Les maladies que les moustiques transmettent aux chiens

Les moustiques utilisent leur salive comme anticoagulant pour aspirer plus de sang. Cela provoque des contagions, car la salive contient des agents pathogènes.
Les maladies que les moustiques transmettent aux chiens

Dernière mise à jour : 16 novembre, 2021

Les moustiques sont bien connus et répudiés par la société. En effet, leurs piqûres provoquent non seulement une inflammation, mais sont également capables de transmettre des pathologies mettant la vie des personnes en danger. Cependant, les humains ne sont pas les seuls concernés, les animaux de compagnie dont les chiens peuvent également en souffrir.

Le problème chez les chiens, c’est la difficulté à diagnostiquer ces maladies. Et ce, car à défaut de pouvoir décrire leur inconfort, il devient complexe d’identifier leurs symptômes.

C’est pourquoi les maîtres doivent être attentifs à tout changement physique ou comportemental. Poursuivez donc votre lecture pour savoir quelles sont les maladies que les moustiques transmettent aux chiens.

Pourquoi les moustiques transmettent-ils des maladies ?

Le terme moustique désigne différents types de diptères appartenant aux familles des Culicidae et des Psychodidae. Ces arthropodes volants se nourrissent généralement de sang – ils sont hématophages – et l’obtiennent en piquant divers types d’animaux.

La morsure implique un contact entre les fluides corporels des deux spécimens. Ce contact favorise la prolifération des agents pathogènes. Un grand nombre de parasites profitent de cette situation et utilisent les moustiques comme moyen de transport (vecteurs) pour atteindre leur hôte définitif.

Un chien et des moustiques.

Les maladies des chiens causées par les moustiques

Il est normal de penser que les moustiques se nourrissent uniquement de sang humain. Mais en réalité, bon nombre de ces spécimens peuvent mordre différents types de mammifères, dont les chiens. Il est toutefois vrai qu’ils ont tendance à avoir une préférence pour les individus à la peau glabre et facile à percer, comme les humains.

Cela signifie que les moustiques n’ont pas tendance à piquer les chiens très souvent, mais ils ont la capacité de le faire si nécessaire. Par conséquent, ils peuvent aussi transmettre des maladies aux chiens. Nous décrivons ci-dessous les pathologies dérivées de morsures les plus courantes chez le chien.

La leishmaniose canine

La leishmaniose est une maladie causée par différents protozoaires du genre Leishmania. Cette pathologie est considérée comme une urgence médicale, car les chiens ont de nombreuses restrictions pour le diagnostic et le traitement. En effet, dans les villes où le pathogène est très abondant, il est parfois décidé d’euthanasier les animaux de compagnie s’ils sont infectés.

L’infection commence par la piqûre de phlébotomes, qui appartiennent aux genres Lutzomyia ou Phlebotomus. Le parasite pénètre ensuite dans le sang de l’animal et commence à se multiplier à l’intérieur des cellules.

A ce moment, l’infection envahit le corps du chien et migre vers les différents organes du corps. La pathologie se manifeste généralement par divers symptômes et tableaux cliniques.

Les chiens peuvent présenter 2 variantes principales de la leishmaniose : cutanée et viscérale. La première provoque des blessures mineures sur la peau de l’animal avec des nodules ou une inflammation. La seconde, en plus des lésions cutanées, provoque également de la fièvre, une perte de poids, une insuffisance rénale, une alopécie, des lésions oculaires et une atrophie musculaire.

Les risques de la leishmaniose canine

La leishmaniose n’est pas une maladie qui disparaît, puisque le traitement ne permet que de contrôler le parasite. L’objectif des médicaments est de réduire le nombre d’agents pathogènes dans le corps, de restaurer la capacité du système immunitaire, de traiter les lésions cutanées et d’améliorer la qualité de vie.

Malheureusement, les rechutes sont constantes et le protozoaire développe souvent une résistance aux médicaments. Cette pathologie est assez dangereuse pour les chiens si elle n’est pas détectée à temps.

Le problème est que, dans certains pays, le principal médicament pour contrôler l’infection n’est pas commercialisé. Par conséquent, le pronostic de l’animal de compagnie n’est généralement pas positif dans les régions à faible revenu ou disposant d’une infrastructure vétérinaire médiocre.

Les humains peuvent également contracter la leishmaniose, mais pas directement par les chiens. Cela signifie que seuls les moustiques peuvent propager la maladie. Mais les maîtres ne sont pas exempts de danger, car si l’animal est infecté, il y a une plus grande probabilité que les phlébotomes porteurs du parasite abondent dans leur environnement.

La filariose (ver du cœur)

Cette maladie est causée par le nématode Dirofilaria immitis. C’est un agent pathogène qui est mobilisé par les moustiques de la famille des Culicidae, qui sont répartis sur presque tous les continents. Par conséquent, il est devenu une pathologie importante en médecine vétérinaire.

La filariose est contractée par la piqûre du vecteur avec laquelle le nématode pénètre dans la circulation sanguine du chien. Au bout de 2 à 4 mois, le parasite est transporté vers le cœur pour terminer sa maturation et commencer l’infestation.

Pendant ce temps, le muscle cardiaque commence à être endommagé et les symptômes les plus graves de la maladie apparaissent. Les complications de cette pathologie sont diverses et dépendent de la gravité du cas.

De plus, les parasites peuvent migrer vers d’autres organes, il peut donc y avoir différents tableaux cliniques. Malgré cela, les signes avant-coureurs les plus fréquents sont les suivants :

  • Toux sèche après l’exercice
  • Dyspnée (essoufflement)
  • Intolérance à l’exercice (refus de bouger)
  • Perte de poids
  • Léthargie
  • Apathie
  • Gêne abdominale (inflammation)

Les risques de la filariose

Le risque de cette maladie réside dans le temps d’incubation, car si l’infestation s’aggrave, les dommages aux organes du chien peuvent être mortels. Le vétérinaire en charge du patient effectuera les analyses nécessaires pour identifier le niveau de risque du chien. Selon les résultats, le traitement peut consister en un traitement médical ou chirurgical.

Il est important de se rappeler que le nématode se loge dans le muscle cardiaque, il y a donc une forte probabilité que le chien souffre d’une obstruction cardiaque. L’intervention vétérinaire doit donc être rapide pour éviter une issue fatale.

Le traitement permet d’éliminer tous les parasites de l’organisme. Toutefois, les dommages aux organes peuvent laisser des séquelles qu’il faudra continuer à contrôler.

Les recommandations pour éviter les maladies causées par les moustiques

Les pathologies ci-dessus ont tendance à avoir une faible incidence au sein de la population canine, mais cela ne signifie pas que les chiens sont exempts d’en souffrir. Il est ainsi préférable de prendre certaines mesures pour prévenir les piqûres de moustiques. Voici quelques recommandations :

  • Empêchez le chien de dormir dehors. Le but est de faire en sorte que les chiens soient moins susceptibles d’être piqués par les moustiques à tout moment de la journée, mais surtout la nuit. Les invertébrés sont plus actifs aux heures de la nuit.
  • Appliquez des produits anti-moustiques. Et ce, aussi bien sur le chien que sur les zones où il passe le plus de temps. Les colliers antiparasitaires sont une bonne option.
  • Vaccinez votre chien. Des vaccins contre la filariose et la leishmaniose sont déjà disponibles dans certains pays.
  • Une excellente qualité de vie. Une bonne alimentation, de l’exercice et des visites chez le vétérinaire sont nécessaires pour éviter que votre animal ne souffre de problèmes de santé. Un chien avec une bonne santé immunitaire a de meilleures chances de résister à l’action de diverses pathologies.
  • Évitez l’accumulation d’eau stagnante. Les diptères utilisent les plans d’eau pour compléter leur cycle de vie. Par conséquent, il est préférable d’éviter leur formation et de nettoyer toute accumulation d’eau à proximité de la maison.
  • Attention à l’humidité et à la chaleur. Les moustiques se reproduisent davantage dans les milieux chauds et tempérés, il vaut donc mieux renforcer les mesures de prévention durant l’été.
Quelles maladies les moustiques transmettent-ils aux chiens ?

Il n’est généralement pas facile d’éviter la contagion chez les animaux de compagnie. En fait, même certains vaccins ne sont pas efficaces à 100 % contre les parasites.

Pour cette raison, portez une attention particulière à la santé et au comportement de votre animal, car tout changement pourrait signifier un dysfonctionnement au niveau de son corps. Donnez à votre chien l’attention qu’il mérite et ne lésinez pas sur les dépenses.

Cela pourrait vous intéresser ...
5 répulsifs faits maison pour éviter les piqûres de moustiques
My Animals
Lisez-le dans My Animals
5 répulsifs faits maison pour éviter les piqûres de moustiques

Nous vous donnerons ci-après quelques recettes de répulsifs faits maison pour éviter les piqûres de moustiques. Ne manquez pas ça !



  • Rodríguez, P. R., García, E., Santos, M. C., Burgos, B. P., Valladolid, G. O., Ruiz, P. H., & Ponce-Covarrubias, J. (2019). Prevalencia de Dirofilaria immitis en caninos domésticos de dos municipios del trópico de Guerrero, México. Abanico veterinario, 9(1), 15.
  • Carretón Gomez, E., Montoya Alonso, J. A., Falcón Cordón, Y., Falcón Cordón, S., Diosdado, A., Gómez, P. J., … & Morchon Garcia, R. (2017). Sintomatología, diagnóstico, tratamiento y control de la dirofilariosis cardiopulmonar. Argos (Zaragoza).
  • Acero P, V., Ángel B, P., Fonseca B, E., Ferrer, L., & Roura, X. (2015). Canine Leishmaniosis: tools for diagnosis in veterinary practice in Colombia. Revista MVZ Córdoba, 20(3), 4822-4842.
  • Castrejón, O. V., Sánchez, B. R., Saldaña, A. M., & Hobart, O. (2009). Leihmaniasis cutánea de perros en México. Enfermedades Infecciosas y Microbiología, 29(4), 135-140.
  • Iniesta-Romero, M. G., Guzmán, L. F. D. J., Pérez-Enriquez, J. M., Castañeda-Corral, J. J., Mendez-Bernal, A., & Vazquez-Briones, D. B. (2019). Leishmaniasis canina: diagnóstico y manejo terapéutico. Clínica veterinaria: abordaje diagnóstico y terapéutico, 5.
  • Sánchez Klinge, M. E., Calvo Robayo, P., & Mutis Barreto, C. A. (2011). Dirofilaria immitis: a zoonoses present on a global level. Revista de Medicina Veterinaria, (22), 57-68.