Calmer les pleurs de votre jeune chien pendant la nuit

17 avril, 2018

C’est pour cela qu’ajourd’hui nous allons étudier 8 astuces pour vous aider à prévenir et contrôler l’inquiétude de votre chien.

1. Respecter l’âge de sevrage

Il arrive très souvent qu’on ne respecte pas l’âge de sevrage sur le marché de la vente de chiens. Beaucoup de fois, les chiots sont séparés d’avec leur mère quand ils sont nés depuis 30 jours environ. Alors que naturellement, leur mère arrêterait de les allaiter vers leurs deux ou trois mois.

Cette pratique a des conséquences sur l’équilibre physique et émotionnel du chiot. D’un côté, l’animal ne reçoit pas les nutriments et anti-corps nécessaires pour qu’il développe pleinement son système immunitaire. C’est-à-dire qu’il est vulnérable aux infections virales et aux parasites intestinaux.

une personne examine un chien

Source : Hugo A. et Quintero G.

D’un autre côté, le chiot ne se sent pas en sécurité dès qu’on le sépare brusquement de sa mère. Il pourra donc paraître anxieux ou appeuré face à un changement radical  d’environnement.

Si vous choisissez d’acheter un chien de race, il faut faire votre choix en toute conscience. L’idéal est de chercher un établissement responsable qui respecte l’âge de sevrage minimal de 45 à 60 jours.

En cas d’adoption, le refuge pourra renseigner l’âge de l’animal. S’il s’agit d’un chien de moins de deux mois, il est alors important de demander une visite chez le vétérinaire pour savoir comment l’alimenter.

2. Consultation chez le vétérinaire et analyses

Il est certain que la plupart du temps, les chiots pleurent pendant la nuit car ils ont peur. Mais il faut distinguer des raisons liées à la santé du chien.

Les jeunes chiens ont souvent un système immunitaire vulnérable. Ils peuvent par exemple souffrir de colliques ou de crampes liées à leur phase de croissance. Le vétérinaire examinera l’animal et recommandera les analyses adéquates pour évaluer son état de santé.

S’il s’agit d’un animal sauvé, il est encore plus difficile de connaître sa conditition de santé. La plupart des chiens abandonnés entre en contact avec beaucoup de microorganismes potentiellement patogènes.

3. La vaccination et la vermifugation

Un chiot doit être accompagné de son carnet de santé, qui inclut sa carte de vaccination et ses vermifugations. Il est important de vérifier que ces soins ont été effectivement apportés au chien et portent la signature du vétérinaire responsable. C’est la même chose pour les chiens adoptés.

Dans le cas de chiens errants recueillis, il est fondamental de les amener directement chez le vétérinaire et de mettre à jour ses vaccins et vermifugations.

4. Adapter son environnement

Adapter l’environnement du chien est une étape très importante pour prévenir et calmer les pleurs d’un jeune chien. Quand on prévoit d’acheter ou d’adopter un nouvel ami, il faut se préparer pour son arrivée.

La première chose à prendre en compte est le chauffage de votre domicile. Les jeunes chiens ne sont pas tout de suite capables de réguler leur température corporelle. On recommande de maintenir la température votre intérieur entre 20 et 24°C et l’exposition directe à la lumière du soleil et à l’humidité.

Il faut prévoir une niche et des gamelles d’eau et de nourriture adaptées à la taille de l’animal. De plus, l’espace réservé au chien doit être un endroit propre et tranquille.

Si l’hygiène de votre domicile doit être renforcée, on ne recommande pas d’utiliser des produits chimiques en excès. Surtout autour de la zone où il se repose et où il mange. Ces organismes chimiques peuvent facilement intoxiquer ou générer des processus allergiques chez le chien.

5. Adaptation progressive

L’adaptation est un processus et chaque animal le vit à son propre rythme. On ne peut donc pas imposer au chiot d’intéragir avec son environnement, avec d’autres personnes ou d’autres animaux. Toutefois, quand il se sentira prêt, il le fera de lui-même.

Ce qu’on peut faire c’est motiver le chiot à explorer son nouveau chez-lui. Vous pouvez le faire en lui offrant des jouets, en l’appelant avec une friandise ou simplement en le caressant.

On recommande d’accueillir le chien chez vous pour la première fois pendant la matinée. L’obscurité de la nuit pourrait lui faire peur dans un endroit qu’il ne connaît pas.

6. Simuler la présence de sa mère

Presque tous les chiots pleurent à cause de la séparation soudaine d’avec leur mère. Pour calmer les pleurs d’un chiot on peut simuler la présence de sa mère.

Une bonne pratique pour tranquiliser un animal pendant ses premières nuits est de lui donner un vêtement avec l’odeur de sa mère. Bien que ce ne soit pas toujours possible, c’est souvent une méthode efficace.

Une autre astuce est de laisser une horloge à aiguilles à côté de son lit. Ainsi, le chiot associera le “tic tac” de l’horloge avec le battement du coeur de sa mère. Cela lui permettra alors de passer une meilleure nuit.

7. Utiliser des phéromones

Une méthode alternative pour calmer les pleurs d’un chiot est de lui donner, directement ou indirectement, des phéromones.

une femme caresse un chiot pour le calmer

Les diffuseurs de phéromones sont une méthode non invasive. Ce sont de petits appareils qui propagent de petites quantités d’hormones synthétiques dans l’air. Cela rassure les jeunes chiens.

8. Se retenir de consoler et de calmer les pleurs d’un jeune chien

Si vous vous dépêchez pour consoler votre chien, cela peut se transformer en une routinue indésirable.

En effet, à part dans le cas d’une maladie ou de conditions particulières, il est important de se retenir de l’envie de consoler les pleurs du jeune chien. Cela peut paraître cruel, mais cela fait partie de l’éducation appropriée qui établit les codes de la vie sociale.