Les principaux comportements du chien après la castration

14 juillet, 2020
La castration ne résoudra pas les possibles problèmes comportementaux de votre animal, même si certains comportements pourront diminuer.
 

Même si ce n’est que légèrement, le comportement du chien après la castration change, dans une plus ou moins large mesure. Aussi bien les mâles que les femelles peuvent afficher des changements ponctuels au niveau de leur comportement ou, au contraire, prolongés dans le temps.

La castration consiste à retirer les gonades des animaux : les testicules chez les mâles et les ovaires ainsi que l’utérus chez les femelles. Les gonades, en plus de remplir la fonction de génération de cellules sexuelles, libèrent aussi des hormones. Ces hormones jouent différents rôles dans l’organisme : l’un d’eux est celui du développement du comportement sexuel, comme la recherche d’un-e partenaire ou le soin parental.

La douleur chez le chien après la castration

Le premier changement que nous observons chez un chien après la castration est le comportement associé à la douleur. En fonction du protocole anesthésique utilisé par le vétérinaire, lorsque le chien se réveillera, il ressentira une douleur plus ou moins forte. Ceci est très important car, en plus d’être un trauma physique, le chien peut développer certaines peurs. Il peut, par exemple, ne pas nous laisser le toucher, essayer de nous mordre, etc. En général, ce sont des comportements qui finissent par disparaître.

Par ailleurs, habituellement, les vétérinaires recommandent l’usage d’un collier élisabéthain pour éviter que le chien puisse atteindre la blessure chirurgicale. Il s’agit d’un stimulus aversif supplémentaire pour le chien ; s’il ne sait pas bien gérer ses émotions, cela pourrait supposer tout un défi pour lui.

 
Un chien ayant mal après la castration

Les hormones sexuelles chez les chiens

Pour comprendre les effets que la suppression des hormones sexuelles, due à la castration, aura sur le comportement, nous devons d’abord connaître l’axe hypothalamus-hypophyse-gonade.

L’hypothalamus synthétise et libère l’hormone libératrice de gonadotrophines (GnRH). Celle-ci agit sur l’hypophyse et mène à la libération de gonadotrophines, de l’hormone lutéinisante (LH) et de l’hormone folliculo-stimulante (FSH). L’action de ces deux dernières a principalement lieu dans les gonades – testicules ou ovaires – et causent la libération de testostérone chez les mâles et de progestérone et d’œstrogènes chez les femelles. Par ailleurs, la LH et la FSH ont pour fonction de stimuler la production de spermatozoïdes et d’ovocytes.

La testostérone a de multiples effets sur l’organisme, surtout au moment du développement embryonnaire et de la puberté :

  • Elle est impliquée dans la réponse sexuelle féminine
  • Elle peut être liée au jeu des chiots, qui est plus agressif chez les mâles
  • À la puberté, elle renforce le développement des muscles, des os, des reins et du larynx
 
  • Au cours de la croissance de l’embryon, elle masculinise les structures cérébrales et les nœuds neuronaux qui, plus tard, donneront lieu au comportement masculin. L’absence de testostérone chez les femelles au moment de la période périnatale développe leur système nerveux central féminin
  • Elle stimule le comportement de marquage, l’agressivité et la défense du territoire
Un chien qui urine

De leur côté, les hormones féminines agissent de la façon suivante :

  • Les œstrogènes augmentent l’activité générale de la chienne : elle bouge plus, aboie et a tendance à uriner de façon plus fréquente
  • Lors d’une phase de chaleur, lorsque les œstrogènes sont plus abondants, certaines chiennes peuvent uriner en position de mâle et sont réceptives à la copulation
  • Les hauts niveaux de progestérone après les chaleurs préparent la femelle pour le développement des bébés. Cependant, s’il n’y a pas eu de copulation, une gestation fantôme peut apparaître

Variations comportementales du chien après la castration

Lorsqu’on retire les gonades, la concentration des hormones sexuelles baisse, mais pas de façon abrupte. Le comportement de monte ne se réduit que de 50 % chez les mâles, 15 jours après la castration. La conduite qui est la plus réduite, à 80 %, est la recherche des femelles.

 

Chez les femelles, le comportement lié à la protection ou aux chaleurs peut diminuer. Dans certains cas, par ailleurs, on voit apparaître une gestation psychologique après la stérilisation.

Il est important de savoir que les problèmes de comportement, comme l’agressivité vis-à-vis d’autres animaux ou personnes, une mauvaise gestion de la peur ou une anxiété par rapport à la séparation, ne disparaissent pas. Ceci est dû au fait que les hormones impliquées ne sont pas les hormones sexuelles mais le cortisol, la dopamine ou la sérotonine.

Aucun problème de comportement ou presque ne se résout avec la castration : cela se fait plutôt avec beaucoup de travail, de dévouement et de tendresse envers l’animal. Elle sert malgré tout à prévenir ou éviter certaines maladies, comme les tumeurs, aussi bien chez les mâles que chez les femelles.

 

 
  • Balladares Sánchez, D. N. (2014). Evaluación del grado de analgesia, aplicando tres protocolos analgésicos (Tramadol-Ketorolaco, Meloxican–Butilescopolamina, Tramadol–Acepromacina) en ovh canina en el cantón Guaranda (Bachelor’s thesis, Universidad Estatal de Bolívar. Facultad de Ciencias Agropecuarias. Escuela de Medicina Veterinaria y Zootecnia).De los Reyes, M. (1997). Métodos anticonceptivos en caninos. TecnoVet, 3(1).
  • Hart, B. L., & Eckstein, R. A. (1997). The role of gonadal hormones in the occurrence of objectionable behaviours in dogs and cats. Applied Animal Behaviour Science, 52(3-4), 331-344.
  • Justel, N., Bentosela, M., & Ruetti, E. (2010). Testosterona, emoción y cognición: estudios en animales castrados. Interdisciplinaria, 27(2), 191-208.
  • Reinoso Marín, G. G. (2018). Efectos de dos protocolos anestésicos en el tiempo de recuperación en perras sometidas a ovariohisterectomía (Bachelor’s thesis).
  • Suárez Ortega, A. (2015). Efectos metabólicos y hormonales post orquiectomía en caninos y felinos.