Parasites pulmonaires chez le chien : caractéristiques, traitement et prévention

Les parasites sont pratiquement partout. Ils ont réussi à s'adapter à différentes conditions, et ont la capacité d'atteindre des endroits aussi étranges que les poumons des chiens, où ils peuvent terminer leur cycle de vie.
Parasites pulmonaires chez le chien : caractéristiques, traitement et prévention

Dernière mise à jour : 22 août, 2021

Tous les animaux sont sujets aux maladies causées par les parasites présents dans leur environnement. Dans le cas des chiens, en particulier les chiens jeunes et curieux, des parasites pulmonaires peuvent provoquer de graves symptômes respiratoires et mettre leur vie en danger.

Les poumons de votre animal peuvent être envahis par ces parasites sans même que vous vous en rendiez compte. Nous vous expliquons ici comment ces micro-organismes envahissent les voies respiratoires d’un chien. Vous trouverez également quelques recommandations pour que vous puissiez les identifier à temps. Enfin, nous aborderons certaines stratégies diagnostiques et thérapeutiques.

Que sont les parasites pulmonaires chez le chien ?

Les parasites sont des êtres qui vivent aux dépens d’un autre animal vivant (l’hôte). Ils sont capables d’envahir différents organes et systèmes chez les animaux. Les parasites pulmonaires chez le chien colonisent les poumons et les régions voisines des voies respiratoires.

Au sein de la maison, l’animal a moins de chance de contracter une maladie causée par des parasites. Cependant, lorsqu’il est en contact avec l’environnement extérieur, le risque augmente. Certains parasites pulmonaires ont une préférence pour certaines conditions environnementales et des zones géographiques spécifiques.

Parfois, les symptômes des parasites pulmonaires chez les chiens peuvent compliquer le diagnostic définitif, en raison de leur similitude avec ceux de nombreuses autres maladies respiratoires. Par conséquent, dès l’apparition d’un premier signe ou d’un comportement étrange chez votre animal de compagnie, rendez-vous chez le vétérinaire.

Un parasite.

Qu’est-ce qu’un ver pulmonaire et comment infecte-t-il le chien ?

Contrairement à la croyance populaire, les parasites qui infestent les chiens ne sont pas nécessairement transmis par des arthropodes et des insectes ailés. Quand il s’agit de parasites pulmonaires, les êtres impliqués dans leur transmission sont les escargots et les limaces.

L’un des principaux parasites pulmonaires qui affectent les chiens est Angiostrongylus Vasorum, un nématode de la famille des Metastrongylidae. Ces locataires dangereux, une fois adultes, vivent dans les artères pulmonaires et dans le cœur de certains chiens, où ils provoquent diverses altérations.

Le cycle de vie des parasites pulmonaires chez le chien est très intéressant. Tout commence lorsque votre animal boit de l’eau des mares dans lesquelles se trouvaient des larves suspendues, ou après l’ingestion d’un animal vecteur. Une fois à l’intérieur de son corps, le nématode traverse le tube digestif, où il parvient à traverser la paroi intestinale et à atteindre la circulation sanguine.

Lorsqu’il a finalement atteint les poumons après avoir traversé les artères et les capillaires, le parasite commence son développement pour devenir adulte. Ce processus peut prendre jusqu’à 2 mois : à la fin, le parasite mesure 2 centimètres. Les conditions offertes par les poumons sont idéales pour la reproduction de ces envahisseurs et pour que davantage de jeunes larves émergent.

Dès que votre animal éternue, tousse ou libère une exsudation, les parasites atteindront la cavité buccale, où ils seront avalés et voyageront jusqu’au rectum. Ils seront évacués dans les excréments du chien où ils attendront dans l’environnement qu’un vecteur les transporte et que le cycle se répète.

Les chiens avec une plus grande prédisposition

Tous les chiens peuvent avoir des parasites pulmonaires, quels que soient leur race, sexe ou âge. Cependant, les chiots, les chiens agités et ceux qui se promènent sans surveillance sont plus enclins à boire de l’eau stagnante ou à jouer avec un vecteur de parasites.

Pendant la saison des pluies, il y a généralement plus de chiens touchés, en raison de l’augmentation de la population d’escargots et de limaces. Un système immunitaire fort et une bonne santé permettront de réduire la possibilité que les parasites pulmonaires nuisent aux chiens.

Les symptômes qui indiquent la présence d’un ver pulmonaire

Lorsqu’un chien a été infesté par des parasites pulmonaires, les symptômes qu’il peut présenter dépendront de plusieurs facteurs, tels que la durée de la présence du parasite, le type de parasite qui l’afflige, son état de santé et la gravité de l’infestation. Parmi les symptômes bénins, figurent les symptômes suivants :

  • Manque d’appétit et perte de poids
  • Toux sèche après avoir fait un effort
  • Apathie et décadence physique générale
  • Intolérance à l’exercic

Dans certains cas, les vers pulmonaires peuvent prendre les devants et faire des ravages. Un tableau clinique sérieux peut donc faire son apparition :

  • Coagulopathies et hémorragies consécutives de différents types
  • Problèmes ophtalmiques (uvéite et hémorragies conjonctivales, entre autres)
  • Paralysie, ataxie, tremblements, troubles des nerfs crâniens et autres signes nerveux

Diagnostic et traitement

Si vous avez remarqué l’un des signes précités, il est préférable d’emmener votre animal dans une clinique vétérinaire, afin d’établir un diagnostic définitif. Le vétérinaire utilisera une série d’outils pour détecter les parasites pulmonaires chez les chiens. Les plus fréquents sont les suivants :

  • Auscultation pulmonaire
  • Radiographies pulmonaires
  • Résonance magnétique
  • Analyses sanguines (anémie possible, diminution de la numération plaquettaire)
  • Examen fécal (pour vérifier la présence de larves du parasite)
  • Prélèvement d’un échantillon de sécrétions respiratoires

Une fois l’infestation par des parasites pulmonaires chez le chien confirmée, l’animal doit être soumis à un traitement antiparasitaire. Les options de médicaments à administrer sont vastes. Le vétérinaire vous dira quel médicament utiliser, et vous indiquera la posologie à respecter.

Les médicaments administrés doivent contrôler les signes cliniques et garder l’animal aussi calme et confortable que possible. Les parasites pulmonaires chez les chiens peuvent devenir si agressifs qu’il est parfois nécessaire d’hospitaliser le chien, d’effectuer des oxygénothérapies et d’administrer des bronchodilatateurs, des diurétiques et des analgésiques.

Comment prévenir les parasites pulmonaires ?

Comme vous l’avez peut-être remarqué, la variété de parasites qui peuvent affecter votre animal de compagnie est énorme. D’où l’importance d’un déparasitage qui ne prenne pas en compte que les parasites externes, tels que les puces et les tiques : il doit également éradiquer les endoparasites, y compris tous ceux qui parviennent à coloniser les poumons.

Par ailleurs, lorsque vous vous promenez avec votre animal de compagnie, évitez d’aller dans des endroits où il y a des flaques d’eau stagnante. Si vous avez l’habitude de promener le chien sans laisse, ne le perdez pas de vue, car il pourrait trouver un escargot ou une limace avec lequel il voudra jouer ou qu’il voudra avaler.

Un chien sous une couverture.

Les parasites pulmonaires attendent le bon moment pour envahir leurs victimes. Nous vous recommandons de suivre toutes nos indications et d’effectuer régulièrement des contrôles vétérinaires. Ne laissez pas ces nématodes gagner la bataille.

Cela pourrait vous intéresser ...
Chiens handicapés : une femme utilise des berceaux, des fauteuils roulants et des couches
My AnimalsLisez-le dans My Animals
Chiens handicapés : une femme utilise des berceaux, des fauteuils roulants et des couches

Les chiens handicapés sont souvent abandonnés dans la rue par leur propriétaire. Heureusement, il existe des refuges qui leur ouvrent leurs portes.