Lymphome chez le chat : causes, symptômes et traitement

Le lymphome est un cancer très courant chez les chats. Apprenez à l'identifier avant qu'il ne mette la vie de votre animal en danger.
Lymphome chez le chat : causes, symptômes et traitement

Dernière mise à jour : 30 août, 2021

On estime que 1 chat sur 5 développera un cancer au cours de sa vie, une probabilité qui augmente de façon exponentielle plus le chat est âgé. Certains sont plus graves et difficiles à traiter que d’autres, mais le lymphome félin (l’un des plus fréquents) a un pronostic désastreux en l’absence de traitement. Le chat atteint d’un lymphome vit en moyenne 4 semaines s’il n’est pas traité.

Ce type de cancer est systémique et très difficile à traiter, mais avec un traitement indiqué, la survie de l’animal peut être légèrement prolongée. Découvrez avec nous les causes, les symptômes et le traitement du lymphome chez le chat.

Le lymphome chez le chat

Tout d’abord, il faut souligner que le terme « cancer » désigne un ensemble hétérogène de maladies. Mais elles ont toutes un point commun : quelle que soit leur localisation, une croissance cellulaire atypique se produit du fait de la mutation génétique d’une lignée cellulaire.

Normalement, la croissance effrénée d’un tissu spécifique donne naissance à une tumeur, qui peut croître de manière illimitée et se propager à d’autres parties du corps, provoquant la redoutable métastase. Le reste des tumeurs qui apparaissent dans le corps proviendra du foyer initial de cellules malignes, c’est pourquoi elles sont considérées comme des cancers secondaires.

Comme l’indique le portail des Hôpitaux VCA, le lymphome félin est différent des cancers courants, car il survient de manière systémique. Cette maladie résulte d’une prolifération excessive de lymphocytes (globules blancs) qui circulent dans le sang et le système lymphatique, de sorte que les signes de la maladie sont généralisés.

Le lymphome est un cancer très courant chez les chats. Il touche 48 spécimens sur 100 000 et représente 30 % du total des cancers chez cette espèce.

Un exemple de lymphome dans le sang.

Types et symptômes

Le lymphome chez le chat peut être classé selon le type de cellules à prolifération excessive (lymphocytes B ou T) ou la localisation de l’activité du néoplasme malin. Découvrez dans les lignes différents types de lymphomes, ainsi que les symptômes.

Le lymphome gastro-intestinal

Comme son nom l’indique, ce lymphome affecte le plus manifestement le tractus gastro-intestinal du chat. C’est la variante la plus courante au sein de ce groupe pathologique : 50 à 70 % des lymphomes chez les animaux de compagnie félins sont de ce type. Il apparaît surtout chez les chats âgés entre 9 et 13 ans.

Ce type de cancer peut être de haut grade (expansion rapide) ou de bas grade (division lente), ce qui détermine la rapidité avec laquelle les signes cliniques se développent. Parmi les plus importants, figurent les suivants :

  • Perte de poids
  • Vomissements continus
  • Diarrhée
  • Manque d’appétit

Le lymphome médiastinal

Ce cancer affecte les ganglions lymphatiques du médiastin (situés au centre de la cage thoracique) et le thymus. La prolifération de lymphocytes peut exercer une pression sur le thorax de l’animal et ainsi rendre la respiration difficile. Il est également courant que l’œsophage soit sous pression, ce qui rend la déglutition plus difficile.

Ce type survient chez les chats âgés de moins de 2 ans.

Le lymphome divers

Dans ce cas, la prolifération cellulaire se produit dans diverses zones du corps, comme le système nerveux central, la cavité nasale, la peau et les reins, entre autres. La zone la plus touchée est généralement la cavité nasale. Cette variante s’accompagne de sécrétions étranges et de difficultés respiratoires. Elle est plus fréquente chez les chats âgés entre 5 et 9 ans.

Dans tous les cas, les symptômes généraux sont l’apathie, la perte de poids et les problèmes d’alimentation. La détresse respiratoire est typique du lymphome médiastinal.

Les causes du lymphome chez le chat

Déterminer la cause d’un cancer, quel qu’il soit, est complexe, car la plupart des tumeurs malignes sont causées par une multitude de facteurs, tels que l’environnement, la génétique et la santé générale de l’animal. Dans tous les cas, certaines des variantes susmentionnées sont liées à d’autres tableaux cliniques.

Par exemple, le lymphome médiastinal est associé au virus de la leucémie féline (FeLV) dans 80 % des cas. Cet agent infectieux est implanté dans la moelle osseuse, lieu de production de tous les corps sanguins (y compris les lymphocytes), il est donc facile d’imaginer leur relation. 30 % des lymphomes du rein sont également associés au FeLV.

Diagnostic

Les symptômes de ce cancer sont assez peu spécifiques, plusieurs tests peuvent donc être nécessaires pour le détecter. Le premier examen est un examen sanguin : il permet de détecter des anomalies systémiques, mais à lui seul, il ne permet pas d’établir un diagnostic complet.

Des radiographies, des ultrasons ou des tomodensitogrammes seront également nécessaires pour trouver la masse tumorale problématique. Une fois détectée, une biopsie est réalisée pour obtenir un échantillon du groupe de cellules. Si les lymphocytes sont anormaux et en surcroissance, le diagnostic du lymphome est confirmé.

Le traitement du lymphome chez le chat

Le lymphome est traité par chimiothérapie dans tous les cas, car les professionnels sont confrontés à une maladie systémique qui ne peut être traitée que par une seule résection chirurgicale. Les conditions de bas grade sont traitées avec les médicaments prednisone et chlorambucil 20 mg / m2. Les lymphomes à croissance rapide nécessitent des injections chimiques plus agressives.

La radiothérapie et la chirurgie sont envisagées dans des cas très spécifiques, comme le lymphome nasal ou abdominal, bien qu’il s’agisse d’un protocole très rare. En revanche, si aucune de ces approches n’est possible (en raison de la fragilité de l’animal et de son âge), un traitement palliatif est utilisé à base de prednisolone seule, un stéroïde qui retarde la progression de la maladie de 2 à 4 mois..

Heureusement, la chimiothérapie est une approche très bien tolérée par les chats. Seulement 10 % d’entre eux présentent des symptômes tels que vomissements, diarrhée et vertiges.

La perte de poids chez le chat peut avoir plusieurs raisons.

Le pronostic

Un lymphome qui n’est pas traité par chimiothérapie provoque généralement la mort de l’animal en moins de 4 semaines. Les chats traités avec de la prednisolone seule peuvent survivre pendant 60 à 90 jours supplémentaires, bien que cela ne soit pas garanti.

Avec une approche appropriée, 75 % des chats entrent dans une période de rémission claire. Dans tous les cas, même si tout se passe bien, leur espérance de vie moyenne n’est que de 6 mois environ, car les rechutes sont très fréquentes. Malheureusement, le pronostic général de cette maladie est très sombre, et parfois les soins palliatifs sont la seule option jusqu’au décès.

Cela pourrait vous intéresser ...
Un maître manque-t-il à son chat ?
My AnimalsLisez-le dans My Animals
Un maître manque-t-il à son chat ?

Peut-on manquer à un chat ? Les chats ressentent le manque de leurs maîtres, car ils peuvent les reconnaître et créer des liens forts avec eux.



  • Tobey, J. C., Houston, D. M., Breur, G. J., Jackson, M. L., & Stubbington, D. A. (1994). Cutaneous T-cell lymphoma in a cat. Journal of the American Veterinary Medical Association, 204(4), 606-609.
  • Simpson, C. J., Mansfield, C. S., Milne, M. E., & Hodge, P. J. (2011). Central diabetes insipidus in a cat with central nervous system B cell lymphoma. Journal of feline medicine and surgery, 13(10), 787-792.
  • Benigni, L., Lamb, C. R., CORZO‐MENENDEZ, N. U. R. I. A., Holloway, A., & Eastwood, J. M. (2006). Lymphoma affecting the urinary bladder in three dogs and a cat. Veterinary Radiology & Ultrasound, 47(6), 592-596.