques qui composent ses pièces buccales, le poisson-trompette peut ouvrir le diamètre de sa bouche au-delà de la largeur de son propre corps. L’ouverture rapide de ce mécanisme sophistiqué génère un effet de succion dans l’environnement du poisson, entraînant ainsi la proie dans ses mâchoires.

Ces animaux se cachent également derrière certaines espèces de poissons herbivores. Ainsi, leurs proies ne les voient que trop tard.

Reproduction

Le mécanisme de reproduction exact du poisson-trompette n’a pas encore été élucidé, bien que les mâles soient connus pour utiliser leurs chromatophores pour changer de couleur et afficher des signaux de parade nuptiale. De plus, cette espèce – et le reste des Syngnathiformes – présente un format de soins parentaux très atypique dans le règne animal.

Chez cette espèce, c’est le mâle qui est chargé de s’occuper de la progéniture. Après la fécondation externe des œufs pondus par la femelle, elle les protège dans un “sac” spécial jusqu’à leur éclosion, en prenant soin d’eux à tout moment. Cette stratégie évolutive a également été adoptée par les dragons d’eau verts (Physignathus cocincinus)  et les hippocampes (Hippocampus).

L’état de conservation du poisson-trompète

Comme l’indique la Liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), le poisson-trompette Aulostomus maculatus n’est pas en danger, puisqu’il est inclus dans la catégorie « Préoccupation mineure ». Toutefois, les populations diminuent.

Le déclin mondial des lits d’algues et des coraux peut compliquer la survie de l’espèce à long terme. De plus, la propagation du poisson-lion (Pterois volitans) est une menace pour cette espèce et bien d’autres. C’est une espèce envahissante et mortelle qui se nourrit de nouveau-nés de poissons-trompettes, et de nombreuses autres espèces.

Bien que cette espèce ne soit pas courante dans le monde des loisirs aquatiques, des vols sporadiques de spécimens dans l’environnement à des fins lucratives ont été enregistrés. 

Un groupe de poissons sur un récif.

Comme vous pouvez le voir, le poisson-trompette est l’un des actinoptérygiens les plus fascinants au monde. Sa façon de se reproduire, ses techniques de chasse et son superbe mimétisme ne laissent personne indifférent. Malheureusement, si la destruction des écosystèmes marins se poursuit au rythme actuel, cette espèce pourrait être menacée dans un avenir pas très lointain.

Cela pourrait vous intéresser ...
Poisson-scie : habitat et caractéristiques
My Animals
Lisez-le dans My Animals
Poisson-scie : habitat et caractéristiques

Le poisson-scie est un poisson dont le museau est en forme de scie. Malheureusement, cette espèce est gravement menacée. Apprenez-en plus ici.



  • Chalfant, D. D. Physical and behavioral differences between the three color morphologies of Aulostomus maculatus. φυσιζ, 15.
  • Connect, L. U., & Home, L. U. Aulostomus Maculatus.
  • Maul, G. E. (1959). Aulostomus, a recent spontaneous settler in Madeiran waters.
  • San Antonio, C. Variation in Threespot Damselfish Aggression Using Models of a Conspecific, Predator, and Herbivore. φύσις, 13.