Le crabe marbré, un animal qui se clone

18 mars, 2021
Le crabe marbré est un mutant qui a déjà colonisé des régions d'Afrique et d'Europe. C'est une espèce potentiellement dangereuse pour les écosystèmes, mais avec un potentiel exploitable.

Le crabe est un petit organisme marin que l’on trouve dans presque toutes les mers et océans du monde. Sa distribution va des profondeurs de la mer à la surface, où l’on trouve couramment ces petits êtres aux griffes distinctives.

Au sein de ce grand groupe d’animaux, le crabe marbré, une espèce mutante qui a amorcé la colonisation de divers habitats, attire l’attention. Ce crustacé est un crabe à 10 pattes (décapode) qui se nourrit généralement de matière organique du fond de la mer, comme des restes d’algues et de microorganismes marins.

La plupart des spécimens présentent des comportements agressifs. Ils constituent une partie importante de la chaîne trophique en tant que nourriture pour divers poissons.

Ce crustacé attire l’attention par une capacité inhabituelle dans le règne animal : il est capable de se cloner. Si vous voulez savoir comment il s’y prend, poursuivez donc votre lecture.

Le clonage

Lorsque vous entendez le mot « clone », vous imaginez sûrement un organisme identique à un autre, comme s’il s’agissait d’un jumeau. C’est typique des œuvres de fiction, mais la nature s’appuie sur des mécanismes physiologiques beaucoup plus complexes pour donner vie à la Terre.

En biologie, le clonage d’un individu fait référence au fait que ledit organisme n’a pas besoin d’un autre pour générer une nouvelle progéniture. En d’autres termes, la femelle n’a pas besoin d’être fécondée par un mâle pour tomber enceinte.

Ce processus est connu sous le nom de parthénogenèse. Sur la base de cette prémisse, un organisme génétiquement identique au parent est obtenu sans qu’il soit nécessaire pour la femelle de rechercher un partenaire et d’investir dans des stratégies de reproduction.

Le crabe marbré produit donc des copies de lui-même sans effort, grâce à un mécanisme avec lequel il peut former une armée capable de coloniser de nouveaux environnements. Le clonage présente toutefois certains inconvénients, car la reproduction sexuée entre deux individus est à la base de l’évolution et de la diversité génétique.

Une double hélice d'ADN blanc.

Les crabes colonisent de nouveaux espaces

Les crabes, en général, sont des organismes écologiquement importants, car ce sont généralement des espèces omnivores dans divers environnements aquatiques. Ils constituent donc une étape importante dans la chaîne trophique, car ils sont la nourriture d’autres organismes plus gros maintenant la stabilité de l’écosystème.

Chaque espèce d’un écosystème a des limitations pour se déplacer, elle reste donc limitée à une zone spécifique. Les barrières physiques et comportementales des êtres vivants déterminent la faune, la flore et même la structure du paysage des différents écosystèmes.

Maintenant, que se passe-t-il si nous ajoutons ou supprimons quelque chose dans cet équilibre ? Lorsque les humains introduisent accidentellement ou volontairement des espèces dans de nouveaux environnements, tous les cycles associés sont dérégulés et, éventuellement, le paysage change avec le temps.

Le cas du crabe marbré est grave : introduit dans un nouvel écosystème, il peut affecter l’environnement en se développant excessivement. Étant capable de se cloner, des spécimens apparaîtront de manière exponentielle, ce qui amènera l’espèce à coloniser plus d’environnements et à déplacer la faune indigène.

Si l’on ajoute à cela la capacité des crabes à résister à divers habitats et leur capacité à manger à peu près tout (omnivores), on se retrouve avec un animal à fort potentiel invasif. Pour cette raison, dans diverses études, il a été classé comme une espèce dangereuse.

Un crabe mutant ?

Malheureusement, il n’y a pas de données exactes sur le moment et l’endroit où le premier crabe marbré est apparu. Dans tous les cas, plusieurs choses peuvent être déduites quant à son apparence. Grâce à diverses études génétiques et physiques, Procambarus fallax a été identifié comme un proche parent du crabe marbré.

Auparavant, on croyait que ce crustacé était une sous-espèce de Procamarbarus fallax. Cependant, les études génétiques étaient assez claires et ont identifié le crabe marbré, Procambarus virginalis, comme une espèce entièrement nouvelle.

Cette relation ou approche entre les deux espèces n’était pas une simple coïncidence. Elle était complètement liée au fait que le crabe marbré était le produit d’une grande mutation dans le génome de Procambarus fallax, qui a fini par générer cette nouvelle espèce.

Cette mutation semble provenir de la descendance de deux organismes de l’ espèce Procambarus fallax. L’un d’origine naturelle et l’autre issu d’écloserie.

Beaucoup de ces crabes sont élevés comme nourriture pour les poissons en production (aquaculture). De sorte que les différences génétiques entre les organismes naturels et d’élevage sont claires dans les études moléculaires.

La mutation du génome de l’espèce est causée par divers facteurs, tels que le changement climatique, la pollution marine, la déforestation et la libération d’espèces envahissantes. Le changement génétique du crabe marbré n’est donc pas tout à fait naturel, mais est la conséquences de l’impact de l’être humain sur la nature.

Un crabe polyvalent

Certes, le crabe marbré est une espèce potentiellement dangereuse pour divers habitats. Toutefois, il peut également avoir une utilisation utile dans la société humaine.

L’un des plus gros problèmes pour la production de poisson est le manque de nourriture fournissant tout le nécessaire pour le bon développement musculaire de l’animal. Pour résoudre ce problème, l’une des meilleures options est le recours à des aliments vivants.

Cependant, cela est assez coûteux en raison de tous les processus impliqués. Pour l’industrie de l’aquaculture, les aliments vivants génèrent pas mal de coûts pour deux  raisons principales : le cycle de vie et le maintien de l’espèce.

Prendre soin de ces proies alors qu’elles sont sur leur chemin vital – naissance, croissance et reproduction – et en même temps surveiller tous les aspects nécessaires de leur environnement tels que le niveau d’eau, l’oxygénation et le pH entraîne des dépenses importantes. C’est là que réside l’importance des crabes marbrés

Comme ils ont une grande capacité d’adaptation, il est possible de réduire les coûts de maintenance. Et comme ce sont des organismes parthénogénétiques, il n’est pas nécessaire de surveiller leur reproduction. Il suffit simplement de les nourrir et de les regarder grandir et se reproduire.

Ainsi, les caractéristiques de son organisme peuvent être utilisées en notre faveur. Cela favorise une meilleure qualité de la production aquacole. Ce crabe est la nourriture vivante parfaite pour de nombreux poissons.

Un groupe de crabes mutants.

Le crabe marbré ouvre des milliers de possibilités dans différents domaines. S’il peut être un danger pour l’environnement en raison de ses capacités d’adaptation, il nous offre également de nouvelles alternatives pour la pour le développement d’espèces.

  • Gutekunst, J., Andriantsoa, R., Falckenhayn, C. et al. (2018) Clonal genome evolution and rapid invasive spread of the marbled crayfish. Nat Ecol Evol 2567–573. https://doi.org/10.1038/s41559-018-0467-9
  • Hossain, M.S., Guo, W., Martens, A. et al. (2020) Potential of marbled crayfish Procambarus virginalis to supplant invasive Faxonius immunisAquat Ecol 5445–56. https://doi.org/10.1007/s10452-019-09725-0
  • Jurmalietis, R., Grickus, A., & Elstina, A. (2019). Marbled crayfish (Procambarus virginalis) as a promising object for aquaculture industry. In Proceedings of the 12th International Scientific and Practical Conference. Volume I (Vol. 92, p. 95).
  • Guo, W., Kubec, J., Veselý, L., Hossain, M. S., Buřič, M., McClain, R., & Kouba, A. (2019). High air humidity is sufficient for successful egg incubation and early post‐embryonic development in the marbled crayfish (Procambarus virginalis). Freshwater Biology, 64(9), 1603-1612.