Les maladies les plus courantes chez les inséparables

Les inséparables sont des oiseaux fascinants d'un point de vue éthologique, mais ils affichent également une certaine délicatesse en matière de santé. Ils sont sujets à la malnutrition et à certaines maladies infectieuses.
Les maladies les plus courantes chez les inséparables

Dernière mise à jour : 01 décembre, 2021

Les inséparables font partie des oiseaux les plus populaires dans l’environnement familial. Ce genre de psittaciformes comprend 9 espèces différentes originaires d’Afrique, mais la plus courante dans les volières domestiques est Agapornis roseicollis. Ces oiseaux se distinguent par leur intelligence, leur activité et leur capacité à créer des liens.

Malgré leur excellente réputation en tant qu’animaux de compagnie, il est à noter que plusieurs maladies affectent les inséparables tout au long de leur vie. Certaines sont assez “typiques” de l’espèce, tandis que d’autres sont liées à une mauvaise manipulation des maîtres. Découvrez ci-après quelles sont ces pathologies.

1. La malnutrition et les carences vitaminiques

Les échecs dans l’élaboration du régime alimentaire d’un inséparable sont l’un des problèmes les plus courants de la vie en captivité de ces oiseaux. La carence en vitamine A et la carence en calcium vont de pair, et elles sont presque toujours le résultat d’un mauvais choix nutritionnel de la part du maître.

Les préparations commerciales à base de graines peuvent constituer la base du régime alimentaire de ces oiseaux. Ces préparations contiennent entre 4 et 10 graines différentes. Malheureusement, les inséparables sont assez sélectifs et ne consomment que les graines qui leur plaisent, ce qui favorise un apport élevé en graisses et pauvre en autres nutriments essentiels.

Pour lutter contre cette situation, vous pouvez passer à l’administration de granulés. Ceux-ci peuvent représenter entre 75 et 80 % de l’alimentation des inséparables. Le pourcentage restant doit correspondre à une variété de fruits et légumes.

Il existe de nombreuses curiosités des tourtereaux.

2. L’obésité, une des maladies courantes chez les inséparables

Les graines contiennent sont riches en graisses et en glucides. Par conséquent, il n’est pas étonnant que l’obésité fasse partie des maladies qui affectent le plus les inséprables. Si vous touchez la peau de votre perroquet et que vous ne sentez pas le muscle, il est en surpoids et a donc des réserves de graisse supplémentaires.

Si votre inséparable est obèse, emmenez-le chez le vétérinaire. Il doit suivre un régime pauvre en graisses et riche en protéines et en micronutriments.

3. Les blessures liées aux combats

Pour éviter les problèmes, l’idéal est de garder un couple par cage. Les inséparables femelles se démarquent par leur territorialité et n’hésiteront pas à s’en prendre aux autres femelles. Ces oiseaux sont capables de mordre, de griffer et d’arracher les plumes d’autres spécimens.

Une plaie ouverte s’infectera facilement, soyez donc très prudent si vous détectez un comportement agressif.

4. La dépression fait partie des maladies courantes chez les inséparables

Les inséparables sont extrêmement sociaux et aiment sortir en couple. Par conséquent, cet oiseau sera sujet à la dépression s’il n’a pas de partenaire ou si son maître ne lui prête pas assez d’attention au quotidien.

Le manque de jouets, de sorties et une cage trop petite (moins d’1 mètre de haut et de long) sont d’autres facteurs qui favorisent la dépression. Parmi les symptômes de cette maladie chez les perroquets, figurent les suivants :

  • Perte d’appétit
  • Changements au niveau de la chute des plumes
  • Irritabilité et agressivité envers le maître
  • Plumes arrachées (présence de taches chauves dans toutes les zones sauf la tête)
  • Modifications ou cessation des vocalisations
  • Tête qui bouge constamment

C’est sans aucun doute l’une des maladies les plus courantes chez les inséparables. Pour l’éviter, il est préférable de toujours acquérir un couple et d’encourager les oiseaux à quitter la cage pour explorer pendant quelques heures par jour.

5. Le polyomavirus aviaire (APV)

Le polyomavirus aviaire appartient à la famille des Papovavirus, le même groupe qui provoque des tumeurs cutanées chez les oiseaux. Il peut causer des dommages bénins aux plumes des inséparables, mais aussi la mort.

On ne sait pas très bien comment la maladie se transmet, mais il a été détecté que des adultes asymptomatiques infectent les jeunes par leurs sécrétions épidermiques, après contact avec les œufs eux-mêmes et en les nourrissant de bouillie régurgitée. La mort survient entre 2 et 140 jours après l’exposition au virus, selon l’espèce et l’état de santé de l’animal.

Cette maladie est incurable. La seule approche possible est le maintien de la vie.

6. La constipation

La constipation aviaire survient lorsque la nourriture ne circule pas bien dans l’intestin de l’oiseau, ce qui finit par conduire à la formation d’un bouchon qui ne permet pas aux excréments d’être libérés à l’extérieur. Dans un premier temps, la nourriture et l’eau continuent de passer à travers l’intestin, mais ensuite le blocage est complet et il y a constipation.

Si elle n’est pas traitée à temps, une infection bactérienne ou fongique peut se développer et endommager de manière irréversible le système digestif. Parmi les symptômes de cette pathologie, figurent les suivants :

  • Perte d’appétit
  • Régurgitation et vomissements fréquents
  • Inactivité
  • Déshydratation
  • Plumes creuses

Le traitement de cette condition implique une visite chez le vétérinaire. Des lavages intraveineux seront effectués et des antibiotiques à large spectre seront administrés si une infection est présente. Si l’intestin ne se vide pas, une intervention chirurgicale sera nécessaire.

7. La candidose

La candidose est l’une des maladies courantes chez les inséparables et autres oiseaux qui ne reçoivent pas les soins appropriés. Il s’agit d’une infection du système digestif causée par la levure Candida albicans.

La maladie se manifeste par une série de lésions épaissies et blanchâtres, en particulier dans le jabot, le bec et l’œsophage (atteignant rarement les intestins). Les facteurs prédisposants sont une mauvaise hygiène de la cage, le surpeuplement, un stress continu, l’abus d’antibiotiques et un manque de vitamines dans l’alimentation.

La nystatine diluée dans l’eau est le médicament de choix dans presque tous les cas. Heureusement, la condition n’est pas difficile à traiter.

Un inséparable dans sa cage.

Les inséparables sont des oiseaux adorables et affectueux, mais ils sont généralement en mauvaise santé. Par conséquent, ils ne sont recommandés qu’aux maîtres expérimentés qui peuvent leur prodiguer les soins qu’ils méritent sur le long terme.

Donnez à votre compagnon beaucoup d’amour. Et ce, afin qu’il ne tombe pas dans la dépression et que son système immunitaire reste fort.

Cela pourrait vous intéresser ...
11 curiosités sur l’inséparable
My Animals
Lisez-le dans My Animals
11 curiosités sur l’inséparable

L'inséparable fait partie des oiseaux de compagnie les plus courants pour sa loyauté et son affection. Découvrez ici quelques curiosités sur lui !