Rhinotrachéite féline : causes, symptômes et traitement

18 juillet, 2018
Cette maladie peut se propager simplement avec l'éternuement d'un chat envers ses congénères. Ils deviennent alors porteurs à vie ; la mauvaise nouvelle est qu'il n'y a pas de remède et qu'elle peut avoir de graves conséquences, bien que la plupart des chatons se rétablissent avec le traitement adapté.

Aujourd’hui, nous allons vous donner des détails sur une maladie assez courante chez les chats qui est très contagieuse. La rhinotrachéite féline est causée par le virus de l’herpès félin (FHV) et/ou le calicivirus félin (FCV). Il se transmet par contact direct entre les chatons et, bien qu’il ait un bon pronostic, il y a des cas mortels ou des séquelles permanentes.

Premières considérations sur la maladie

Cette maladie virale des voies respiratoires supérieures, également connue sous le nom de grippe féline, survient à tout âge. Cependant, elle affecte le plus souvent des spécimens plus jeunes ou plus âgés, qui peuvent souffrir de complications graves.

Si la cause est le FHV, les muqueuses nasales, trachéales et conjonctivales du chat sont impliquées. Dans le cas du FCV, les poumons et la muqueuse buccale sont aussi souvent touchés.

Les deux virus se propagent très rapidement dans les colonies félines, où ils sont très difficiles à éradiquer. C’est pourquoi la rhinotrachéite féline est si redoutée dans les résidences, les élevages et les refuges pour chats.

un groupe de chat errant dans la rue

Connaissez les symptômes de la grippe féline

L’infection au virus de l’herpès cause des symptômes pendant deux à quatre semaines. Dans le cas du calicivirus, les signes de maladie durent de 7 à 14 jours. Les signes de rhinotrachéite féline sont les suivants:

  • Éternuement
  • Larmes
  • Fièvre
  • Mucus nasal
  • Conjonctivite
  • Blépharospasme
  • Hypersalivation
  • Toux
  • Perte d’appétit
  • Apathie

S’il y a trop de sécrétion dans les voies respiratoires, il y a un risque d’essoufflement obstructif. L’infection au virus de l’herpès peut causer une kératite ulcéreuse. Le calicivirus, en revanche, provoque généralement une pneumonie et une stomatite ulcéreuse de la langue et du palais.

Contagiosité de la rhinotrachéite féline

Les virus de la grippe féline se propagent très facilement à travers les petites gouttelettes que les chatons répandent lorsqu’ils éternuent. Mais elle se propage aussi par les larmes et la morve. De plus, les vêtements d’une personne ou tout objet sur lequel le chat infecté a frotté son visage peuvent être un foyer d’infection.

Le virus du FCV est excrété en continu, mais seulement peu de temps après la guérison. Par contre, l’excrétion du FHV se produit de façon intermittente et est liée à des périodes de stress.

Un chat se lèche la patte

Ainsi, le chat reste porteur à vie et, en plus d’infecter ses congénères, peut souffrir de réactivations de la maladie de manières légères.

Traitement pour cette infection

Le vétérinaire demandera des tests de laboratoire pour confirmer le diagnostic. Mais il n’existe pas de traitement curatif pour cette maladie, bien qu’on puisse soulager les symptômes ou qu’on puisse prévenir ou traiter certaines infections bactériennes secondaires. Par exemple, l’amoxicilline, qui est un antibiotique à large spectre, est utilisée. D’ailleurs :

  • Si l’animal a une conjonctivite purulente, des gouttes ophtalmiques antibiotiques doivent être prescrites.
  • Dans les spécimens les plus petits ou les plus faibles, une alimentation de qualité en tant que support est essentielle.
  • Si le chat devient déshydraté, une thérapie fluidique sera nécessaire.
  • L’utilisation de corticostéroïdes est recommandée en cas de lymphoplasmocytose stomatique-gingivite (chez les porteurs chroniques de calicivirus).
  • Les désinfectants couramment utilisés sont efficaces pour éliminer les virus, mais il est essentiel de maintenir une bonne hygiène générale des espaces.
  • Il est nécessaire d’isoler les spécimens infectés ou soupçonnés d’être infectés.

La bonne nouvelle est que la plupart des chats se rétablissent bien s’ils sont traités correctement, mais une bonne partie d’entre eux auront des séquelles permanentes. Par exemple, obstruction des sinus, écoulement nasal excessif et infections oculaires chroniques.

Comme toujours, mieux vaut prévenir que guérir, idéalement, le chaton devrait être vacciné selon les directives du vétérinaire. Même si vous devez savoir que les vaccins peuvent réduire la gravité de la maladie, ils ne préviennent pas toujours l’infection et ne font pas toujours des chatons porteurs.