Mon chien a de l'urticaire : que puis-je faire ?

Il est déconseillé d'utiliser des crèmes maison pour soulager les démangeaisons chez les animaux de compagnie, car certaines peuvent favoriser une infection et aggraver la situation. Consultez d'abord un vétérinaire.
Mon chien a de l'urticaire : que puis-je faire ?

Dernière mise à jour : 21 janvier, 2022

Si votre chien a de l’urticaire ou des cloques sur la peau, il souffre très probablement d’une allergie. Bien que les causes soient rarement connues, certains chiens auraient une prédisposition génétique à souffrir d’une allergie.

Qu’est-ce que l’urticaire ?

L’urticaire est une inflammation de la peau qui colore la surface de cette dernière en rouge. Elle est causée par un flux sanguin élevé (constriction des vaisseaux), de sorte qu’une sensation de chaleur et un gonflement peuvent survenir.

Il s’agit d’un mécanisme de défense de l’organisme. La vasoconstriction permet aux cellules du système immunitaire d’attaquer l’agent qui a lésé la peau.

Habituellement, l’urticaire est causée par un agent extérieur qui entre en contact avec la peau. Une certaine quantité dudit agent pénètre dans le corps, raison pour laquelle le processus de “lutte” contre la menace se déclenche. L’urticaire peut apparaître sous la forme de petits points rouges dispersés ou sous la forme d’un gonflement.

Qu’est-ce qu’une allergie ?

L’allergie est une réaction soudaine et exagérée du système immunitaire à un agent externe (allergène), qui provoque une inflammation progressive. Ce processus peut affecter la peau, les muqueuses internes et les voies respiratoires. Chez le chien, la dermatite (papules sur la peau) est l’expression la plus fréquente, puisqu’entre 7,6 et 10 % des cas vus en clinique correspondent à ce problème.

Quels agents provoquent une allergie canine ?

Parmi les plus importants, figurent certains types de produits de nettoyage, certains produits de pharmacie, les insectes, les spores qui accompagnent le pollen, les moisissures, les poussières de l’environnement et certains aliments, comme le maïs, le poulet ou la farine, entre autres.

L’urticaire dépend du type d’allergie

Si votre chien est allergique aux piqûres d’insectes, vous devez faire particulièrement attention à ce qu’il ne soit pas attaqué par ces agents extérieurs. Vous devez également avoir recours à des produits répulsifs comme un collier anti-puces, ce qui vous évitera d’avoir à utiliser chaque jour des insecticides spécifiques.

Dans le cas d’allergies alimentaires, il est nécessaire de localiser la source du problème, à savoir les aliments qui provoquent l’allergie. Il est préférable que votre animal mange ce qu’on appelle des aliments équilibrés, c’est-à-dire riches en nutriments et qui contiennent toutes les vitamines nécessaires à une vie saine.

En plus de tout cela, une visite chez le vétérinaire pourra exclure tout type d’allergie pouvant survenir. Il est important que vous soyez conscient de ces facteurs qui peuvent causer de graves problèmes de santé à vos animaux de compagnie.

Chiot qui tient une gamelle.

Les principaux symptômes de l’urticaire

Les symptômes sont clairs : un grattage excessif qui s’accompagne généralement de gémissements et de grognements, d’une perte de poils dans la région affectée et d’une mauvaise odeur dans les oreilles. Tous ce symptômes indiquent que votre animal souffre d’une allergie.

Certains chiens sont allergiques aux puces et aux tiques, et une seule bouchée suffit pour déclencher le processus allergique. Bien que ces symptômes varient d’un animal à un autre, ils apparaissent généralement sous la forme de rougeurs et de marques sur les oreilles.

Dans d’autres cas, l’irritation de la peau se manifeste par des squames, la perte de poils, des larmoiements, des yeux rouges et des changements de comportement. Les éternuements, les vomissements, la diarrhée, la respiration profonde, la difficulté des voies respiratoires sont d’autres symptômes possibles.

Comment agir ?

Lorsque l’allergie a déjà été détectée, la première chose à faire est de consulter au plus vite un vétérinaire, qui procédera à des tests sur la peau et le sang. Ensuite, une prévention générale doit être mise en place, laquelle tentera d’évaluer exactement d’où vient l’allergie, ainsi que sa cause, afin de mettre en œuvre les actions appropriées.

Il convient de déterminer les endroits où les symptômes se manifestent, ainsi que les plantes avec lesquelles le chien est en contact lors de ses promenades le long des extérieurs de la maison. De plus, vous devez inspecter ce qu’il mange, surtout si vous pensez qu’il s’agit d’une allergie alimentaire.

Parmi les actions les plus utiles, figure la vermifugation externe de l’animal, afin d’éviter les puces et les tiques, et les bains avec des produits adaptés, aussi souvent que nécessaire. Gardez toujours à l’esprit que l’excès d’eau et de savon peut également endommager sa peau et déséquilibrer son pH.

Un autre aspect important concerne les plaies mal cicatrisées, qui peuvent être une porte ouverte aux infections cutanées. Il est nécessaire d’empêcher le chien de lécher ses plaies, ainsi que de les nettoyer.

Le traitement

Le traitement consistent à réduire l’inflammation et les démangeaisons, via l’utilisation de corticostéroïdes et d’antihistaminiques, qui réduisent considérablement l’urticaire et permettent la récupération. Il est essentiel de préciser que le traitement n’est que symptomatiques et n’a pas pour fonction d’éradiquer l’allergie.

Il n’existe aucun traitement efficace pour soigner cette affection, puisqu’il faudrait modifier l’ensemble du système immunitaire pour y parvenir. Par conséquent, vous devriez essayer d’éviter à tout prix les agents responsables de l’allergie.

Dans le cas où il s’agit d’une allergie alimentaire, il existe des régimes spécifiques qui permettent de réduire l’inconfort. Bien entendu, ce régime doit être supervisé par un vétérinaire qualifié.

Photographe : Selbe Lynn.
Photographe : Selbe Lynn.

Les races les plus sujettes à l’urticaire

Certaines races sont plus susceptibles que d’autres de souffrir de problèmes dermatologiques, comme les allergies ou la dermatite atopique. Et certaines, en raison de leurs caractéristiques physiques. C’est le cas, par exemple, des espèces qui ont des plis cutanés ; ces plis peuvent être le foyer de l’allergie.

Parmi les races les plus sujettes à ce type de problème figurent le shar pei, le bulldog, le chow chow, le west highland terrier et le beagle. Il est indispensable de faire preuve de constance dans le traitement, d’avoir recours à un savon anti-puces et de compléter le traitement avec des produits adaptés.



  • Rejas López, J. (2008). Dermatitis y reacciones adversas a los alimentos. REDVET. Revista Electrónica de Veterinaria, 9(5), 1-16.