Dystocie chez le chat : causes, symptômes et traitement

Environ 67 % des dystocies trouvent leur origine chez la mère. Le pourcentage restant concerne les fœtus. Dans les deux cas, la césarienne est la procédure la plus utilisée pour traiter cette complication.
Dystocie chez le chat : causes, symptômes et traitement

Dernière mise à jour : 03 novembre, 2021

L’accouchement chez les chats ne présente généralement pas de complications. Toutefois, elles existent et certaines d’entre elles peuvent mettre en danger la vie de la chatte et de ses petits, comme la dystocie.

La dystocie est une complication rare chez les chats, mais il est important de la connaître afin d’être en mesure d’identifier les signes avant-coureurs. Poursuivez donc votre lecture pour en savoir plus sur cette complication.

Les phases de l’accouchement chez le chat

La gestation d’une chatte dure environ 56 ou 70 jours, et une portée compte généralement entre 1 et 5 chatons. Avant l’accouchement, les fœtus commencent à se positionner correctement pour faciliter leur sortie. Quant à la mère, son comportement change, car elle essaie de se préparer autant que possible à la naissance.

L’accouchement se divise en 3 étapes différentes, qui se différencient par le comportement de la chatte et la présence de certains signes physiques. Ce sont les suivantes :

  • Étape 1 (durée de 2 à 24 heures). Les contractions commencent dans le ventre et l’utérus. La chatte est donc agitée et peut même vomir. Ses ronronnements sont généralement assez forts et un liquide clair commence à s’écouler de sa région génitale.
  • Stade 2 (durée de 2 à 12 heures). C’est le moment où les fœtus sont expulsés de la mère. Normalement, entre 30 et 60 minutes s’écoulent entre deux naissances, mais il est possible que deux chatons naissent à quelques minutes d’intervalle.
  • Stade 3 (il se produit en même temps que le stade 2). La membrane fœtale est expulsée, c’est-à-dire le « sac » qui retenait les chatons à l’intérieur de la mère. Cette étape alterne généralement avec la seconde, mais pas nécessairement de manière égale, car parfois plus d’un chaton sort avant que la première membrane fœtale ne soit vue.
Une chatte enceinte sur fond blanc.

Qu’est-ce que la dystocie chez le chat ?

La dystocie correspond à la difficulté d’expulser les petits. Ce problème devient évident au stade 2, car le premier chaton met plus de 60 minutes à naître. Si cela se produit, n’hésitez pas à appeler le vétérinaire, car il est fort probable que votre animal ait besoin de soins d’urgence.

Ce problème est généralement détecté au moment de l’accouchement, mais il existe des tests prénataux qui permettent d’identifier si une chatte peut souffrir ou non de dystocie. Grâce à ces tests, le vétérinaire sera en mesure d’effectuer un contrôle adéquat de la gestation féline, ce qui réduit tous les risques de cette complication.

Les causes de la dystocie chez le chat

Les dystocies sont classées selon les facteurs à l’origine de la complication, qui peuvent provenir de la mère ou du fœtus. Les deux types de dystocie ont leurs différences, elles doivent donc être traitées par des moyens spécifiques. Leurs caractéristiques sont les suivantes :

  • Dystocie maternelle : L’origine de l’obstruction se trouve chez la chatte gestante, dont le canal pelvien est généralement étroit ou dont l’inertie utérine est sous-développée. Le premier cas de figure fait référence au fait que le bassin n’a pas la taille appropriée (malformation, fractures ou immaturité), ce qui empêche les chatons de naître. Le second correspond à l’absence de contractions dans l’utérus, ce qui rend impossible l’expulsion des fœtus.
  • Dystocie fœtale : Les fœtus peuvent obstruer la sortie et compliquer l’accouchement s’ils sont mal formés, surdimensionnés ou mal positionnés.

Prédisposition à la dystocie

Bien que la dystocie soit une complication rare, certaines races, comme les races brachycéphales (persan, pimalayen, munchkin ou scottish fold) chez lesquelles l’incidence atteint 10 %. Et ce, en raison de leur génétique : la consanguinité augmente le nombre de malformations chez les fœtus.

Par ailleurs, les chattes trop vieilles ou trop jeunes ont tendance à souffrir de dystocie, car leur corps n’est pas prêt pour l’accouchement. Prenez donc l’âge en considération si vous envisagez de croiser des chats. L’essentiel est toujours de préserver leur santé.

Enfin, il est également important de prendre en compte les caractéristiques du père des chatons : si la différence de taille est grande entre les parents, les fœtus peuvent être trop gros pour le ventre de la mère. La chatte aura donc des difficultés à accoucher : des soins d’urgence seront nécessaires.

Les signes avant-coureurs de la dystocie féline

La dystocie est un problème qui, généralement, n’est identifié qu’au moment de l’accouchement, car l’animal ne passe généralement aucun un examen prénatal. Toutefois, il y a quelques signes avant-coureur. Il est préférable d’aller chez le vétérinaire si vous remarquez l’un des symptômes suivants :

  • Cela fait une heure que la chatte a des contractions et le premier chaton n’est toujours pas sorti.
  • Le chat vocalise assez fort avec des signes évidents de douleur.
  • La grossesse de l’animal a duré 70 jours ou plus avant le début de l’accouchement.
  • Vous pouvez voir une partie du premier fœtus, mais il ne finit pas d’être expulsé (n’essayez pas de l’enlever vous-même, vous pourriez blesser le chaton ou la mère).
  • La mère est fatiguée, abattue et vomit beaucoup
  • Il y a des sécrétions vaginales fétides.

Ces signes avant-coureurs peuvent être difficiles à reconnaître pendant l’accouchement. C’est pourquoi un bilan prénatal chez un vétérinaire est recommandé. Ce bilan permet d’évaluer les risques de l’animal avant l’accouchement.

Le traitement

Étant causée par différents facteurs, la dystocie peut être traitée de plusieurs façons. En fonction de ce que le vétérinaire observe, il est probable qu’il propose l’un de ces 3 traitements :

  • Traitement médical. Si la dystocie résulte de l’absence de contractions, il est possible de les induire à l’aide de médicaments. C’est généralement une bonne option lorsque le problème est détecté avant l’accouchement. Le processus médical peut ainsi être planifié.
  • Traitement de manipulation. Dans le cas où les fœtus sont mal positionnés, le vétérinaire peut essayer de corriger leur posture pour faciliter l’accouchement.
  • Traitement chirurgical. Cette intervention fait référence à une césarienne : une opération est effectuée pour retirer les petits du ventre de la mère. C’est généralement la meilleure option en cas d’urgence lorsque le temps manque pour établir un diagnostic ou que la vie de la mère est en danger imminent.
La tumeur du sein chez le chat peut se présenter de plusieurs façons.

Le pronostic

Si la dystocie est traitée à temps, le chat et les petits ont de bonnes chances de survie. Pour éviter une issue fatale, il est préférable de se rendre d’urgence à la clinique.

Cela pourrait vous intéresser ...
Gastrinome chez le chat : causes, symptômes et traitements
My Animals
Lisez-le dans My Animals
Gastrinome chez le chat : causes, symptômes et traitements

Le gastrinome chez les chats est une maladie assez rare, mais dont les conséquences peuvent être mortelles. Apprenez-en plus ici.



  • Conde, B. U. Reproducción felina. Enfermedades relacionadas con la reproducción. Jornada para Criadores Felinos.
  • Ekstrand, C., & Linde‐Forsberg, C. (1994). Dystocia in the cat: a retrospective study of 155 cases. Journal of Small Animal Practice, 35(9), 459-464.
  • García Mitacek, M. C. (2013). Efecto de cloprostenol y aglepristone sobre la gestación temprana y media en felinos (Doctoral dissertation, Universidad Nacional de La Plata).
  • de Tejerina, J. C. D. F., Vega, F. J. P., & Llamazares, B. C. (1994). Parto y distocias en la perra y en la gata. Clínica veterinaria de pequeños animales: revista oficial de AVEPA, Asociación Veterinaria Española de Especialistas en Pequeños Animales, 14(4), 223-241.
  • Sanchez, A. E., & Silva, M. E. (2002). Biología de la gestación en la gata doméstica (Felis catus). Archivos de medicina veterinaria, 34(2), 147-156.
  • Angulo, S. M. (2016). La cesárea en la perra y la gata. Argos: Informativo Veterinario, (177), 86-90.