Stomatite vésiculeuse chez le cheval : symptômes et traitement

Pour que les chevaux restent en bonne santé et ne soient pas affectés par les agents responsables de la stomatite vésiculeuse, ils ont besoin de certains soins et d'une gestion préventive appropriée.
Stomatite vésiculeuse chez le cheval : symptômes et traitement

Dernière mise à jour : 19 novembre, 2021

Il existe un large répertoire d’agents viraux ayant la capacité de nuire à la santé des chevaux. Certains d’entre eux ont d’énormes répercussions économiques. La stomatite vésiculeuse fait partie du groupe des infections les plus problématiques.

Si vous aimez les chevaux et que préserver leur bien-être est votre priorité, nous vous invitons à poursuivre la lecture de cet article. Vous découvrirez ici les principales caractéristiques de cette maladie, ainsi que quelques alternatives thérapeutiques et préventives pour la combattre.

Qu’est-ce que la stomatite vésiculeuse ?

La stomatite vésiculeuse est une maladie d’origine virale et est causée par un agent appartenant au genre Vesiculovirus de la famille des Rhabdoviridae. Bien qu’elle provoque une faible mortalité chez les animaux atteints, elle est considérée comme une infection d’une grande importance médicale et doit être déclarée.

L’état généré chez les équidés est dû à 2 sérotypes : la souche New Jersey et la souche Indiana. Cette dernière est porteuse du virus de type Alagoas et du type Cocal de la stomatite vésiculeuse, capables d’infecter les porcs et les bovins.

Géographiquement, cette pathologie est limitée au continent américain, l’Amérique centrale et méridionale étant les régions les plus touchées. Au Mexique, au Guatemala et au Belize, un plus grand nombre de cas ont été signalés que dans le reste du monde.

Connaissez-vous les signes de maladie les plus courants chez les chevaux ?

La transmission de la maladie

C’est une maladie saisonnière qui survient le plus souvent au printemps et au début de l’été dans le nord du Mexique et le sud des États-Unis. Dans les régions à climat tropical, sa fréquence d’apparition augmente généralement pendant la saison des pluies.

Pour la transmission de la maladie, un contact direct avec la salive ou des vésicules ouvertes d’animaux malades est nécessaire. La piqûre d’insectes vecteurs, tels que les mouches hématophages, les moustiques et certains arthropodes, peut également déclencher la maladie.

Les tatous, les rats, les cerfs, les singes, les loutres et autres créatures libres jouent un rôle de réservoir du virus. Une fois que le virus de la stomatite vésiculeuse est entré dans le corps du cheval, il se lie aux cellules et commence à se multiplier au point de les tuer.

Plus tard, la muqueuse commence à présenter des zones nécrotiques et œdémateuses, permettant l’entrée de liquide intracellulaire et de cellules inflammatoires dans le tissu. En conséquence, la formation de vésicules se produit.

Les signes cliniques de la stomatite vésiculeuse équine

Entre 3 et 7 jours après l’entrée du virus dans l’organisme du cheval – temps d’incubation -, les premiers signes cliniques de la stomatite vésiculeuse commencent à apparaître. Ce sont les suivants :

  • Diminution de l’appétit et anorexie
  • Fièvre
  • Hypersalivation

Plus tard, ces signes cèdent la place à l’apparition de vésicules typiques sur la muqueuse buccale, le palais, les lèvres, les gencives et la langue. Ces lésions ont tendance à éclater, laissant des plaies ouvertes et des érosions qui provoquent une douleur constante.

Ces formations ne sont pas exclusives à la cavité buccale. Chez certains chevaux, il est également possible de les trouver sur le prépuce et les mamelles.

Certains chevaux, en particulier ceux qui ne sont pas dans un box et qui sont utilisés à des fins de travail, présentent une lésion inflammatoire et œdémateuse au niveau des sabots. Soyez très prudent, car le virus de la stomatite vésiculeuse équine pourrait être isolé à cet endroit.

Le diagnostic

La stomatite vésiculeuse équine n’étant pas la seule maladie qui se manifeste par la formation de vésicules, il est nécessaire d’effectuer différents examens pour corroborer sa présence. La technique de diagnostic la plus utilisée, et qui est également reconnue par les traités internationaux sur le commerce équin, est la sérologie de neutralisation virale.

Si un échantillon de tissu des vésicules (ou du liquide qu’elles contiennent) est prélevé, les techniques ELISA et PCR fourniront des informations importantes pour le diagnostic final.

Les mesures thérapeutiques

Il n’existe actuellement aucun traitement spécifique pour traiter la stomatite vésiculeuse. Par conséquent, le vétérinaire mettra en place une approche symptomatique qui réduira l’inconfort causé par la maladie.

L’utilisation de solutions antiseptiques pour nettoyer les plaies favorisera la cicatrisation. Cela préviendra également l’apparition d’une éventuelle infection bactérienne secondaire.

Une fois la maladie confirmée, il est nécessaire d’isoler le spécimen du reste des animaux sains. L’animal devra rester en quarantaine pendant environ 21 jours. La stomatite vésiculeuse peut se propager facilement. C’est pourquoi nous vous conseillons de procéder à une désinfection du lieu, y compris du mobilier et des véhicules utilisés par l’animal.

La prise en charge préventive de la stomatite vésiculeuse

Les chances de contagion augmentent lorsque les chevaux sont exposés à un plus grand nombre de facteurs de risque. Pour cette raison, l’élevage libre ou en conjonction avec le bétail dans les zones où des vecteurs possibles existent devrait être limité.

Il est également recommandé d’éviter les sols caillouteux qui causent des blessures aux sabots, ainsi que l’herbe coupante qui peut blesser la langue, les joues et les gencives des équidés.

Lors de la manipulation, essayez d’utiliser des vêtements de protection. Il est important de savoir que la stomatite vésiculeuse peut se propager à l’homme, en particulier dans les régions endémiques.

Les symptômes sont similaires à ceux d’une grippe. Heureusement, la récupération est rapide (pas plus de 7 jours) et sans complications.

La fourbure équine est une pathologie très fréquente.

La taille et le port imposants des chevaux ne les dispensent pas de souffrir de maladies. La prévention est donc essentielle. Nous vous recommandons de suivre les mesures préventives indiquées, afin que cette pathologie et bien d’autres ne diminuent pas la qualité de vie de votre équidé.

Cela pourrait vous intéresser ...
Septicémie néonatale chez le cheval : symptômes et traitement
My Animals
Lisez-le dans My Animals
Septicémie néonatale chez le cheval : symptômes et traitement

La septicémie néonatale est une infection généralisée qui affecte différents organes. Elle peut entraîner la mort rapide d'un poulain.