Qu'est-ce que l'éducation canine positive ?

22 mai, 2018
Cette méthode d'apprentissage pour chiens vise à be pas blesser l'animal, à le motiver et le récompenser quand il se comporte bien.
 

Lorsque notre chien a un problème de comportement que nous se savons pas gérer, il nous faut l’aide d’un éducateur canin. Nombre d’entre eux se présentent comme éducateurs positifs mais tout le monde ne sait pas ce quoi ce terme désigne. C’est pourquoi nous allons tout vous dire sur l’éducation canine positive.

Éducation et dressage

Il existe trois types de professionnels spécialisés en dressage canin : les éducateurs, les dresseurs et les éthologues. Les éthologues sont des vétérinaires spécialistes en la matière puisqu’ils étudient et connaissent le comportement de tous les animaux de la planète. Cependant, ceux que l’on voit en clinique sont spécialisés en animaux domestiques. 

Les dresseurs apprennent des ordres aux chiens peu importe la situation dans laquelle ils se trouvent. Par exemple, éduquer les chiens renifleurs de drogue est le travail des dresseurs. Une fois que le chien a appris l’ordre, peu lui importera de le mettre en pratique à l’aéroport, à la maison, devant beaucoup de gens ou seul.

Les éducateurs traitent les problèmes de comportement. Ces professionnels enquêtent sur la vie du chien pour trouver ce qui le pousse à se comporter ainsi, et ils cherchent une solution au problème à la racine.

un chien assis obéit à une femme
 

Ces trois trois professions sont semblables et très différentes à la fois. Chacune a sa spécialité pour obtenir les meilleurs résultats dans chaque cas concret. Tout comme dans beaucoup d’autres professions, on peut les exercer depuis diverses perspectives différentes. L’une d’elles est celle que l’on désigne par l’étiquette ‘en positif’.

Histoire de l’éducation canine

Cette séparation des professions est relativement récente. La figure du dresseur apparaît il y a moins de 100 ans, et elle s’oriente vers l’éducation il y a une cinquantaine d’années. En revanche, le métier d’éthologue comme spécialiste du comportement animal est plus ancien. Cependant, il était plutôt orienté vers les animaux sauvages.

Les dresseurs et éducateurs canins ont commencé à travailler avec les chiens par la force. Par exemple, ceux qui travaillaient avec des chiens acteurs usaient des châtiments et de la douleur pour leur enseigner ce qu’ils devaient faire. Autrement dit, les chiens travaillaient pour éviter les conséquences d’une désobéissance aux ordres donnés.

Peu après, on a découvert une technique plus respectueuse et qui leur apprenait plus rapidement ce qu’on attendait d’eux. Au lieu de les punir, on ajoutait des récompenses pour leur travail. Ainsi, on persuadait les chiens de travailler et bien se comporter sans avoir à les gronder. Cette technique s’utilise aujourd’hui dans le dressage de beaucoup d’autres animaux, comme les dauphins des spectacles des aquariums.

 
trois chien autour d'une femme l'écoutent

D’après les règles d’apprentissage formulées par Skinner, ces récompenses correspondent au renforcement positif. Les professionnels, aussi bien les dresseurs que les éducateurs, qui ont abandonné les punitions au profit du renforcement positif, ont commencé à s’appeler ‘en positif’.

L’étiquette ‘éducation canine en positif’ est usée

L’éducation en positif cherche à ne pas faire de mal au chien. Les punitions, qu’elles soient physiques (tirer sur la laisse, coups de pieds, tapes ou coups) ou psychologiques (cris, menaces ou isolement), font du mal.

À l’inverse, l’éducation canine positive cherche à motiver le chien à bien se comporter et le récompenser quand il le fait. Le chien obéit parce qu’il le veut et car satisfaire les humains est instinctif, pas pour éviter la souffrance.

Les professionnels qui continuaient à utiliser les punitions et la douleur se sont fait surnommé ‘traditionnels’. ‘Positifs’, en revanche, pour ceux qui cherchaient à travailler de façon plus respectueuse envers le chien, comme nous l’avons dit. Malgré la nette différence, on a rapidement commencé à mélanger les termes.

 

Peu de familles veulent emmener leur chien chez un professionnel qui va lui faire du mal. C’est pourquoi les professionnels ‘traditionnels’ ont commencé à introduire les récompenses dans leurs méthodes de travail. Néanmoins, ils n’ont pas abandonné totalement les punitions.

De nos jours, beaucoup de dresseurs et d’éducateurs mêlent ces deux techniques : récompenser et punir à parts égales. Ils poussent les chiens à travailler en échange de récompenses ou de ne pas être puni.

C’est pourquoi on dit que cette étiquette est usée. Qu’un travailleur se dise ‘en positif’ ne garantit plus qu’il ne va pas infliger peur et douleur aux animaux avec lesquels il travaille. C’est devenu la responsabilité des maîtres qui cherchent le meilleur pour leur chien de s’assurer qu’il est traité avec respect.

La douleur comme facteur des problèmes de comportement

Il est reconnu que l’utilisation du renforcement positif accélère l’apprentissage et la résolution de problèmes chez n’importe quel type d’animal. Ainsi, les punitions perturbent le chien et empêchent tout apprentissage. De plus, l’utilisation de la douleur empire les relations entre les chiens et leur famille humaine. Par conséquent, elle crée de mauvaises associations avec les nouveaux comportements qu’on essaie de leur apprendre.

Les colliers de pics, électriques ou d’étranglement font aussi partie des punitions par la douleur. On a démontré que l’utilisation de ces techniques masque les problèmes -sans les résoudre- et rend les chiens instables et imprévisibles. 

 
un chien en laisse dans la forêt et un homme avec une radio

Quand nous vivons dans une famille ayant un chien, nous voulons qu’il soit heureux et se comporte bien parce qu’il le veut et non pas par peur. Seule une éducation sans douleur et sans peur peut y parvenir.

Comment choisir un bon éducateur en éducation canine positive

Puisqu’on a désacralisé l’étiquette ‘éducation canine positive’, qui ne garantit plus l’utilisation de techniques uniquement basées sur le renforcement positif, vous devrez vous intéresser à sa façon de travailler. Avant d’engager un professionnel, parlez avec lui et exposez-lui tous vos doutes. Poursuivez avec lui seulement s’il vous inspire confiance.

En somme, quand un professionnel travaille avec votre chien, attendez de lui qu’il :

  • Vous écoute et vous respecte, votre chien, vous et vos problèmes.
  • Ne tire pas sur la laisse, ne pousse pas, ne donne pas de tapes ni de coups au chien.
  • Propose des solutions et des astuces adaptées à votre cas particulier.
  • N’utilise pas de colliers avec pics, d’étranglement, électriques ou de noeuds.
  • Ne base pas son travail sur la théorie de la dominance, mais plutôt sur des preuves scientifiques.