Que mangent les termites ?

Les termites sont des isoptères très apparentés phylogénétiquement aux cafards. Savoir de quoi ils se nourrissent est la première étape pour contrôler une infestation.
Que mangent les termites ?

Dernière mise à jour : 18 octobre, 2021

Les termites sont des insectes à la réputation très négative, et ce n’est pas étonnant. On estime que rien que dans certaines régions des États-Unis combinées, ils causent plus de 1,5 milliard de dollars de pertes en endommageant les structures en bois, avant ou après la construction. Pour prévenir un tel fléau, il faut savoir ce que mangent les termites.

Ces invertébrés, malgré leur rôle de destructeurs de meubles, présentent des caractéristiques biologiques de grand intérêt. Poursuivez donc votre lecture ! Nous vous expliquons ici comment ces insectes primitifs, mais fascinants, parviennent à digérer la cellulose.

Les caractéristiques des termites

Les termites sont des insectes eusociaux classés dans l’infraordre des Isoptères et l’ordre des Blattodea. Cela signifie que, contrairement à la croyance populaire, ils sont étroitement liés aux cafards et non aux fourmis. Leur spécification au niveau nutritionnel explique une partie de cette relation, comme nous le verrons dans les lignes suivantes.

Il existe plus de 3 100 espèces de termites, dont environ 183 causent des dommages aux structures humaines. Mais seulement 83 sont significativement destructrices.

Sans aller plus loin, aux États-Unis, seulement 18 espèces provoquent un impact économique mesurable. Bien que la plupart des espèces ne soient pas problématiques, celles qui génèrent des fléaux sont à l’origine de la mauvaise réputation de ces insectes.

Les termites sont des insectes eusociaux et, en tant que tels, ils créent une colonie qui fonctionne comme une unité ou un super-organisme. Les castes d’une termitière sont les suivantes :

  • Reine et roi : ce sont les individus ailés qui se reproduisent sexuellement lors des vols nuptiaux. Ils sont beaucoup plus grandes que les ouvrières, ont des yeux – contrairement au reste des castes des autres espèces – et la reine est la seule responsable de la ponte. Elle peut produire 2 000 œufs par jour et le couple vit ensemble jusqu’à 50 ans.
  • Reproducteurs secondaires : lorsque la colonie est suffisamment importante, des castes intermédiaires capables de se reproduire apparaissent. Ce sont des termites sexuellement viables, mais elles manquent d’ailes et d’yeux et ne quittent la termitière à aucun moment. Elles remplaceront la reine si cette dernière meurt, bien qu’elles soient beaucoup moins efficaces.
  • Ouvrières : elles effectuent toutes les tâches de la termitière, de la recherche de nourriture aux soins des larves et à la construction de galeries. Elles vivent de 1 à 2 ans, et elles se comptent par milliers.
  • Soldats : ils ont la tête très développée et surveillent l’entrée de la termitière pour empêcher les intrus d’y entrer. Ils sont beaucoup moins nombreuses que les ouvrières.

Au vu de ces informations, on constate que ces insectes ont peu à voir avec les fourmis. Chez les formicidés, une seule reine pond des œufs tout au long de sa vie – elles stocke le sperme du mâle – et les mâles meurent quelques heures après la reproduction, tandis que chez les termites, le roi et la reine vivent ensemble et s’accouplent pendant des décennies.

Les termites sont des insectes eusociaux, mais leur comportement et leur physique ne sont pas très similaires à ceux des fourmis. Les termites sont proches des cafards.

Insectes xylophages.

Que mangent les termites ?

La division du travail de ces insectes est fascinante, mais nous nous intéressons ici à l’alimentation des termites dans leur milieu naturel et dans les bâtiments humains. La réponse est simple : les termites mangent des débris végétaux.

Ces invertébrés sont des détritivores, c’est-à-dire qu’ils se nourrissent de matière végétale à n’importe quel niveau de décomposition. Ils profitent de toutes sortes de résidus de plantes qui ne sont plus vivantes, comme les feuilles mortes, le bois en décomposition, les branches cassées ou encore les racines avariées. Ce sont donc d’excellents recycleurs de matière organique.

Comme beaucoup d’autres animaux herbivores ou détritivores, les termites sont capables de dégrader la cellulose, un biopolymère composé exclusivement de molécules d’β-glucose (par centaines ou milliers). Pour ce faire, ils hébergent un certain nombre de protozoaires, de protistes, de bactéries et d’autres microbes dans leur tractus intestinal.

Ces micro-organismes sont responsables de « casser » les molécules de cellulose et de donner naissance à des sucres simples que les termites peuvent métaboliser. Ils tirent ainsi leur énergie d’une source extrêmement difficile à digérer, comme le bois en décomposition.

Il faut noter que certains termites produisent leur propre enzyme capable de métaboliser la cellulose, en l’occurrence la cellulase. Comme l’indiquent les études, même avec cette capacité, les espèces continuent de dépendre des bactéries intestinales pour faire la plupart du travail.

Enfin, il faut savoir que les termites ne naissent pas avec des micro-organismes symbiotiques dans leur tractus intestinal. Les spécimens juvéniles doivent se nourrir de la matière déjà traitée à l’intérieur de la termitière pour les obtenir et ainsi commencer à digérer la matière organique végétale.

L’alimentation des termites s’explique par un type de symbiose très particulier. Ces insectes offrent aux bactéries un environnement sûr où vivre, et ces dernières leur fournissent les enzymes nécessaires pour décomposer la cellulose.

Les curiosités des termites sont nombreuses.

Leur rôle écologique

Connaître le régime alimentaire des termites implique de reconnaître que des relations symbiotiques extrêmement complexes existent dans l’écosystème naturel. Sans les bactéries, ces insectes ne seraient pas capables de métaboliser les matières végétales mortes et ne pourraient donc pas exister. Un phénomène similaire se produit avec de nombreuses espèces de cafards.

Les termites ont la réputation d’être nuisibles, mais la réalité est qu’ils recyclent parfaitement la matière organique qui n’a plus aucune utilité dans les écosystèmes. N’oubliez pas que seule une petite minorité représente un fléau pour les humains, respecter ces insectes est donc une obligation.

Cela pourrait vous intéresser ...
10 curiosités sur les termites
My Animals
Lisez-le dans My Animals
10 curiosités sur les termites

Les termites présentent de nombreuses particularités, mais malheureusement elles ne sont associées qu'aux pertes économiques et aux ravageurs.



  • Watanabe, H..; Noda, H.; Tokuda, G.; Lo, N. (1998). “A cellulase gene of termite origin”. Nature. 394 (6691): 330–331.
  • Isoptera, Sociedad Entomologica Aragonesa (SEA). Recogido a 14 de octubre en http://sea-entomologia.org/IDE@/revista_49.pdf