Le premier cabinet juridique spécialisé dans la maltraitance animale ouvre ses portes

13 février, 2018

En Colombie on est très avancé en matière de droits pour les animaux.  Les gens se sentent concernés par la préservation de la nature. À l’Université Libre de Cúcuta, en Colombie, a été fondé le premier cabinet juridique spécialisé en maltraitance animale. Découvrez-en plus sur ce dernier dans l’article suivant.

Cabinet juridique pour animaux et maltraitance animale

Le nom du projet de cette université attire l’attention. Mais lorsqu’on y regarde de plus près, on réalise qu’ils ont raison. Nous sommes nous-mêmes des animaux même si nous refusons de l’accepter. Nous devons nous occuper de la maltraitance animale.

Le cabinet ouvert par cette institution récemment a pour but d’aider et de conseiller ceux qui auraient des doutes sur les règles et lois en vigueur par rapport aux animaux en Colombie. L’accueil des citoyens a été plus qu’intéressant puisqu’ils ont reçus plusieurs demandes chaque jour.

Le cabinet juridique pour animaux a été fondé par un groupe d’enquêteurs et étudiants de cette université. Il ne s’agit pas de “simples” activistes, mais d’avocats qui veulent offrir un service à la communauté. Et ils le font aussi bien avec des entités publiques que privées. Mais également pour des particuliers en raison de la récente loi qui protège les animaux.

Le cabinet est dirigé par un enquêteur du nom de Carlos Andrés Muñoz. Il diagnostique et analyse chaque point de la loi. Ainsi il cherche les atouts et les faiblesses lorsqu’un cas particulier se présente. L’objectif de Muñoz et de son équipe est de diminuer les agressions envers les animaux.

Les services du cabinet juridique pour animaux

Un groupe d'activiste rassémblés

Source : www.laopinion.com.co

Il est intéressant de préciser que tous les services sont  gratuits. Le premier est le conseil pour les entités privées ou publiques (surtout pour les autorités qui ont le pouvoir d’appliquer les règles au quotidien). Le deuxième est le conseil aux particuliers qui prennent rendez-vous concernant un cas la maltraitance animale. Le troisième sert à porter devant les tribunaux les cas présentés au cabinet pour être jugés par la cour du Nord de la province de Santander.

En seulement un mois de fonctionnement ils ont déjà réalisé plus de 60 services. Parmi lesquels pour des consultations de la Police et de conseillers de la ville de Cúcuta. D’après Muñoz, le processus sera lent car beaucoup ne connaissent pas encore les lois en faveur des droits des animaux. Bien sûr, il s’agit d’une grande avancée pour qu’ils soient juridiquement protégés.

Le principe est que l’institution travaillent en harmonie avec d’autres facultés et universités colombiennes. À eux tous ils pourront aider la communauté. Par exemple, s’il y a maltraitance animale, un vétérinaire doit intervenir pour déterminer quel type de lésions a subi l’animal.

Grâce à ces mesures et au cabinet juridique, on espère faire diminuer la désinformation chez la population. Cela peut par exemple éviter que des familles prennent comme compagnons des animaux sauvages car elles ignorent que leur chasse est interdite ou les dangers que cela peut entraîner.

Qu’en est-il des droits des animaux en Espagne ?

L’organisation FAADA nous informe sur la protection des animaux dans le Code Pénal et les lois nationales en vigueur. Certains des articles traitent par exemple de l’interdiction de faire venir des espèces étrangères, chasser ou pêcher certaines espèces menacées, détruire l’habitat ou l’écosystème naturel, la possession d’animaux exotiques ou sauvages, tuer des animaux pour se divertir ou les abandonner.

Le droit des animaux n’est pas une chose nouvelle. Depuis l’Antiquité il y a toujours eu des groupes ayant intervenus pour éviter certaines pratiques nocives. De même le bouddhisme et l’hindouisme prônent des pratiques végétariennes et se basent sur le principe de la non-violence (aussi bien envers les animaux qu’envers les gens).

Source de l’image: www.laopinion.com.co