Les éléphants détectent les vibrations sismiques générées par l'homme

En raison d'interactions accrues avec les humains, les éléphants ont appris à reconnaître les ondes sismiques anthropiques.
Les éléphants détectent les vibrations sismiques générées par l'homme

Dernière mise à jour : 01 mars, 2022

Les éléphants sont des mammifères incroyables, non seulement en raison de leur taille et de leur poids, mais aussi en raison de leur intelligence et de leur organisation sociale. Ces animaux communiquent en permanence. D’ailleurs, depuis quelques années, on sait que les éléphants détectent les vibrations sismiques avec leurs pattes… Impressionnant, n’est-ce pas ?

Mais leur intelligence ne s’arrête pas là ! Ces créatures majestueuses non seulement détectent les signaux du sol, mais elles distinguent également le type de vibration qu’elles reçoivent, si elles proviennent d’un proche ou si elles sont générées par l’être humain. Poursuivez donc votre lecture pour en apprendre plus sur cette étonnante découverte scientifique.

Une nouvelle découverte liée à la communication des éléphants

Le comportement des éléphants, en plus d’être intéressant, démontre leur intelligence. En témoigne la diversité de leurs moyens de communication (moyens visuels, chimiques, acoustiques et tactiles). Grâce à ces mécanismes, ils peuvent percevoir et émettre des signaux, même à de grandes distances.

Les éléphants utilisent tous leurs sens pour transmettre et recevoir un message. Ils parviennent ainsi à se reproduire, à éviter les dangers et à survivre dans leur habitat.

L’un des modes sensoriels les plus frappants chez les éléphants est leur capacité à détecter les vibrations sismiques du sol, en utilisant leurs pattes comme centre de réception du stimulus. Ils sont qui plus est capables de déterminer si le stimulus provient d’un membre de leur troupeau ou si la source est anthropique, c’est-à-dire produite par l’homme. C’est ce qu’a montré une étude menée sur des éléphants en Namibie par les chercheurs d’Oxford.

L’étude a consisté à évaluer la réponse de 3 types de vibrations chez l’éléphant de savane d’Afrique (Loxodonta africana). Il y avait des enregistrements sismiques d’éléphants, des enregistrements de bruits humains et des enregistrements qui combinaient ces deux types de vibrations.

Testostérone chez les éléphants.

Comment les éléphants détectent-ils les vibrations sismiques ?

Comme nous l’avons déjà dit, les éléphants détectent les vibrations par leurs pattes. Plus précisément, par les corpuscules de Pacini, appelées ainsi en l’honneur de leur découvreur Filippo Pacini.

Les corpuscules de Pacini sont des mécanorécepteurs spécialisés dans la détection de la pression et des vibrations. Chez les éléphants, ils sont groupés et localisés à la fois dans le derme et dans les coussinets digitaux, plus fréquemment dans les régions antérieure et postérieure des pattes. Ils sont également présents chez d’autres êtres vivants et dans certains organes du corps.

Ces structures sont des outils très utiles pour avertir d’un danger. Lorsque les éléphants sentent une vibration au sol, ils restent immobiles. Ils peuvent également se diriger vers la source du stimulus, et se tenir sur la partie la plus antérieure de leurs pattes ou bien sur les talons arrière, le temps qu’ils comprennent ce qu’il se passe autour d’eux.

La réponse des éléphants aux vibrations sismiques d’origine humaine

Des études antérieures datant de 2006 et de 2007 ont montré que les éléphants sont capables de distinguer les vibrations du substrat. Aujourd’hui, de nouvelles découvertes montrent qu’ils distinguent non seulement les appels familiers, mais aussi les vibrations sismiques produites par l’homme et génèrent une réponse en conséquence. Dans ce dernier cas, défensif, puisque leur comportement est la fuite.

Le comportement des éléphants montre que les activités humaines interfèrent de plus en plus avec la vie naturelle des êtres vivants. Les vibrations sismiques humaines génèrent des interférences avec celles produites dans l’environnement par différents animaux et par les éléphants. Cette situation crée de la confusion. L’homme peut donc être un obstacle à la survie de ces animaux.

Les amphibiens, qui sont très sensibles aux changements environnementaux, en sont un exemple. Une étude menée sur le crapaud accoucheur (Alytes obstetricans) a montré que l’activité humaine entrave la communication et la reproduction de l’espèce.

Deux éléphants dans leur habitat.

En somme…

Les éléphants sont des animaux extraordinaires, dotés d’une grande sensibilité. Ils peuvent détecter et transmettre des signaux sur de longues distances avec différents mécanismes. La vibration sismique est l’un de leurs moyens de communication les plus curieux.

Les éléphants ne détectent pas seulement les vibrations sismiques, ils ont appris à différencier la source d’origine. Lorsque l’origine est humaine, leur comportement est défensif, ce qui montre que notre activité affecte la vie naturelle de ces animaux.

Cela pourrait vous intéresser ...
Ils sauvent deux éléphants enchaînés dans un cirque pendant 50 ans
My Animals
Lisez-le dans My Animals
Ils sauvent deux éléphants enchaînés dans un cirque pendant 50 ans

Pas tous les cirques prennent soin de leurs animaux. C'est malheureusement ce qui est arrivé aux deux éléphants enchaînés de cette histoire.



  • Bouley, D., Alarcón, C., Hildenrandt, T., & O´Connel-Rodwell, C. (2007). The distribution, density and three-dimensional histomorphology of Pacinian corpuscles in the foot of the Asian elephant (Elephas maximus) and their potential role in seismic communication. Journal of Anatomy, 211, 428-435.
  • Caorsi, V., Guerra, V., Furtado, R., Llusia, D., Miron, L., Borges-Martins, M., Both, C., Narins, P., Meedorink, F., & Marquez, R. (2019). Anthropogenic substrate-borne vibrations impact anuran calling. Scientific Reports, 9(1), 19456.
  • Mortimer, B., Walker, J., Lolchuragi, D., Reinwald, M., Daballen, D. (2021). Noise matters: elephants show risk-avoidance behaviour in response to human-generated seismic cues. Proceedings of the Royal Society B, 288.
  • O’Connell-Rodwell, C., Wood, J., Kinzley, C., Rodwell, T., Poole, J., & Puria, S. (2007). Wild African elephants (Loxodonta africana) discriminate between familiar
    and unfamiliar conspecific seismic alarm calls. The Journal of the Acoustical Society of America, 122, 823–830.
  • O’Connell-Rodwell, C., Wood, J., Rodwell, T., Puria, S., Partan, S., Keefe, R., Shriver, D., Arnason, B., & Hart, L. (2006). Wild elephant (Loxodonta africana) breeding
    herds respond to artificially transmitted seismic
    stimuli. Behavioral Ecology and Sociobiology, 59, 842–850.
  • Weissengruber, G., Egger, G., Hutchinson, J., Groenewald, H., Elsässer, L., Eamini, D., & Forstenpointner, G. (2006). The structure of the cushions in the feet of African elephants (Loxodonta africana). Journal of Anatomy, 209, 781-792.