Les animaux peuvent-ils penser ?

Savoir si les animaux peuvent ou non penser peut être une question assez vague. Dans tous les cas, les éthologues du monde s'efforcent de trouver des réponses concrètes.
Les animaux peuvent-ils penser ?

Dernière mise à jour : 02 avril, 2021

La question de savoir si les animaux peuvent penser ou non accompagne les humains depuis leurs débuts en tant qu’espèce sur Terre. Aujourd’hui, avec les progrès des sciences cognitives et de l’éthologie animale, il ne s’agit plus d’une dichotomie entre oui et non, mais de savoir comment pensent les autres êtres vivants.

« Penser » est un verbe avec une signification trop large pour correspondre à une qualité propre à une espèce. Dans les lignes qui suivent, nous évoquons le développement de ce concept au fil des ans et la façon dont il a été appliqué aux non-humains.

Qu’est-ce que penser ?

Il faut toujours commencer par définir l’objet de l’étude. L’existence de l’esprit, considéré comme le reflet de l’activité cérébrale, a été démontré chez la plupart des êtres vivants dotés d’un système nerveux. La prémisse est que tout être avec un esprit peut penser, n’est-ce pas ?

Par ailleurs, la pensée en tant que telle doit être comprise comme le flux d’idées et la capacité d’un être vivant à opérer avec elles à travers des jugements, des combinaisons et la formation de concepts. Sur la base de ces prémisses, pensez-vous que les animaux sont capables de cela ?

En 1978, Ronald R. Griffin a créé l’éthologie cognitive, dans laquelle il postulait que les animaux pouvaient avoir la capacité de penser et de raisonner. Selon cet auteur, ces capacités pourraient être étudiées comme des « processus mentaux » tout comme les nôtres, ce qui, bien entendu, a révolutionné toute la communauté scientifique.

Griffin a fait valoir que les animaux non humains ne sont pas des automates. Ce sont des êtres pensants, bien que leurs pensées soient qualitativement différentes de celles des humains.

Certains singes sont des animaux qui peuvent souffrir de dépression.

Les animaux peuvent-ils penser ? La question de l’intelligence

La capacité cognitive des animaux a été associée à la question de l’intelligence. Si nous comprenons l’intelligence comme la capacité de s’adapter à l’environnement via l’attention, le raisonnement, le traitement, le jugement et la prise de décision, de nombreux animaux peuvent être classés comme intelligents.

Les différents niveaux d’ intelligence de chaque espèce ont été décortiqués au cours de nombreuses années d’étude. Une seule conclusion claire a été tirée : on ne peut pas attribuer le même schéma cognitif à toutes les espèces, car leur façon d’expérimenter le monde diffère considérablement de d’une espèce à l’autre.

La même base cérébrale

Actuellement, la mesure la plus objective de la pensée est le cerveau. La plupart des études de biologie évolutionniste ont un résultat commun : si nous venons tous du même endroit, il est logique que nous partagions une même anatomie cérébrale et, par conséquent, des processus mentaux.

En effet, les structures les plus primitives du cerveau animal sont communes à presque toutes les espèces. Par exemple : les structures qui régulent les émotions de base (joie, colère, peur) et les sensations adaptatives (douleur, plaisir).

Oui, les animaux peuvent penser

Au cas où le discours bio-philosophique ne vous aurait pas convaincu, il reste encore un aspect fondamental à explorer pour vous emmener dans le champ de la croyance : les processus mentaux. La pensée comme une action consciente requiert des processus de base qui semblent communs à la plupart des espèces :

  • Traitement sensoriel : ce processus très basique, bien qu’il varie considérablement entre les espèces, est lié à l’expérience du monde lui-même.
  • Attention et mémoire : toujours fonctionnant ensemble, ces processus mentaux sont responsables de l’utilité des stimuli sensoriels et peuvent être convertis en idées.
  • Concepts de formation : Joëlle Proust, la célèbre philosophe française, a postulé que les animaux dotés de cerveaux ont un dispositif naturel pour traiter les informations sensorielles, leur permettant de créer des représentations mentales d’objets externes et de les catégoriser pour engendrer des concepts.
  • Opérations mentales : l’existence de concepts permet les jugements, les prévisions et les comportements sociaux.
  • Langue : c’est un mot interdit quand il est question de communication, car la langue est considérée comme la forme ultime de communication. Cependant, il a été démontré que de nombreux animaux défient les exigences anthropocentriques par la façon dont ils parlent entre eux.

Il suffit de les regarder

Il existes des preuves, à la fois observationnelles et objectives, qui montrent que les animaux peuvent penser. S’il vous semble qu’un orang-outan réfléchit, c’est probablement le cas : ce n’est pas pour rien que ces primates sont connus comme les penseurs de la jungle.

Certains animaux sont capables de calculs mathématiques.

Petit à petit, le mythe selon lequel les animaux ne peuvent penser s’effondre. Des abeilles infatigables aux dauphins babillants, avec la recherche et l’éthologie animale, nous serons en mesure de déchiffrer les tenants et les aboutissants de tous ces merveilleux esprits.

Cela pourrait vous intéresser ...
Curiosités scientifiques sur les chiens
My AnimalsLisez-le dans My Animals
Curiosités scientifiques sur les chiens

maître est triste ou malade, qu’ils peuvent même prédire une grossesse. Nous vous présenterons ci-après certaines curiosités scientifiques sur les ...



  • Safina, C. (2017). Mentes maravillosas: Lo que piensan y sienten los animales. Galaxia Gutenberg.
  • Griffin, D. R. (2001). Animal Minds: Beyond Cognition to Consciousness (2nd ed.). University of Chicago Press.