Existe-t-il des poissons sans écailles ?

05 novembre, 2020
Les poissons sans écailles habitent de nombreux endroits sur la planète : rivières, lacs et mers. Nous vous présentons ici plusieurs types et quelques-unes de leurs caractéristiques.

Aussi étrange que cela puisse paraître, tous les poissons ne sont pas couverts d’écailles. Les poissons forment un groupe très diversifié de vertébrés, car nous pouvons les classer selon leur squelette, leur mâchoire, leur habitat et selon qu’ils ont ou non une peau écailleuse.

Les écosystèmes aquatiques peuvent être très variés, ainsi que les animaux qui les habitent. Les poissons sans écailles vivent dans des endroits très différents et disposent de mécanismes de défense pour survivre à l’attaque d’autres animaux. Si vous voulez en savoir plus sur eux, lisez la suite de cet article.

Un poisson peut-il vivre sans écailles ?

Les écailles recouvrent le corps du poisson et protègent son environnement interne de l’extérieur. Ils les aident également dans leurs mouvements de nage.

Ces structures sont issues du derme des poissons et les mêmes gènes qui participent à leur formation sont ceux qui interviennent dans le développement des dents et des poils des mammifères. La dentine qui forme l’émail est présente dans les deux structures.

Il existe différents types d’écailles représentatives de différents groupes de poissons : les placoïdes, les cosmoïdes, les ganoïdes, les cycloïdes et les cténoïdes.

Avec cette variété et la fonction protectrices des écailles, il faut se demander comment l’évolution a sélectionné les poissons sans écailles. Comment ces poissons se protègent-ils des abrasions, des prédateurs et des agents pathogènes ? Quelles sont les structures qui aident à nager ?

L’absence d’écailles chez ces poissons ne signifie pas qu’ils sont limités, car la sélection naturelle a fourni à ces animaux d’autres stratégies pour survivre dans leur environnement.

Lamproies et myxines, poissons sans écailles ni mâchoires

Les lamproies et les myxines appartiennent à un groupe de poissons très primitifs, les Agnathes ou poissons sans mâchoires. Leur apparence est très différente de celle de tout autre type de poisson. Ils sont un mets délicat dans de nombreuses régions du monde.

Ils ont un corps cylindrique et allongé, sans même de nageoires, une seule dorsale et une caudale. Le trait le plus caractéristique de ces poissons est leur bouche, formée par des cercles de dents cornées, et leur langue est capable d’agir comme une ventouse à la surface de l’espèce qu’ils parasitent.

Les mixines ont un corps similaire, mais n’ont pas l’entonnoir buccal des lamproies. Ils ont plutôt des organes sensoriels sous forme de barbillons.

La lamproie fait partie des poissons sans écailles.

Les poissons anguilliformes : congre, anguille et murène

Les deux espèces ont un aspect similaire, semblable à celui d’un serpent. Leur corps est cylindrique dans la zone antérieure et aplati dans la zone postérieure.

Le congre est de couleur gris bleuâtre, avec des lèvres charnues et de petites dents coniques. Ce poisson est nocturne et profite des creux du sol pour rester caché et traquer ses proies au crépuscule, lorsqu’il est le plus actif.

Les anguilles vivent en eau douce et migrent vers la mer pour se reproduire. Leur apparence change au fur et à mesure qu’elles grandissent.

Elles ont une peau très épaisse qui les protège des changements de température et qui leur permet en même temps de respirer plus facilement lorsqu’elles sortent de l’eau en rampant. La célèbre anguille électrique habite les eaux sud-américaines et peut émettre des décharges allant jusqu’à 850 volts.

Les murènes ont également un corps semblable à celui des anguilles. Elles n’ont pas d’écailles et sécrètent des couches muqueuses protectrices. En outre, elles ont une peau très épaisse avec une forte proportion de cellules productrices de mucus, lesquelles leur permettent de fabriquer cette substance plus facilement que les autres espèces d’anguilles.

Ces poissons chassent cachés dans le sable et, grâce à la membrane muqueuse, les grains de sable restent collés à la surface de leur peau et plus tard aux parois de leur terrier, renforçant le refuge où ils restent.

L'anguille fait partie des poissons sans écailles.

Silure ou poisson-chat

Le poisson-chat se distingue par sa grande taille, puisqu’il peut atteindre jusqu’à trois mètres de long et peser plus de 200 kilogrammes. Ce sont les plus gros poissons de toute l’Europe.

Ces géants n’ont pas non plus de squames ; leur peau est recouverte d’un mucus abondant. Le menton et les papilles olfactives du poisson-chat lui permettent de percevoir les changements chimiques de l’eau.

C’est une espèce introduite pour la pêche sportive. Dans de nombreuses régions, c’est une espèce envahissante, car elle déplace les espèces indigènes en raison de son adaptabilité aux rivières, aux lacs et aux étangs.

Le poisson chat fait partie des poissons sans écailles.

La chimère ou rat de mer

Un autre exemple de poisson sans écailles est le poisson chimère. Ces poissons ont un aspect très frappant, avec une tête proéminente aux grands yeux et une queue très longue et flexible.

Ils vivent dans les profondeurs de la mer, adaptés à l’obscurité. Ils ont un corps nu d’écailles et une colonne vertébrale avec laquelle ils peuvent causer de sérieux dégâts à leurs agresseurs.

La chimère fait partie des poissons sans écailles.

Comme vous pouvez le voir, il existe une grande variété de poissons sans écailles. Toutes ces espèces se sont adaptées à des environnements très différents en ayant recours à des stratégies de défense différentes.

  • Hickman, C.P., Roberts, L. y Larson, A. (2002)
  • Qingming Qu, Tatjana Haitina, Min Zhu, Per Erik Ahlberg. “New genomic and fossil data illuminate the origin of enamel” Nature 2015.
  • Fishelson L. Skin morphology and cytology in marine eels adapted to different lifestyles. Anat Rec. 1996;246(1):15-29.