Rouget du porc : symptômes, causes et traitement

Le rouget du porc est une maladie bactérienne potentiellement mortelle chez les jeunes animaux et les femelles enceintes. L'hygiène et la manipulation des animaux sont la meilleure prévention.
Rouget du porc : symptômes, causes et traitement

Dernière mise à jour : 22 mai, 2021

Les maladies porcines sont très importantes, non seulement au niveau du bien-être animal, mais également en ce qui concerne la production porcine. Dans l’industrie de la viande, la lutte contre les maladies infectieuses est cruciale. L’une des conditions omniprésentes dans cette industrie est le rouget du porc.

La surpopulation de porcs facilite la propagation des pathologies et des infections si des mesures préventives ne sont pas prises. Le rouget du porc a plusieurs formes de présentation chez l’animal et peut provoquer une mort subite chez n’importe quel individu, et un avortement chez les femelles enceintes. 

Qu’est-ce que le rouget du porc ?

Le rouget du porc est causée par une bactérie à Gram positif commune dans le sol, Erysipelothrix rhusiopathiae. Il s’agit d’un pathogène zoonotique transmis par les oiseaux migrateurs, les dindes et les porcs. L’industrie est donc pour lui un endroit idéal pour prospérer d’hôte en hôte.

Bien qu’il s’agisse d’une maladie zoonotique pouvant être transmise à l’homme, cela est hautement improbable. Pour que cela se produise, une plaie ouverte sur la peau de la personne doit avoir été en contact avec le sang d’un porc infecté.

Au sein des industries qui ne permettent pas la surpopulation et qui effectuent des protocoles de désinfection rigoureux, cette pathologie est rare.

Les causes du rouget du porc

L’apparition de la maladie et sa propagation sont étroitement liées à une mauvaise manipulation des déchets des porcs, ainsi qu’à un faible niveau d’hygiène et à une mauvaise prévention en matière de maladies infectieuses. Ainsi, les principales causes qui conduisent à l’apparition et au développement de la maladie sont les suivantes :

  • Un sol humide contaminé par des matières fécales.
  • Des systèmes d’alimentation contenant des produits laitiers.
  • Des enclos surpeuplés, sans protocole de désinfection entre les entrées et sorties des animaux.
  • Un système d’eau contaminé par des bactéries.
  • Un changement de porcs entre groupes déjà hiérarchisés. Le stress déprime le système immunitaire et les bactéries parviennent plus facilement à s’établir dans le corps.
  • Des changements soudains de température.
  • Un manque d’hygiène pendant les mois chauds.
  • Des régimes contenant de l’aflatoxine.
  • Une charge parasitaire élevée, qui permet l’entrée de bactéries à travers la paroi endommagée des intestins.
  • L’introduction d’animaux non vaccinés.
Un groupe de cochons.

Les formes cliniques de la maladie

La maladie a plusieurs formes cliniques. La forme de chacune d’elles dépend de la capacité de la bactérie à se déplacer dans le corps et du système immunitaire de l’animal. 

La forme arthritique

La forme arthritique du rouget du porc survient lorsque la maladie devient chronique. Si un porc est infecté par Erysipelothrix rhusiopathiae, une septicémie peut survenir et les bactéries peuvent atteindre les articulations.

Ce fait peut provoquer une boiterie et une inflammation des articulations, principalement des jarrets et des carpes. Il est également courant que les genoux et coudes soient affectés.

Le liquide synovial des articulations touchées devient sérosanguin. De même, d’autres lésions peuvent apparaître, comme la polyarthrite fibrineuse non suppurée ou l’érosion du cartilage.

La forme urticarienne

L’une des formes les moins pathogènes de la maladie est l’urticaire. Dans ces cas, la bactérie infectante n’est pas si nocive et se produit chez les animaux qui ont déjà une certaine immunité.

La forme urticarienne se manifeste par des taches rondes ou polyédriques saillantes, de couleur rouge et de 5 ou 6 centimètres de diamètre. Ce signe clinique est considéré comme pathognomonique pour la maladie, c’est-à-dire qu’aucune autre affection provoque l’apparition de ce signe.

En général, ces taches évoluent vers des vésicules et finissent par disparaître. À moins que l’infection ne devienne chronique ou que la forme septicémique ne se développe.

Les formes septicémiques

C’est une infection de type aigu. En 12 à 24 heures, l’invasion locale peut se propager dans tout le corps et envahir les globules blancs eux-mêmes.

Les bactéries restent dans la circulation sanguine, en particulier dans les capillaires et les petites veinules. Cela peut provoquer une thrombose, un œdème et une accumulation de globules blancs dans la paroi des vaisseaux.

Après ces effets, une infiltration peut se produire et les tissus périphériques aux vaisseaux commencent à se nécroser. Cela provoque un choc systémique au niveau organique et la mort de l’animal.

La forme endocardique

Comme pour la forme arthritique, la forme endocardique survient également en phase chronique. Dans ce cas, les bactéries atteignent le tissu endocardique et s’y infiltrent. Habituellement, les formes endocardique et arthritique apparaissent généralement en même temps, après le développement de la forme septicémique.

Comment diagnostiquer le rouget du porc ?

Grâce à des années d’expérience, un agriculteur peut savoir ou soupçonner la ou les maladies susceptibles d’affecter un troupeau. Dans le cas du rouget du porc, la forme urticarienne est unique et sans équivoque.

Diagnostiquer correctement une maladie dans l’industrie animale est le meilleur moyen de la contrôler, de la prévenir et de l’éradiquer. Dans tous les cas, il est essentiel de vérifier le diagnostic par des tests de laboratoire. Dans le cas du rouget du porc, un test PCR est nécessaire.

Le traitement

Le traitement de la maladie rouge n’est efficace que dans les cas aigus et toujours au début de la maladie. La pénicilline est l’antibiotique généralement utilisé pour lutter contre les poussées.

Dans le cas des formes chroniques, le traitement est différent. Les très jeunes animaux et les femelles enceintes meurent généralement, car il n’y a pas d’approche efficace pour eux.

En ce qui concerne la forme arthritique, l’amputation du membre atteint est parfois envisagée en vue d’éviter la prolifération et la propagation des bactéries. Une grande partie des microorganismes est ainsi isolée et l’infection ne progresse pas.

Dans tous les cas, en cas d’épidémie, l’isolement des animaux malades est indispensable, ainsi qu’un contrôle rigoureux des travailleurs qui accompagnent les animaux. Cela empêche les bactéries de se propager parmi les humains.

Le rouget du porc.

La meilleure façon d’agir contre la maladie rouge est la prévention. L’utilisation de vaccins chez les porcelets et les animaux qui viennent d’arriver à la ferme, ainsi que l’application de sérums intraveineux qui renforcent le système immunitaire des animaux sont les voies à suivre pour que ce pathogène ne prolifère pas chez les porcs. 

Cela pourrait vous intéresser ...
Le cochon vietnamien est déclaré espèce invasive
My AnimalsLisez-le dans My Animals
Le cochon vietnamien est déclaré espèce invasive

Découvrez dans cet article pourquoi le cochon vietnamien a été déclaré espèce invasive, et son impact sur la nature dans l'environnement.



  • Cuevas Moreno, Victor., & Moreno Avalos, M. S. (2012). ERISIPELA PORCINA (ERYSIPELOTHRIX RHUSIOPATNIAE) (No. MONOGRAFIA LAGUNA SF977. E7. C83 2012).
  • Robbins, R. C., Almond, G., & Byers, E. (2014). Swine Diseases and Disorders. Encyclopedia of Agriculture and Food Systems, 261.