Les maladies transmises par les lapins

Si vous vivez avec un lapin, vous devez savoir quelles sont les maladies transmises par ces animaux. Nous vous présentons ici les plus importantes.
Les maladies transmises par les lapins

Dernière mise à jour : 17 septembre, 2021

Ces lagomorphes sont devenus très populaires dans les foyers. Cependant, les connaissances sur la façon de prévenir les maladies transmises par les lapins ne sont pas aussi étendues que dans le cas des chiens et des chats.

Par conséquent, la première étape pour éviter les problèmes lorsque vous acquérez un lapin est de savoir quelles sont les zoonoses les plus courantes et comment elles peuvent se propager. C’est ce que nous vous invitons à découvrir ici.

Les principales maladies transmises par les lapins

Il existe plusieurs types de maladies que vous pouvez contracter en étant en contact avec un lapin. Nous les classons ci-dessous en fonction de l’agent infectieux qui les provoque : virales, fongiques, bactériennes et parasitaires.

Les maladies parasitaires transmises par les lapins

Normalement, si les lapins ne sortent pas et vivent dans des conditions d’hygiène optimales, ils n’hébergent pas de parasites. Cependant, si c’était le cas, ils pourraient transmettre les maladies suivantes :

  • Cheyletiellose : Cheyletiella parasotivorax est un acarien très contagieux et capable d’infecter également les humains, bien qu’il disparaisse généralement de lui-même au bout d’environ 3 semaines. Il produit une dermatite localisée et des démangeaisons. Cet acarien est connu sous le nom de « pellicules ambulantes » car il est parfois possible de le voir se déplacer à travers le pelage de l’animal.
  • Giardiase : Giardia duodenalis est un protozoaire flagellé qui se loge dans le tractus intestinal de l’animal, produisant une diarrhée continue. Il n’affecte pas les humains à moins que ces derniers ne soient immunodéprimés, mais la diarrhée chez un lapin peut être mortelle si elle n’est pas traitée à temps.
  • Leishmaniose : les lapins peuvent servir de réservoir asymptomatique pour Leishmania infantum, mais un phlébotome doit piquer le lapin, puis une personne pour l’infecter. Chez l’homme, la leishmaniose provoque des difficultés à respirer et à avaler, des ulcères de la peau, de la bouche et des lèvres, une congestion, des saignements de nez, de la fièvre, de la fatigue, de la faiblesse, une perte d’appétit et des sueurs froides.
  • Coccidiose : les coccidies sont des protozoaires qui vivent principalement dans le système digestif. Ils peuvent provoquer des diarrhées (parfois sanglantes), une inflammation intestinale et une déshydratation. Ils sont transmis à l’homme par la manipulation des matières fécales.
  • Microsporidiose : Encephalitozoon cuniculi est facile à reconnaître, car il provoque le syndrome vestibulaire, les lapins se retrouvent donc avec la tête penchée d’un côté. Chez l’homme, la maladie affecte également le système nerveux, principalement le cerveau, et les reins.
L'ivermectine pour lapins est administrée par voie cutanée.

Les maladies fongiques transmises par les lapins

De nombreux champignons contractés par les lapins peuvent être transmis aux humains, généralement par contact direct avec les spores. De plus, ils sont souvent difficiles à éradiquer. Les maladies fongiques les plus courantes sont au nombre de deux :

  • Teigne : cette maladie se contracte en entrant en contact avec les spores de champignons dermatophytes des genres Microsporum et Trichophyton. L’alopécie que ce champignon provoque chez les animaux est caractéristique, car elle est de forme circulaire. Chez l’homme, il provoque des irritations circulaires qui provoquent à leur tour de grandes démangeaisons. Il est très difficile d’éradiquer les spores de la teigne.
  • Sporotrichose : le champignon Sporothrix schenckii chez l’homme produit des nodules cutanés qui se propagent par les voies lymphatiques et qui deviennent ensuite des abcès et des ulcères. Il existe une variante qui affecte les poumons et qui est mortelle, mais elle est très inhabituelle.

Les maladies bactériennes

C’est là que se trouvent la plupart des maladies que les lapins transmettent à l’homme. Le principal facteur de contagion est le contact direct avec l’animal ou la voie orale-fécale. Voici les maladies bactériennes les plus courantes :

  • Mélioïdose : la bactérie Burkholderia pseudomallei provoque des abcès dans les organes dans lesquels elle réside. Les zones les plus touchées sont les poumons, la rate, le foie et les ganglions adjacents.
  • Campylobactériose : les symptômes de Campylobacter jejuni sont généralement légers. Ce sont les suivants : diarrhée, douleurs abdominales et fièvre. Ils ne durent généralement pas plus d’une semaine. Cette maladie est souvent confondue avec une gastro-entérite.
  • Salmonellose : les bactéries du genre Salmonella sont très rares chez le lapin, mais il existe des cas de zoonoses. Ces agents pathogènes provoquent une gastro-entérite, des vomissements, de la diarrhée, des douleurs abdominales et de la fièvre.
  • Pasteurellose : causée par la bactérie Pasteurella multocida, cette maladie se transmet à l’homme par morsure ou griffure. Le tableau clinique est caractérisé par la formation rapide de cellulite, avec ou sans abcès. Des plaies apparaissent qui exsudent du sang et du pus et qui peuvent affecter les os. Chez les personnes souffrant de problèmes respiratoires, la maladie provoque une pneumonie, une bronchite et des abcès pulmonaires.
  • Yersiniose : la bactérie Yersinia pseudotuberculosis provoque une maladie grave chez l’homme consistant en une entérocolite, de la diarrhée, de la fièvre et des douleurs abdominales. Si l’infection progresse, elle peut créer des abcès au niveau du foie et de la rate, une ostéomyélite, une méningite et une endocardite.
  • Tétanos : Il se transmet par le contact avec des plaies ouvertes. La bactérie qui en est la cause est Clostridium tetani. Elle affecte le système nerveux, ce qui peut entraîner la mort.
  • Tularémie : Aussi appelée « fièvre du lapin », cette maladie est rarement transmise à l’homme. Elle est causée par la bactérie Francisella tularensis et produit différents symptômes selon la voie d’entrée. Les plus courants sont une douleur dans la zone touchée, l’hypertrophie de la rate et du foie, la toux, la pharyngite et les lésions cutanées.
  • Fièvre Q : Coxiella burnetii est l’agent qui provoque la fièvre principalement chez les lapins sauvages. En plus de cette hyperthermie, chez l’homme, elle peut provoquer fatigue, frissons, maux de tête, gêne abdominale, nausées, vomissements ou diarrhée.

Les maladies virales

Il n’y a pas beaucoup de maladies que les lapins transmettent par des virus. L’arénavirus est sans doute l’agent pathogène le plus courant ; il provoque une chorioméningite lymphocytaire.

Cette maladie est transmise par les selles et se manifeste par de la fièvre et une encéphalite ou une méningite. Si une femme enceinte est infectée, la maladie peut provoquer des malformations, voire même la mort du fœtus.

Comment prévenir les maladies transmises par les lapins ?

Il est rare qu’un lapin transmette une maladie à l’homme. En général, ceux qui affectent le plus ces mammifères (comme la myxomatose ou la maladie hémorragique virale) sont exclusifs à cette espèce. Cependant, la prévention ne fait jamais de mal pour éviter les ennuis. Voici quelques conseils :

  • Tenir à jour les vaccinations et la vermifugation.
  • Contrôler les excréments : les changements dans les selles des lapins donnent beaucoup d’informations utiles. La forme, la quantité, la couleur ou la présence de cæcotrophes sont des aspects à surveiller.
  • N’attendez pas d’aller chez le vétérinaire : les lapins, en bons animaux de proie qu’ils sont, cachent les symptômes de leurs maladies jusqu’à ce qu’ils soient très malades. Face au moindre symptôme, appelez immédiatement une clinique de confiance.
  • Vérifiez périodiquement le pelage de l’animal : Pour vérifier la présence de champignons, de parasites et d’autres affections cutanées, examinez souvent le pelage de votre animal de compagnie.
  • Gardez son environnement propre et désinfecté : l’hygiène quotidienne est essentielle pour éviter l’accumulation d’agents pathogènes. Cela est particulièrement important si différentes espèces coexistent dans le même espace.
  • Prenez soin de votre propre hygiène : puisque vous devez manipuler des restes potentiellement infectieux, lavez-vous toujours les mains après avoir touché votre lapin ou nettoyé son espace.
Une fille serrant un lapin.

Nous vous avons parlons ici des maladies transmises par les lapins aux humains, mais non à d’autres espèces. Il est impossible de couvrir les maladies transmissibles entre différents animaux dans un seul article. Si vous avez d’autres animaux de compagnie, Avant d’acquérir un lapin, consultez votre vétérinaire sur les maladies que les lapins peuvent transmettre aux autres animaux.

Cela pourrait vous intéresser ...
Les soins à prodiguer aux lapins nouveau-nés
My Animals
Lisez-le dans My Animals
Les soins à prodiguer aux lapins nouveau-nés

Vous voulez savoir comment prendre soin des lapins nouveau-nés ? Cet article est pour vous. Ces petits demandent beaucoup d'attention.



  • Macías Herrera, G., & Heuze de Icaza, Y. (2005). El conejo como huésped en la transmisión de la encefalitozoonosis por Encephalitozoon cuniculi. Sociedades rurales, producción y medio ambiente5(11), 26-30.
  • Kötsche, W., & Gottschalk, C. (1974). Enfermedades del conejo y de la liebre (No. SF997. R2. K67 1974.). Editorial Acribia.
  • Harwood, D. G. (1990). Infección por Salmonella typhimurium en una granja de conejos. Cunicultura15(83), 0029-29.
  • Bassols, J., Fernández, A., Gracia, E., & Villa, A. (2004). Etiología de las diarreas en conejos. Boletín de cunicultura lagomorpha, (131), 20-26.
  • van den Berg Elipe, N. M., Martínez, M. V., Sifres, M. V., & Martínez, L. S. (2020). Pasteurelosis en el conejo y la influencia de las condiciones ambientales. Boletín de cunicultura lagomorpha, (198), 28-32.