Encéphalitozoon cuniculi chez le lapin : symptômes et traitement

L'agent pathogène Encephalitozoon cuniculi provoque une encéphalitozoonose chez les lapins domestiques et sauvages. C'est une condition médicale très importante, car elle affecte également les êtres humains.
Encéphalitozoon cuniculi chez le lapin : symptômes et traitement

Dernière mise à jour : 06 novembre, 2021

Il existe de nombreuses maladies étranges dont les gardiens d’animaux sont à peine conscients, soit en raison de leur faible prévalence, soit en raison de la terminologie complexe nécessaire pour comprendre le tableau clinique. Ce dernier cas est illustré par l’encéphalitozoonose, une affection typique des lapins causée par l’agent pathogène Encephalitozoon cuniculi.

Ce parasite obligatoire peut se présenter dans le corps du lapin de manière silencieuse ou symptomatique. Le taux de mortalité est beaucoup plus élevé chez les lapereaux (jusqu’à 12,3 %) que chez les adultes, mais c’est une maladie assez difficile à traiter dans tous les cas. Poursuivez donc votre lecture pour en savoir plus !

Qu’est-ce que l’encéphalitozoonose?

L’encéphalitozoonose est une maladie infectieuse, chronique et systémique causée par le micro-organisme Encephalitozoon cuniculi. C’est un microsporidium, c’est-à-dire qu’il fait partie d’un groupe de parasites unicellulaires qui ont la capacité de former des spores.

E. cuniculi doit pénétrer dans les cellules de son hôte pour survivre. Et ce, car il manque de mitochondries, de peroxysomes et d’autres structures vitales.

L’hôte principal de ce parasite est le lapin, mais il peut également affecter les rats, les hamsters, les chiens, les chats, les cochons d’Inde et les humains. Cela signifie que la maladie provoquée est une zoonose capable d’infecter notre espèce, en particulier les personnes immunodéprimées ayant une maladie antérieure.

On estime que jusqu’à 100 % des élevages de lapins ont des spécimens avec des anticorps circulants contre le micro-organisme, c’est-à-dire qu’ils ont ou ont eu la maladie.

Qu'est-ce que la myiase chez le lapin ?

Cycle de vie et contagion d’Encéphalitozoon cuniculi

La forme biologiquement active du parasite ne peut vivre qu’à l’intérieur des cellules d’un lapin, mais elle génère également des spores très résistantes aux éléments. C’est un micro-organisme en forme de croissant qui ressemble à Toxoplasma gondii, l’agent causal de la toxoplasmose. Les grandes étapes du cycle de vie de ce parasite sont les suivantes :

  • La plupart des lapins sont infectés suite à l’ingestation d’aliments contaminés par des spores du parasite. La phase d’allaitement est l’une des périodes de contagion les plus dangereuses, puisque les lapereaux sont en contact avec la mère et ses urines.
  • Les spores qui ne sont pas ingérées peuvent rester viables à température ambiante dans les sols jusqu’à 4 semaines.
  • Les spores ingérées par voie orale traversent le système digestif du lapin jusqu’à ce qu’elles entrent en contact avec la muqueuse intestinale. Là, ils sont introduits dans les entérocytes, les cellules spéciales de cette section de tissu. Dans ceux-ci, le micro-organisme se multiplie et forme une vacuole parasitophore qui, lorsqu’elle est brisée, libère de nombreux agents pathogènes et tue la cellule hôte.
  • Une fois qu’il s’est multiplié, le parasite pénètre dans le tissu lymphoïde et se répartit dans tout le corps, voyageant dans des corps cellulaires spéciaux.
  • Les parasites s’installent généralement dans le système nerveux et les reins. Les nouvelles spores sont libérées dans l’urine de l’animal infecté, ce qui relance le cycle.

Comme vous pouvez le voir, la grande majorité des infections surviennent lorsqu’un lapin en bonne santé entre en contact avec l’urine d’un animal contaminé et ingère les spores involontairement. Cependant, des sources professionnelles assurent qu’une mère peut également infecter ses petits avant leur naissance par voie utérine.

Les symptômes causés par Encephalitozoon cuniculi

La plupart des lapins infectés par Encephalitozoon cuniculi ne présentent aucun signe clinique jusqu’à ce qu’ils soient vieux, qu’ils souffrent d’ une autre maladie en même temps, qu’ils soient stressés ou immunodéprimés. Certains animaux infectés ne présentent aucun symptôme externe, mais leur dissection après la mort révèle les lésions internes.

Les lapins atteints d’encéphalitozoonose présentent un large éventail de signes cliniques. Parmi eux, figurent les suivants :

  • Cataracte blanchâtre qui peut affecter un œil ou les deux yeux
  • Tête inclinée (syndrome vestibulaire) en raison d’une atteinte du système nerveux
  • Mouvement involontaire et erratique des yeux (nystagmus)
  • Anorexie et perte de poids
  • Problèmes locomoteurs et perte d’équilibre
  • Tremblements et convulsions
  • Hypersensibilité à la lumière

Si les reins du lapin finissent par être lésés, il présentera une série de signes cliniques très peu spécifiques communs à d’autres maladies. Dans tous les cas, il convient de consulter un vétérinaire.

Le diagnostic

Le vétérinaire peut tenter de poser un diagnostic préventif en observant les signes cliniques de l’animal atteint. Malheureusement, les symptômes externes sont très similaires à ceux provoqués par d’autres conditions parasitaires (telles que la toxoplasmose) et un critère différentiel complet ne peut être établi que lorsque l’animal est déjà mort.

La méthode sans équivoque pour détecter la maladie est la sérologie. Il s’agit de voir si des anticorps contre l’agent pathogène sont présents dans le sang de l’animal.

Cependant, un résultat positif indique seulement qu’E. cuniculi a utilisé le spécimen comme hôte à un moment donné, mais pas que l’infection est active. Par conséquent, des tests neurologiques supplémentaires sont nécessaires.

Le traitement

A ce jour, il n’existe pas de traitement standardisé pour lutter contre l’infection causée par Encephalitozoon cuniculi. Le vétérinaire peut essayer une large gamme de médicaments et retirer les cataractes (le cas échéant), mais rien ne garantit que la maladie disparaîtra complètement.

Le meilleur traitement pour éviter la propagation de cette maladie dans la population de lapins consiste à isoler l’animal malade et à désinfecter autant que possible toute surface sur laquelle il a pu uriner. Si les symptômes sont trop agressifs et que le spécimen souffre excessivement, l’euthanasie est généralement la seule issue.

L’albendazole est un médicament qui semble éliminer l’infection dans une certaine mesure. Malheureusement, la destruction des spores et des parasites ne se traduit pas toujours par une amélioration symptomatique, car le mal est déjà fait.

Quelques bébés lapins illustrés sur une photo.

Puis-je être infecté par Encephalitozoon cuniculi ?

Nous avons dit que l’encéphalitozoonose chez le lapin est une maladie zoonotique qui peut être transmise à l’homme. Toutefois, très peu de cas ont été détectés à ce jour et presque tous surviennent chez des spécimens très jeunes, très âgés ou immunodéprimés. Elle est particulièrement fréquente chez les lapins atteints du SIDA et ceux qui ont reçu une greffe récente.

Quoi qu’il en soit, nous vous recommandons de manipuler vos lapins avec la plus grande prudence si une épidémie d’encéphalitozoonose est détectée. Portez toujours des gants (et un masque si possible), lavez-vous les mains et consultez un vétérinaire pour vous montrer comment agir.

Cela pourrait vous intéresser ...
Les lapins boivent-ils de l’eau ?
My Animals
Lisez-le dans My Animals
Les lapins boivent-ils de l’eau ?

Bien sûr que les lapins boivent de l'eau ! Cependant, il existe des facteurs qui les empêchent d'ingérer ce liquide vital, ce qui conduit à la mala...