Quelles maladies un chat errant peut-il transmettre ?

Les mangeoires et abreuvoirs communautaires pour chats errants sont une mauvaise option, car ils entraînent la propagation de diverses maladies pouvant être mortelles. Si vous en avez la possibilité, mieux vaut adopter un chat errant et l'emmener chez le vétérinaire pour connaître son état de santé.
Quelles maladies un chat errant peut-il transmettre ?

Dernière mise à jour : 25 novembre, 2021

L’irresponsabilité de certains maîtres a fait que de nombreux animaux se retrouvent à la rue. L’adoption est l’une des principales stratégies pour réduire ce problème. Toutefois, un chat errant est plus sensible aux maladies qui mettent sa santé et celle de ses maîtres en danger, il faut donc être prudent lors de l’adoption.

Cela ne veut pas dire qu’héberger un animal sans abri est déconseillé, mais qu’il faut aller chez un vétérinaire pour confirmer son bien-être. Non seulement les contagions sont évitées, mais la qualité de vie du nouveau membre de la famille est également grandement améliorée. Découvrez ci-dessous quelles maladies un chat errant peut transmettre.

Pourquoi un chat errant contracte-t-il plus facilement des maladies ?

Les chats errants se trouvent dans des endroits où abondent diverses sources d’infection. Pour cette raison, en recherchant de la nourriture, ils peuvent facilement contracter une maladie. De plus, en raison de la malnutrition dont ils souffrent, les défenses de leur organisme ne fonctionnent pas correctement.

Par ailleurs, la persécution constante par les chiens, les personnes ou d’autres chats les affaiblit et les rend propices à souffrir de pathologies. C’est la raison pour laquelle, dans la plupart des cas, un processus de rééducation est nécessaire. Cela comprend des soins vétérinaires et la réadaptation au contact humain.

Un groupe de chats errants.

Les maladies contractées par un chat errant

À leur arrivée dans leur nouvelle maison, les chats vivront en étroite collaboration avec leurs maîtres et autres animaux de compagnie. Par conséquent, il est nécessaire d’être attentif à tout signe indiquant une pathologie. Autrement, l’animal deviendra une source dangereuse de contagion pour tout le monde.

La toxoplasmose

La toxoplasmose est une pathologie qui infecte différents mammifères et certains oiseaux. Elle est causée par un protozoaire, Toxoplasma gondii, qui peut être contracté par l’ingestion de rongeurs infectés ou par le contact avec des chats malades. Les chats errants ont une probabilité plus élevée de souffrir de cette maladie.

En effet, ce protozoaire est capable de modifier le comportement des rats pour que ces derniers cessent d’avoir peur des chats et pour que ces derniers, leurs véritables cibles, attrapent alors plus facilement les rats.

De plus, les excréments du félin infecté peuvent propager la toxoplasmose. Par conséquent, si vous ne faites pas attention à l’hygiène, les membres de la famille peuvent tomber malades.

Ce dernier point est important, car cette infection présente de grands risques chez la femme enceinte. Par conséquent, si vous souhaitez adopter un chat, il vaut mieux éviter de le faire pendant la grossesse. N’oubliez pas non plus d’emmener l’animal chez un vétérinaire pour vous assurer que sa santé est optimale.

La rage

La rage est une maladie causée par un virus qui se transmet chez divers types d’animaux. Pour qu’une infection se produise, la salive de l’organisme infecté doit pénétrer dans le corps par une plaie ouverte. Pour cette raison, les chats errants sont souvent infectés par les morsures d’autres spécimens sauvages.

Cette maladie altère le système nerveux central et peut entraîner la mort. La létalité de la rage est de 100 %. De plus, cette pathologie peut également infecter les hommes et entraîner une issue fatale. Pour éviter cela, prenez les précautions nécessaires lors de la manipulation de chats errants : ne les laissez pas vous griffer, vous mordre ni vous lécher.

La maladie des griffes du chat

Cette pathologie est causée par les griffures ou morsures d’un chat infecté par la bactérie Bartonelli henselae. De nombreux animaux de compagnie ne présentent pas de signes cliniques évidents de la maladie, et celle-ci n’est visible que s’ils attaquent une personne.

D’autre part, la victime de l’égratignure présentera une série de symptômes bénins, parmi lesquels de la fièvre, des maux de tête et des ganglions enflés. Ces signes cliniques ont tendance à diminuer sans qu’une surveillance étroite soit nécessaire, mais si votre système immunitaire est faible, vous aurez probablement besoin de médicaments.

Bien qu’il ne s’agisse pas d’une maladie à risque, il est préférable d’éviter les griffures d’un chat errant.

La teigne (dermatophytose féline)

La teigne est une maladie de la peau causée par le champignon Microsporum canis. Cette pathologie est très contagieuses en raison de la forme d’infection du micro-organisme. Les poils de l’animal malade qui se trouvent au sol peuvent infecter d’autres animaux, sans même un contact direct.

Cette pathologie commence par une petite inflammation circulaire de la peau, qui finit par produire une desquamation. Heureusement, les cas bénins ont tendance à se résoudre spontanément. Cependant, chez les chats errants, une surveillance vétérinaire est nécessaire, car la malnutrition pourrait empêcher leur système immunitaire d’agir efficacement.

De plus, il est nécessaire que les maîtres fassent preuve de prudence, car ils sont également sensibles à cette infection. Il est vrai que cette maladie n’a pas de conséquences graves, mais il vaut mieux éviter les contacts directs sans protection lors du sauvetage des chats errants.

Le virus de l’immunodéficience féline

Le virus de l’immunodéficience féline est très similaire au VIH qui affecte les humains. Cette pathologie provoque un dysfonctionnement du système immunitaire du félin, ouvrant ainsi la porte à diverses infections. Par conséquent, le chat errant ne peut pas se défendre contre les autres maladies et leurs complications.

Ce virus ne peut se transmettre que d’un chat à un autre. Un animal errant est capable d’infecter vos animaux de compagnie si vous ne faites pas attention.

Pour cette raison, il est important que vous emmeniez votre nouveau membre de la famille chez le vétérinaire dès que possible. Vous vous assurerez ainsi que personne n’est en danger. Cette pathologie ne peut pas être transmise à l’homme.

Des parasites intestinaux

Les endoparasites tels que les oxyures et les coccidies sont des agents pathogènes courants chez les jeunes chats. De plus, les spécimens errants ont un plus grand risque d’infection en raison de leur mauvaise qualité de vie.

Ce type de problème n’est généralement pas très dangereux, bien que s’il n’est pas contrôlé, il peut entraîner de graves problèmes de santé pour l’animal. Les traitements pour éliminer les parasites sont rapides et efficaces.

Le virus de la leucémie féline

Ce virus appartient au même groupe que celui de l’immunodéficience féline et provoque les mêmes effets immunosuppresseurs. De plus, il se transmet également lorsque la salive entre en contact avec des plaies ouvertes.

Dans le cas des chats errants, cette maladie se transmet lors des combats avec d’autres animaux. L’infection par le virus de la leucémie féline a longtemps été considérée comme la principale cause de mortalité chez ces animaux. Elle est actuellement en recul grâce aux mesures préventives.

Les chats ne peuvent pas transmettre ce virus aux humains. Toutefois, le félin infecté doit suivre un traitement.

La rhinotrachéite virale féline

La rhinotrachéite est une maladie respiratoire très contagieuse chez le chat, car elle se transmet par les éternuements ou les sécrétions de l’animal infecté. Elle est causée par le virus de l’herpès de type 1 et le calicivirus.

Ces agents pathogènes restent dans le corps même s’ils ne provoquent aucun type de symptômes. Par conséquent, un spécimen peut être un foyer infectieux tout au long de sa vie.

La rhinotrachéite n’est généralement pas mortelle, mais si le spécimen est très faible, il peut en mourir. Pour cette raison, il est préférable de prévenir le problème en tenant à jour les vaccins de tous les animaux de compagnie.

Un petit chat errant.

Sauver un chat errant est un acte altruiste qui change la vie des animaux. Cependant, pour s’assurer que la santé du chat et celle de sa nouvelle famille restent dans des conditions optimales, il est préférable de l’emmener chez le vétérinaire le plus tôt possible.

N’oubliez pas que la vie de ce petit être n’a pas été facile du tout et qu’il a besoin de tous les soins possibles. Néanmoins, soyez assuré que l’effort en vaudra la peine.

Cela pourrait vous intéresser ...
Les maladies du ragdoll
My Animals
Lisez-le dans My Animals
Les maladies du ragdoll

Plusieurs maladies courantes peuvent affecter le ragdoll. Apprenez à les repérer avant qu'il ne soit trop tard pour votre animal.



  • Ingram, W. M., Goodrich, L. M., Robey, E. A., & Eisen, M. B. (2013). Mice infected with low-virulence strains of Toxoplasma gondii lose their innate aversion to cat urine, even after extensive parasite clearance. PloS one, 8(9), e75246.
  • Salamanca, C. A., Polo, L. J., & Vargas, J. (2011). Sobrepoblación canina y felina: tendencias y nuevas perspectivas. Revista de la Facultad de Medicina Veterinaria y de Zootecnia, 58(1), 45-53.
  • Castro, F. F. C., & Rodríguez, M. P. M. (2016). Rabia en un gato doméstico (Felis silvestris catus) en el municipio de Yumbo, Valle del Cauca, Colombia. Revista UDCA Actualidad & Divulgación Científica, 19(1), 243-246.
  • Flores, G. G. (2013). Enfermedad por arañazo de gato. Revista médica de Costa Rica y Centroamérica, 70(605), 109-111.
  • Calle-Restrepo, J. F., Fernández-González, L., Marcela, L., & Morales-Zapata, J. R. S. (2013). Virus de la leucemia felina: un patógeno actual que requiere atención en Colombia. Vet Zootec, 7(2), 1-22.
  • Pinales Hernández, I. L. (2020). Complejo respiratorio felino: factores de riesgo y detección molecular de agentes infecciosos selectos en gatos del área metropolitana de Monterrey, Nuevo León (Doctoral dissertation, Universidad Autónoma de Nuevo León).
  • Chapela, V., Martínez, M., Ojeda, P., & Bidarte, A. (2010). Inmunodeficiencia felina y leucemia linfoide en gatos. Revista médica de homeopatía, 3(2), 68-70.
  • Grandía, R., Entrena, Á., & Cruz, J. (2013). Toxoplasmosis en Felis catus: etiología, epidemiología y enfermedad. Revista de Investigaciones Veterinarias del Perú, 24(2), 131-149.