Prolapsus cloacal chez les reptiles : symptômes et traitement

Le prolapsus cloacal est une maladie peu connue dans le monde de la terrariophilie, mais elle peut susciter une grande préoccupation. Apprenez-en plus ici à ce sujet.
Prolapsus cloacal chez les reptiles : symptômes et traitement
Samuel Sanchez

Rédigé et vérifié par le biologiste Samuel Sanchez.

Dernière mise à jour : 27 décembre, 2022

Les animaux exotiques sont de plus en plus répandus au sein des foyers. Divers reptiles sont aujourd’hui élevés en captivité. Ils peuvent donc être achetés dans des magasins spécialisés à un prix raisonnable. Mais il ne faut pas oublier que ces animaux sont assez délicats. Nous nous intéressons ici au prolapsus cloacal chez les reptiles.

Diverses conditions physiologiques peuvent affecter les animaux exotiques si les soins prodigués ne sont pas adéquats. Le prolapsus cloacal chez les reptiles est l’une des plus frappantes d’un point de vue esthétique.

Bien qu’il ne s’agisse pas d’une affection très grave ni même courante, elle peut causer une grande frayeur à un maître avec peu d’expérience. Nous vous en disons plus ci-après.

Qu’est-ce que le prolapsus cloacal ?

Le cloaque des reptiles est une cavité située dans la dernière partie du tube digestif et ouverte à l’extérieur du corps. Ses fonctions sont multiples : au-delà de l’excrétion des selles, cette zone communique directement avec les systèmes urinaire et reproducteur. Certains chéloniens sont même capables de respirer avec.

Sur le plan pratique, le cloaque correspond à une fente située sous la queue du reptile. Tous en ont un, mais chez les espèces les plus grandes – les iguanes, les pogonas ou les caméléons adultes par exemple -, il est un peu plus visible.

Parfois, cela suppose un caractère différentiel entre les mâles et les femelles. Et ce, car les structures qui le composent et les glandes accessoires peuvent être plus ou moins grandes selon le sexe.

Le terme prolapsus définit le déplacement de tout organe hors de sa position anatomique naturelle. Ainsi, le prolapsus cloacal correspond au déplacement des tissus du cloaque hors de leur emplacement normal. Les muscles cloacaux deviennent alors visibles chez l’animal atteint de cette maladie, alors qu’ils ne devraient pas être saillants.

Le prolapsus cloacal consiste en l’éversion du tissu cloacal à l’extérieur du corps de l’animal.

L'œdème chez les reptiles peut être fatal.

Les causes du prolapsus cloacal chez les reptiles

Les causes du prolapsus cloacal résident généralement dans une oppression ou un ténesme dans la zone excrétrice du reptile en raison d’une infection, d’une inflammation ou d’un traumatisme physique. De plus, il peut avoir des origines secondaires qui résident dans la mauvaise prise en charge. Parmi elles, figurent les suivantes :

  • Faible taux d’humidité de l’environnement : un faible taux d’humidité dans le terrarium entraîne plus facilement une déshydratation de l’animal s’il est tropical, ce qui peut entraîner des déséquilibres physiologiques, des occlusions intestinales et un prolapsus cloacal.
  • Mauvaises conditions dans le terrarium : il peut s’agir de températures trop basses, de l’absence de gradient thermique, du manque de cachettes ou encore du manque de place. Tout cela favorise le stress et les tensions musculaires chez l’animal, y compris au niveau de la zone périanale.
  • Malnutrition : un manque de calcium peut entraîner une diminution de la fonctionnalité intestinale, ce qui entraîne à son tour des déséquilibres du transit intestinal et un éventuel prolapsus.
  • Occlusion : un reptile avec un substrat inadapté finira par en ingérer une partie en essayant de chasser une proie. Si le sable ou les cailloux sont très fins, l’animal ne pourra pas les recracher et ils s’accumuleront dans son tractus intestinal. Cela provoquera la formation d’un bouchon qui l’empêchera de déféquer.
  • Maladies associées : les tumeurs malignes, les infections bactériennes et diverses maladies inflammatoires peuvent entraîner un prolapsus cloacal chez les reptiles domestiques.
  • Difficulté à accoucher : le prolapsus de l’oviducte est relativement fréquent chez les reptiles femelles qui ont des difficultés à expulser les œufs.

Il existe encore d’autres déclencheurs potentiels de prolapsus, tels que les calculs vésicaux ou les maladies osseuses métaboliques. En bref, il s’agit d’une condition multifactorielle.

Les symptômes

Les symptômes du prolapsus cloacal chez les reptiles sont extrêmement faciles à discerner : un tissu rose émergera de sous la queue. Il sera également possible d’observer un peu de sang sur le substrat du terrarium en raison des frottements.

Le reptile peut également présenter d’autres signes, tels qu’une queue mal formée (troubles métaboliques), un manque d’excrétion des selles (constipation), une conjonctivite (infection) et une température corporelle basse. Tous ces symptômes justifient une visite d’urgence chez un vétérinaire spécialisé en animaux exotiques.

Le diagnostic

Détecter un prolapsus cloacal chez les reptiles est très simple, puisque le tissu éversé sous la queue est un signe plus qu’évident. Le véritable défi du diagnostic consiste à découvrir quelle structure est affectée et pourquoi elle est sortie de son emplacement naturel.

Parfois, il suffit de procéder à un examen physique de l’animal. Dans d’autres cas, cela ne suffit pas. L’utilisation de techniques radiographiques peut alors être nécessaire, afin de détecter une maladie métabolique, une tumeur ou une malformation congénitale. L’analyse des excréments du reptile aidera à écarter d’éventuelles pathologies infectieuses.

Le traitement

Cette condition est une urgence vétérinaire dans tous les cas et le traitement doit commencer dès que possible. Parmi les approches possibles, figurent les suivantes :

  1. Maintenir le tissu humide : il faut empêcher la zone de se dessécher, car les structures impliquées pourraient mourir au niveau cellulaire et cesser de fonctionner. Il est recommandé d’appliquer des solutions lubrifiantes dissoutes dans l’eau.
  2. Replacement du tissu dans sa zone naturelle : après l’avoir nettoyé, le vétérinaire tentera de remettre le tissu en place manuellement. S’il est enflammé, des onguents spéciaux peuvent être utilisés pour réduire l’œdème.
  3. Amputation du tissu nécrotique : avant de remettre le tissu à sa place, toutes les zones mortes doivent être retirées, car elles favoriseraient l’apparition d’infections chez l’animal.
  4. Suture des deux côtés du cloaque : il peut être nécessaire de réduire l’ouverture du cloaque pour empêcher le tissu de sortir de sa zone normale.

Selon la cause du prolapsus, le traitement sera plus ou moins agressif. Dans presque tous les cas, l’administration générique de certains médicaments, comme les anti-inflammatoires non stéroïdiens, est généralement recommandée pour soulager les symptômes.

Un des animaux de Madagascar.

En résumé, le traitement du prolapsus cloacal chez les reptiles dépend entièrement des causes sous-jacentes. Un déséquilibre de l’humidité est rapidement résolu, mais une tumeur maligne implique une approche difficile pour un si petit animal. Votre vétérinaire de confiance vous dira quelle est la meilleure façon de procéder.

Cela pourrait vous intéresser ...
Stomatite chez les reptiles : causes, symptômes et traitement
My Animals
Lisez-le dans My Animals
Stomatite chez les reptiles : causes, symptômes et traitement

Nous vous invitons ici à en savoir plus la stomatite, une maladie qui touche les reptiles, notamment les serpents, et qui peut devenir dangereuse.




Le contenu de Mes Animaux est rédigé à des fins informatives. Il ne remplace pas un diagnostic, un conseil ou un traitement professionnel. En cas de doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.