Comment se déroule la vie d'un chien d'aveugle ?

11 juillet, 2018
Bien que nous n'arrêtons pas notre journée pour y penser, à cause du caractère affable de ces animaux, on peut dire que leur travail est très dur parce que c'est un travail qui dure 24 heures sur 24, mais beaucoup de personnes aveugles ont besoin de leur gentillesse, de leur intelligence, de leur patience et de leur grande capacité de décision.

Les chiens d’aveugle exercent l’une des fonctions les plus importantes qu’il soit pour un chien. Voici à quoi ressemble la vie d’un chien d’aveugle. Découvrons comment ils s’entraînent et travaillent chaque jour pour améliorer la vie des gens qui en ont besoin.

Le travail du chien d’aveugle

Les chiens-guides ou chiens d’aveugle accompagnent les personnes aveugles ou malvoyantes. Ils les aident à marcher dans la rue, leur disent où et quand traverser la rue en toute sécurité et les accompagnent dans les transports publics.

Mais ils les aident aussi à l’intérieur de la maison. Ils ramassent les objets qui tombent sur le sol, enlèvent les objets gênants pour le transit à l’intérieur de la maison. Dans le cas des personnes à mobilité réduite, ils les aident aussi à ouvrir et fermer les portes ou les tiroirs.

Les chiens-guides ou d’aveugles, contrairement à d’autres chiens ayant une profession, comme les chiens policiers, ne se reposent pas. On dit même qu’ils sont les yeux de leurs utilisateurs et qu’ils les accompagnent tout au long de la journée. Pour cela, ils ont besoin d’une formation très spéciale et très dure. En effet, ils doivent connaître de nombreuses normes sociales humaines.

La vie d’un chien d’aveugle commence : l’enfance

Les chiens d’aveugles naissent dans les associations qui les dresseront et les donneront ensuite aux personnes qu’ils aideront tout au long de leur vie. Ces institutions ont fait une sélection génétique spéciale dans la recherche du meilleur tempérament et du meilleur caractère pour cet animal.

Les races les plus couramment utilisées sont le Labrador Retriever, le Golden Retriever et le Berger Allemand. Leur personnalité correspond à ce que le travail exige d’eux : ils sont intelligents, patients mais déterminés et savent prendre des décisions. De plus, ils naissent dans un environnement hautement contrôlé qui garantit qu’il n’y aura pas de problèmes pendant la grossesse et l’accouchement.

Contrairement aux chiens policiers, la formation d’un chien-guide ne commence pas lorsqu’il est chiot. Sa première année de vie est passée dans une famille d’accueil bénévole. Le travail de cette famille est de lui montrer le monde et de l’aider à bien se comporter dans n’importe quelle situation.

Il retourne à l’association dès son premier anniversaire. D’ici là, il a appris à vivre en famille, connaît la rue, sait comment se comporter avec les gens et les chiens, et sait comment se comporter dans un restaurant, au travail ou dans les transports publics : il est prêt pour la formation.

La formation

De retour à l’association, il commence sa formation. Une équipe de professionnels lui apprendra à faire des choses aussi difficiles pour un chien que d’apprendre à traverser la rue en toute sécurité, à éviter les distractions comme saluer d’autres chiens ou marcher en ligne droite dans la rue.

Ils apprennent aussi à identifier les marches et les escaliers, et à aider leurs utilisateurs à éviter les endroits dangereux comme les branches basses ou les auvents qui pourraient les frapper à la tête. La fonction de ce chien est d’aider son maître à se débrouiller en toute sécurité à l’extérieur de la maison.

Toutes ces compétences sont enseignées au cours d’une année. Lorsque le chien atteint l’âge de deux ans, il est prêt à obtenir son diplôme et à rentrer chez lui pour la durée de sa vie professionnelle.

 

Un chien et son maître dans la rue

Au cours de cette formation, il se peut que des chiens ne répondent pas aux exigences nécessaires. Ce sont des chiens qui ne veulent pas se concentrer ou qui n’apprennent pas aussi vite qu’ils le devraient, par exemple. Dans ces cas, ils ne sont pas acceptés comme animaux d’assistance et sont placés en adoption à la recherche d’une famille qui ne les fera pas travailler.

Vie adulte et son travail comme chien d’assistance

La vie d’un chien-guide commence lorsqu’il s’intègre avec son utilisateur. Une fois diplômé, on choisit une personne qui a demandé l’aide d’un tel chien et commence une période d’adaptation au cours de laquelle l’utilisateur doit apprendre à interpréter ce que le chien communique.

Ensuite, ils sont prêts à rentrer chez eux et à commencer à vivre ensemble. Le chien sera toujours la propriété légale de l’association qui l’a formé, qui s’occupera des visites vétérinaires et de son alimentation ; ils s’occuperont du bien-être et de la santé de ce chien jusqu’à la fin de sa vie professionnelle.

Dès lors, la vie d’un chien-guide se base sur le travail pour et avec l’homme.

Ils travaillent 24 heures sur 24 et n’ont pas de repos.  Leur attention doit être constante, à l’intérieur et à l’extérieur de la maison.

Un labrador et sa maîtresse

Les chiens-guides travaillent avec leur utilisateur jusqu’à l’âge de 10 à 12 ans. Toutefois, ils peuvent prendre leur retraite plus tôt pour des raisons de santé ou celles de l’utilisateur ; il ne s’agit que d’un chiffre indicatif et la décision se prend toujours au cas par cas.

Lorsqu’ils atteignent cet âge, leur avenir est décidé ; leur “utilisateur” peut les adopter ou on peut les placer en adoption pour une famille sans besoins spéciaux. Dans tous les cas, ils cessent de travailler et deviennent des animaux de compagnie et à vivre comme des animaux de compagnie.

Controverse

La formation et la vie d’un chien-guide a été remise en question par de nombreux maîtres-chiens et éducateurs. De plus, des alternatives technologiques sont en cours de développement pour remplacer ces chiens par des machines.

D’une part, on critique sévèrement les méthodes de dressage de ces chiens. Les institutions qui les entraînent prétendent être respectueuses des animaux. Cependant, les anciens travailleurs des centres prétendent que des colliers et des punitions nuisibles s’utilisent fréquemment ; les deux sont très mauvais pour les chiens.

Un chien et son maître dans la neige

D’autre part, on peut se demander si un chien peut être heureux de travailler 24 heures sur 24 ; pendant la plus grande partie de sa vie. On les compare à d’autres qui ont un emploi ; les chiens policiers ou les acteurs travaillent quelques heures par semaine et ont des journées entières de congé.

Les exigences imposées aux chiens-guides les obligent à nier leurs instincts de base. En effet, ils ne peuvent plus marcher dans la rue, marquer les coins ou saluer les autres chiens. Certains adoptants de chiens guides à la retraite ont reçu les animaux avec de grands dommages physiques et psychologiques.

Les chiens-guides sont un outil indispensable pour de nombreuses personnes ayant des besoins spéciaux. Enfin, ils les aident à se développer dans leur vie quotidienne en échange d’une caresse ou d’un mot d’approbation. Malgré cela, des voix s’élèvent contre ses méthodes d’entraînement et la vie qu’ils doivent mener.