Comment les ours hibernent-ils ?

L'hibernation des ours ne consiste pas seulement à dormir dans une grotte : c'est un processus plein de merveilles physiologiques. Apprenez-en plus ici.
Comment les ours hibernent-ils ?

Dernière mise à jour : 16 septembre, 2021

Se faufiler dans une tanière et dormir pendant l’hiver est le rêve de beaucoup de gens, mais ce n’est pas aussi facile qu’il n’y paraît au premier abord. L’hibernation des ours répond à un besoin de survie : ils sont « obligés » d’hiberner au niveau biologique.

Le processus d’hibernation est un processus plein de surprises. Et les ours sont des êtres incroyables, à la fois terribles et adorables. Poursuivez donc votre lecture pour en savoir plus sur l’hibernation des ours.

L’hibernation des ours

L’hibernation consiste en un état de léthargie hivernale. Un spécimen qui hiberne arrête de manger, de boire, de déféquer et d’uriner, mais maintient les constantes fonctionnelles grâce à l’énergie fournie par les réserves de graisse accumulées en automne.

Qu’est-ce que la myosine ?

La myosine est une protéine qui contrôle les contractions du muscle cardiaque en régulant l’intensité du rythme cardiaque. Pendant l’hibernation, le rythme cardiaque des ours chute considérablement, de sorte que des contractions rares et fortes peuvent endommager le muscle de cet organe vital.

La protéine myosine a 2 variétés fonctionnelles : alpha, qui affaiblit le rythme cardiaque, et bêta, qui l’intensifie. Lorsque l’ours entre en léthargie et que son cœur ralentit, son corps produit de la myosine alpha pour affaiblir le rythme cardiaque et maintenir l’organe en bonne santé.

Un exemple de l'hibernation des ours.

Pourquoi les ours hibernent-ils ?

Certains ours n’hibernent pas. Cette technique de survie aide les ursidés comme l’ours brun (Ursus arctos  ou l’ours polaire (Ursus maritimus) à traverser les rudes saisons froides dans leur habitat, quand la nourriture se fait rare et quand le temps punit le corps. Les espèces qui vivent dans des écosystèmes plus favorables (et avec des températures plus stables) n’ont pas ce besoin.

Avant d’entrer en état de léthargie, l’ours a besoin d’augmenter ses réserves de graisse, de sorte qu’il entre dans un état d’hyperphagie, qui consiste manger plus que d’habitude, afin de prendre du poids avant l’hibernation. S’il n’y est pas parvenu d’ici l’hiver, il peut choisir de ne pas entrer dans cet état et essayer de survivre avec le peu de nourriture qu’il trouve.

Une ourse allaitante n’hibernera probablement pas, car la production de lait consomme tellement d’énergie que les oursons mourraient de faim pendant qu’elle hiberne.

Comment agit leur corps pendant l’hibernation ?

Comment est-il possible de rester dans un état léthargique pendant des mois sans manger, boire ni déféquer ? L’hibernation des ours a toujours suscité l’intérêt des humains en raison de la difficulté à l’expliquer. Grâce aux investigations menées à cet égard, il a été possible d’identifier les adaptations du corps des ours pour rester dans cet état. Ce sont les suivantes :

  • Baisse de la fréquence cardiaque : la fréquence cardiaque d’un ours en hibernation est de 5 battements par minute. Pour vous donner une idée, celle  des humains oscille entre 60 et 100 battements par minute.
  • Diminution du métabolisme : en raison de la baisse de la fréquence cardiaque, l’apport d’oxygène aux organes vitaux diminue également, les mettant en danger. Pour équilibrer cela, le corps de l’ours réduit également le métabolisme, faisant correspondre le besoin d’oxygène avec l’approvisionnement.
  • Le muscle cardiaque du ventricule gauche devient rigide : de cette façon, le sang ne stagne pas dans le cœur. Si la paroi ventriculaire était flexible, elle pourrait se dilater et accumuler de plus en plus de sang, ce qui favoriserait les ruptures et les épanchements.
  • Conversion de l’urée en formes azotées : l’urée intoxique l’organisme si elle n’est pas éliminée par l’urine, mais pendant l’hibernation, l’ours ne se réveille pas pour se soulager. Ce recyclage de l’urée prévient les intoxications tout en créant des substances utiles à la survie, telles que des protéines.
  • Diminution de la dégradation des protéines musculaires : Lorsque les ours se réveillent de l’hibernation, ils n’ont pratiquement pas perdu de masse musculaire grâce à ce processus.
  • La formation et le renouvellement des cellules osseuses sont intensifiés : les os sont ainsi protégés de l’ostéoporose et d’autres pathologies typiques liées à l’inactivité et à un métabolisme ralenti.
  • Les femelles sont capables de mettre bas durant l’hiver : les oursons tètent et se protègent du froid tandis que l’ourse hiberne grâce aux réserves de son corps.
  • Maintien de la température corporelle : Curieusement, la température des ours ne baisse que de quelques degrés alors que leur métabolisme baisse considérablement. Les scientifiques ne savent toujours pas comment cela est possible.

Un ours peut-il sortir de son hibernation ?

Tous les changements incroyables que subit le corps de l’ours lorsqu’il hiberne nous amènent à nous demander s’il est possible de le réveiller. Des histoires racontent que des personnes sont entrées dans une grotte et ont réveillé par accident un ours endormi, mais est-ce vraiment possible ?

La réponse est oui. Bien que l’animal ne se réveille pas tout seul avant l’arrivée du printemps, il est sensible aux stimuli externes tels que le contact physique ou les sons forts. Surtout s’il s’agit une mère avec ses petits, elle sera capable de se lever pour se défendre si le danger la guette.

Comment les ours polaires hibernent-ils ?

“Il fait toujours froid au pôle Nord. Est-ce que les ours polaires hibernent aussi ?” La réponse est oui. Bien que le point de congélation soit rarement dépassé dans cet habitat, il y a aussi une saison froide qui se déroule dans l’obscurité totale ou partielle.

Le processus suivre est le même : rassembler des réserves de graisse avant l’arrivée de l’hiver, puis rechercher des refuges naturels pour conserver un minimum de chaleur. Comme chez d’autres espèces, les ours polaires peuvent mettre bas pendant l’hiver et repartir avec leurs petits au dégel.

L'une des curiosités des mammifères est que les ours polaires ne sont pas blancs.

Avez-vous imaginé tant de merveilles lorsque vous vous êtes demandé pour la première fois comment fonctionnait l’hibernation des ours ? Les scientifiques non plus. Les animaux sont capables de grands exploits, et dormir pendant des mois est l’un des plus incroyables.

Cela pourrait vous intéresser ...
Cimarron uruguayen : tout ce qu’il faut savoir sur cette race de chiens
My Animals
Lisez-le dans My Animals
Cimarron uruguayen : tout ce qu’il faut savoir sur cette race de chiens

Le cimarron uruguayen est un chien originaire d'Uruguay, descendant de certains chiens espagnols arrivés dans le pays au moment de la conquête.



  • Robbins, C. T., Lopez-Alfaro, C., Rode, K. D., Tøien, Ø., & Nelson, O. L. (2012). Hibernation and seasonal fasting in bears: the energetic costs and consequences for polar bears. Journal of Mammalogy93(6), 1493-1503.
  • Tøien, Ø., Blake, J., Edgar, D. M., Grahn, D. A., Heller, H. C., & Barnes, B. M. (2011). Hibernation in black bears: independence of metabolic suppression from body temperature. Science331(6019), 906-909.
  • Effect of Hibernation and Reproductive Status on Body Mass and Condition of Coastal Brown Bears on JSTOR. (s. f.). Jstor. Recuperado 13 de septiembre de 2021, de https://www.jstor.org/stable/3802988
  • McGee-Lawrence, M., Buckendahl, P., Carpenter, C., Henriksen, K., Vaughan, M., & Donahue, S. (2015). Suppressed bone remodeling in black bears conserves energy and bone mass during hibernation. The Journal of experimental biology218(13), 2067-2074.