Les maladies les plus courantes chez le yorkshire terrier

Les races « pures » sont particulièrement sensibles à divers types de maladies, puisque la plupart de ces races sont créées par consanguinité.
Les maladies les plus courantes chez le yorkshire terrier

Dernière mise à jour : 05 mars, 2022

Le yorkshire terrier est une race de chien assez attrayante en raison de son pelage fin et abondant. De plus, son caractère charismatique attendrira tous les membres de la famille. C’est donc généralement un excellent choix comme animal de compagnie. Cependant, il faut être très prudent avec ces chiens, car ils sont sujets à certaines maladies qui mettent leur qualité de vie en péril.

Les races de chiens ont leur origine dans la sélection artificielle. Ce processus permet de conserver les caractéristiques les plus attrayantes des chiens. Mais cela rend ces derniers aussi plus sensibles à certains types de maladies. Poursuivez donc votre lecture pour découvrir quelles sont les maladies les plus courantes chez le yorkshire terrier.

L’origine du yorkshire terrier

Ce chien est un mélange du terrier, du maltais et du skye terrier. À l’origine, ces chiens étaient élevés comme chasseurs domestiques de divers rongeurs et petits mammifères. Cependant, au fil du temps, les éleveurs se sont spécialisés dans les petits spécimens. Le pelage est devenu une caractéristique particulière de cet animal de compagnie, raison pour laquelle il a été conservé dans le reste des portées.

Chien célébrant un anniversaire.

Les maladies courantes chez le yorkshire terrier

Tout chien est susceptible de contracter des maladies tout au long de sa vie. Cependant, certaines races ont une prédisposition à souffrir de certaines maladies.

Maladies oculaires

Les chiens s’adaptent à la perte progressive de la vision, il est donc très difficile de détecter un dysfonctionnement au niveau. de leurs yeux. Par conséquent, les vétérinaires détectent les maladies oculaires lorsqu’elles sont à un stade avancé. Parmi les maladies oculaires les plus courantes chez les yorkshire terrier, figurent les suivantes :

  • Cataractes : obstruction du cristallin par une plaque blanche qui empêche la vision du chien.
  • Dysplasie rétinienne : affection congénitale qui forme des plis dans la rétine et qui causent des problèmes de vision. Cette maladie peut être héréditaire ou causée par des infections, des médicaments ou d’autres pathologies secondaires.
  • Atrophie rétinienne progressive : maladie héréditaire qui provoque la détérioration progressive des récepteurs de l’œil, l’empêchant de capter la lumière.
  • Uvéite : inflammation de la paroi oculaire (uvée)
  • Glaucome : ce terme renvoie à différentes affections qui endommagent le nerf optique. Le problème le plus courant de ce type est l’augmentation de la pression à l’intérieur de l’œil.
  • Entropion : inversion de la paupière qui provoque une friction avec l’œil, provoquant inflammation, douleur, ulcères et cécité.
  • Kératoconjonctivite sèche : cette pathologie se caractérise par l’absence de larmes dans les yeux, provoquant une irritation et une inflammation. Le signe clinique le plus courant est la présence de mucus blanc jaunâtre autour de l’œil.

Maladies de la peau

L’organe le plus exposé à diverses pathologies est la peau, car c’est la première barrière de défense de l’organisme. Pour cette raison, il n’est pas rare que les chiens souffrent d’affections dermatologiques de toutes sortes. Dans le cas du yorkshire terrier, les maladies les plus courantes sont les suivantes :

  • Allergies : réaction excessive du système immunitaire à certains éléments de l’environnement (allergènes). Ces facteurs provoquent une légère inflammation de la peau (dermatite). L’allergie aux piqûres de puces est la plus fréquente.
  • Alopécie des robes diluées :c’est une maladie qui provoque la chute des poils dans les zones où le pelage est plus foncé. Cette pathologie est généralement associée à l’hérédité, les races “pures” avec des spécimens de couleur noire sont donc les plus touchées.
  • Champignons : ce sont des agents infectieux qui se développent dans des environnements humides et chauds. Les chiens à poils longs comme les yorkshire terriers sont plus sensibles à ces agents si une bonne hygiène n’est pas maintenue.
  • Pyodermite : infection bactérienne qui provoque du pus, des ulcères et un gonflement de la peau.

Troubles auditifs

Les yorkshire terriers sont une race à la pilosité abondante, ce qui favorise l’apparition de certains maux. Dans le cas des oreilles, le pelage permet de maintenir plus facilement l’humidité, ce qui favorise la présence d’infections (bactéries ou champignons). L’otite est un trouble auditif très courant.

Les troubles osseux courants chez le yorkshire terrier

Les os peuvent également être affectés par des pathologies qui provoquent leur déformation. De plus, il existe plusieurs maladies génétiques qui prédisposent certaines races à des malformations ou à une usure prématurée de l’os. Dans le cas des yorkshire terriers, les maladies les plus courantes sont les suivantes :

  • Rotule ou luxation rotulienne : la rotule est un os accessoire qui stabilise l’articulation du genou. Lorsqu’elle sort de sa position (luxation), le chien présente une gêne et des douleurs intermittentes, si bien qu’on le voit souvent boiter. Cette pathologie peut être causée par l’hérédité (congénitale) ou par un traumatisme (coup).
  • Maladie de Legg-Calvé-Perthes : il s’agit d’une maladie dégénérative qui provoque une malformation de la tête du fémur, une usure rapide et de fortes douleurs par frottement.
  • Hernie discale : ce ne sont pas des maladies qui affectent directement l’os, mais elles causent des problèmes dans les « coussins » qui réduisent la friction entre les vertèbres (disques). En bref, il s’agit d’un type de renflement dans le “coussin” qui peut exercer une pression sur la moelle épinière et les nerfs, provoquant des douleurs ou même l’incapacité de marcher.

Troubles hormonaux

Les hormones sont un type de molécules chargées de transmettre les messages entre les cellules. Pour cette raison, l’augmentation ou la diminution de ces composés provoque généralement des maladies graves chez les chiens. Dans le cas des yorkshire terriers, les maladies les plus courantes de ce type sont les suivantes :

  • Syndrome de Cushing : ce sont un ensemble d’altérations métaboliques causées par l’augmentation de l’hormone cortisol. Les symptômes sont déroutants et changent selon les cas. Dans la plupart des cas, la maladie est détectée lors d’un examen pour une autre maladie.
  • Diabète : cette maladie provoque une augmentation du taux de glucose dans le sang. Elle est due à un dysfonctionnement de l’hormone insuline dans le corps. De plus, cette maladie affecte divers organes, de sorte que les complications d’un mauvais contrôle du diabète peuvent être mortelles.
  • Hypothyroïdie : il s’agit d’une pathologie causée par la faible quantité d’hormones thyroïdiennes dans le corps. Ce problème affaiblit le système immunitaire du chien, c’est pourquoi il est généralement sensible à diverses infections.

Troubles neuraux

Les yorkshire terriers sont également sensibles à certaines maladies neurologiques rares chez les autres chiens. Cela est dû au processus de sélection artificielle subi par le chien, c’est pourquoi certaines conditions congénitales apparaissent. Les problèmes les plus courants chez cet animal sont :

  • Hydrocéphalie : cette maladie se caractérise par une grande quantité de liquide à l’intérieur de la tête. La pression générée affecte le cerveau et provoque des changements de comportement, des convulsions, une perte de vision et des difficultés à marcher.
  • Syndrome de Shaker : cette maladie se caractérise par un tremblement léger et constant dans tout le corps. Elle est causée par une inflammation du cervelet, qui est le centre qui régule certains mouvements fins.

Affections spécifiques

Certaines maladies dont souffrent les yorkshire terriers sont assez localisées, elles n’affectent donc que certaines zones ou certains organes du corps. La plupart sont causées par des conditions congénitales communes à certaines races. Les pathologies les plus courantes de ce type sont listées ci-dessous :

  • Collapsus trachéal : il s’agit de la perte de résistance des anneaux qui maintiennent la trachée ouverte, la faisant s’aplatir et obstruer le passage. Cette maladie est courante chez les petites races comme le yorkshire terrier.
  • Shunt porto-systémique : il s’agit d’une maladie congénitale qui provoque une déviation du flux sanguin. Plus précisément, une partie du sang qui va au foie pour être détoxifié retourne dans la circulation normale, ce qui fait que les toxines atteignent d’autres organes. Si ce sang atteint le cerveau, il provoque une encéphalopathie hépatique.
  • Urolithiase : cette maladie est due à l’agglutinement des minéraux dans l’urine, qui finit par former des calculs. À cause de cela, les chiens ont du mal à uriner.
Yorkshire terrier posant pour la caméra.

Comme vous pouvez le voir, les yorkshire terriers sont sensibles à un grand nombre de maladies. Cela ne signifie pas que les spécimens de cette race souffriront nécessairement de l’une des pathologies ci-dessus. Pour vous assurer que votre animal est en bonne santé, pensez à consulter régulièrement un vétérinaire.

Cela pourrait vous intéresser ...
Colite chez le chien : les remèdes naturels pour la traiter
My Animals
Lisez-le dans My Animals
Colite chez le chien : les remèdes naturels pour la traiter

La colite chez le chien provoque la diarrhée. Déterminer la cause est vitale pour le traitement, qui peut être complété par une alimentation spécif...



  • Brusa, M. C. (2014). Compendio de enfermedades de los caninos y felinos domésticos. Editorial de la Universidad Nacional de La Plata (EDULP).
  • Osborn, S. C. (2005). Dermatología: Enfermedades Pruríticas de la Piel en Perros y Gatos. Revista Electrónica. 1º edición. Buenos Aires, Argentina. Publicado por The Gloyd Group, Inc. Consultado el, 22.
  • Foster, A. P., Foil, C. S., Bensignor, E., Burrows, M., Byrne, K., Cerendolo, R., … & Williams, D. C. (2008). Manual de dermatologia en pequeños animales y exoticos. Ediciones S.
  • Mauricci Bravo, R. A. (2017). Diagnóstico temprano de queratoconjuntivitis seca empleando la prueba lacrimal de Schirmer en caninos de Salaverry-Trujillo.
  • González, F., & Serrano, C. (2017). Incidencia de enfermedades endocrinas en caninos entre los años 2013-2016 en un hospital veterinario universitario de Chile. Rev Chil Endocrinol Diabetes10, 90-94.
  • Mayanz, V. B. (2012). Pioderma en el canino. REDVET. Revista Electrónica de Veterinaria, 13(3).
  • Arroyo, Y. J., & Hincapié, L. C. (2018). Displasia folicular de la capa negra canina. Revista Colombiana de Ciencia Animal-RECIA, 10(2), 184-189.
  • Medina Vargas, I. J. (2015). Frecuencia de tumores en piel de caninos diagnosticados histopatológicamente en el Laboratorio de Histología, Embriología y Patología Veterinaria de la UNMSM durante el periodo 1999-2012. (Tesis de grado, Universidad Nacional Mayor de San Marcos).
  • Mayorga, J. S. (2017). Frecuencia de neoplasias de piel en caninos remitidos a un laboratorio de patología veterinaria de Bogotá: Estudio retrospectivo en el periodo 2015-2016. (Tesis de grado, Universidad de Ciencias Aplicadas y Ambientales)