Le vison d'Europe : un mammifère en danger critique

02 novembre, 2020
Le vison d'Europe est gravement menacé par la présence d'une espèce invasive, le vison d'Amérique.

Le vison d’Europe (Mustela lutreola) est une espèce en danger critique d’extinction et l’un des petits mammifères les plus menacés d’Europe.

La perte de son habitat, la chasse incontrôlée et, surtout, l’invasion d’un compétiteur dominant, le vison d’Amérique, sont les principaux facteurs qui contribuent à sa disparition.

Le vison d'Europe est en danger.

Comment distinguer le vison d’Europe ?

L’une des difficultés de la conservation du vison d’Europe est la compétition avec le vison d’Amérique, une espèce introduite pour sa fourrure il y a presque un siècle en Europe. Ce sont des animaux qui se ressemblent beaucoup : ils sont de la même famille et ont un aspect et un comportement similaires.

Cependant, certains traits nous aident à les différencier entre eux. Le vison d’Europe présente les attributs différentiels suivants :

  • Une plus petite taille.
  • Un pelage plus clair. Le pelage du vison européen est de couleur marron chocolat, un peu plus clair que son parent américain.
  • Des taches blanches au niveau du menton et des deux côtés du museau.

En plus de ces différences morphologiques, nous pouvons en trouver quelques-unes au niveau de leur comportement. Le vison d’Amérique est plus agressif et est moins exigeant avec son habitat, car il s’adapte facilement à n’importe quel type d’environnement aquatique et a une plus grande capacité reproductive.

Les causes de disparition du vison d’Europe

On dénombre trois principaux facteurs de disparition de cette espèce. Les actions sur chacun de ces points représentent les stratégies les plus efficaces pour leur conservation.

1. La compétition avec le vison d’Amérique

Le vison d’Amérique est un autre mustélidé de petite taille venant d’Amérique du Nord. Son élevage en captivité a commencé au Canada et aux Etats-Unis à la fin du XIXe siècle pour commercialiser sa fourrure. Le succès a été si grand que le commerce s’est étendu en Europe en 1920, où de grandes fermes à fourrure se sont rapidement développées.

Cela a abouti, quelques années plus tard, à l’existence de différentes populations sauvages en milieu naturel, conséquence des évasions d’animaux à cause de mesures de sécurité insuffisantes, de fuites massives par accidents, de l’abandon de l’activité de fourrure et de libérations massives provoquées par des campagnes animalières.

Les conséquences de l’introduction du vison d’Amérique ont été très négatives sur l’environnement et les espèces autochtones. Sa grande adaptabilité et sa capacité de reproduction ont fait de lui un très grand compétiteur pour les autres mustélidés, et surtout pour le vison d’Europe qui doit lutter pour le même territoire et les mêmes ressources.

2. La fragmentation de la population

Le vison d’Europe a déjà disparu de 90 % de sa zone de distribution originelle en Europe. Les populations restantes sont isolées entre elles. La population occidentale (franco-espagnole) n’est pas reliée à la population orientale (delta du Danube et Russie). Par ailleurs, dans la partie occidentale, les populations espagnoles et françaises sont également isolées.

L’isolement génétique implique une grande perte de biodiversité, ce qui fragilise encore plus cette espèce. L’un des objectifs de l’élevage en captivité est précisément l’échange d’exemplaires pour augmenter la variabilité génétique.

3. La destruction de l’habitat

Le vison d’Europe est un animal qui vit dans des conditions environnementales concrètes. Il préfère généralement les zones avec des rives larges, une couverture végétale dense et une eau de bonne qualité, avec un courant lent ou modéré.

Les écosystèmes fluviaux font partie des zones les plus affectées par l’action humaine. L’altération des lits et des bords de fleuves, la destruction de la végétation des berges, l’exploitation des aquifères, la destruction de l’eau et la construction de barrière architectoniques qui modifient le régime naturel du fleuve provoquent la perte de ces écosystèmes.

Les stratégies de conservation du vison d’Europe

Les stratégies de conservation sont faites pour combattre les points antérieurs. Il existe actuellement différents programmes de conservation dans toute l’Europe pour sauver cette espèce de l’extinction. Découvrez-les ci dessous.

Il s'agit d'un vison d'Europe.

1. Le recensement des populations

Connaître la situation des visons d’Europe en liberté est fondamental pour réaliser une évaluation de l’espèce. La capture, la recapture et un suivi sont essentiels pour obtenir des données réelles.

Il est aussi important de connaître la densité des populations de visons d’Amérique pour voir si les stratégies de gestion des espèces invasives fonctionnent.

2. L’élevage en captivité et réintroduction

Le vison d’Europe se trouve actuellement dans le cadre du programme de conservation ex situ EPP (European Endangered Species Program). Il sert de source à des projets de réintroduction dans des pays comme l’Estonie, l’Allemagne, la France et l’Espagne.

L’un des principaux problèmes qui entravent l’élevage en captivité du vison d’Europe est l’attitude du mâle. En époque de rut, lorsqu’il doit s’accoupler avec la femelle, il se montré désintéressé, fuit cette dernière ou peut même se comporter de manière agressive.

Il existe encore peu d’études sur les facteurs qui différencient les mâles en captivité des mâles sauvages. Néanmoins, les expériences dans d’autres centres avec des animaux de la même famille comme la martre (martes martes) montrent que l’apprentissage de l’animal, son âge ou la compétition avec d’autres mâles peuvent influencer la réussite des copulations.

3. La prévention de l’expansion du vison d’Amérique et conservation de l’habitat

Pour freiner son expansion, un contrôle de la population du vison d’Amérique est nécessaire. Il faut aussi éviter la création de nouvelles fermes à fourrure, lesquelles supposent un grand risque pour son parent européen.

La mise en marche de mesures de protection et de restauration des écosystèmes fluviaux qui renforceraient la connectivité entre les zones où vit l’espèce est également très urgente pour améliorer l’échange génétique. Par ailleurs, la conservation des fleuves est bénéfique pour d’autres espèces en danger.

  • Magrama.gob.es. (2016). Programa deconservación ex situ del visón europeo-Conservación ex situ-Conservación de especies-Biodiversidad-magrama.es.
  • Maran, T., Põdra, M., Põlma, M., & Macdonald, D. W. (2009).The survival of captive-born animals in restoration programmes–Case study of the endangered European mink Mustela lutreola. Biological Conservation, 142(8), 1685-1692.
  • Mapama. Estrategia de control, gestión y erradicación del visón americano (Neovison vison) en España, 2013.
  • WWF. Salvemos al visón europeo. El mamífero más amenazado de España, 2017.