Le SIDA chez les chats... Prenez vos précautions!

06 mars, 2018
 

Quand nous parlons des maladies dont peuvent souffrir nos animaux domestiques, cela nous rend tristes, mais il faut les connaître pour les traiter à temps et surtout les prévenir. Aujourd’hui nous allons évoquer une maladie redoutée et assez dangereuse, nous voulons parler du SIDA ou virus d’immunodéficience féline (VIF).

Cette maladie affecte les chats domestiques, 11% des chats dans le monde sont affectés par le VIF d’après les statistiques. Il faut distinguer cette maladie du virus de la leucémie féline. Nous allons vous expliquer quelle est cette maladie, ses symptômes et comment elle se propage. Cela vous permettra de prendre les précautions nécessaires.

Le SIDA chez les chats

Même si l’on parle plus couramment du SIDA, nous parlons ici d’un virus d’immunodéficience féline (VIF) et c’est l’un des plus grands maux dont peut souffrir un chat. Bien qu’il ne se transmette pas à l’homme, la contamination entre félins est très aisée. De plus, il n’existe toujours pas de vaccin contre cette terrible maladie.

Le VIF est le seul lentivirus non primaire causant un syndrome proche de celui du SIDA dont souffrent les humains, même si l’issue n’est pas toujours la mort, ils peuvent vivre plusieurs années, ça oui, ils deviendront porteurs de la maladie.

Il est donc très facile pour votre chat d’être contaminé par le SIDA s’il s’enfuit ou entre en contact avec des chats errants souffrant de cette maladie.

Symptômes du SIDA chez les chats

 
un chat allongé endormi avec sa patte sur le visage

Au début, il est possible que le félin ne présente aucun symptôme, à part une légère perte de poid qui peut sembler anodine.. Cette maladie agit principalement en détruisant les défenses de l’animal. Cela provoque des symptômes comme de la fièvre, diarrhée et même des difficultés respiratoires.

À des stades plus avancés, le chat présente une anorexie extrême et même des altérations du comportement. Dans certains cas même il y a une inflammation de la langue et des gencives. La diarrhée devient aussi chronique.

À ce stade de la maladie, les défenses du chat épuisées, par conséquent il sera facilement contaminé par d’autres maladies. C’est la raison pour laquelle, il faudra être très vigilant.

Transmission

Le SIDA chez les chats se transmet à travers la salive et le sang. Les chats errants sont les plus sujets à souffrir de cette maladie. En effet, si un chat infecté en mord un autre lors d’une bagarre, il est fort possible qu’il lui transmette la maladie.

On a découvert que dans la majorité des cas la maladie a attaqué des chats ayant entre 5 et 10 ans. Par ailleurs, les chats croisés y sont plus sensibles. Il faut aussi dire que les chats castrés ont moins de risques de contracter cette maladie car il ne se battra pas pour une femelle en rut.

 

Le virus peut aussi se transmettre lorsque la femelle est enceinte, à travers le placenta. Des cas de transmission peuvent aussi se produire par le lait maternel.

Il est donc recommandé si vous adoptez un chat ou en recueillez un dans la rue, de d’abord l’emmener chez le vétérinaire. Il lui fera différents examens et vous pourrez ainsi prendre les mesures nécessaires pour qu’il ne contamine pas d’autres chats.

La prévention est la meilleure solution

Deux chats errants

Comme pour toute maladie le principe de précaution est le plus important. Ainsi nous évitons à notre animal de compagnie de souffrir de maladies aussi terribles que celle-ci, étant donné qu’il n’existe toujours pas de vaccin pour traiter le SIDA chez les chats.

Vous devez faire attention à ce que votre chat n’entre pas en contact avec des chats errants. Si votre chat s’échappe et passe un long moment dehors ou s’il revient blessé d’une bagarre, il est très important de lui faire subir des examens, car si on détecte la maladie à temps, on peut l’enrayer en renforçant le système immunitaire de votre chat.

Outre une alimentation adaptée, nous vous recommandons aussi de renforcer le système immunitaire de votre chat. Vous pouvez consulter son vétérinaire qui lui prescrira quelques compléments alimentaires. Il peut aussi vous conseiller des suppléments vitaminés naturels, comme c’est le cas de la spiruline.