Poisson rouge tête de lion : habitat, caractéristiques et soins

Si le poisson rouge tête de lion ne peut pas nager vite, c'est à cause du poids de sa tête. De plus, le fait qu'il n'ait pas de nageoire dorsale l'empêche également de se déplacer librement.
Poisson rouge tête de lion : habitat, caractéristiques et soins

Dernière mise à jour : 16 août, 2021

Les poissons rouges sont les poissons d’ornement les plus célèbres. Ceux-ci sont originaires d’Asie, où ils ont été domestiqués et exportés vers d’autres pays. En raison de cette situation, l’espèce a été divisée en variétés, chacune avec des caractéristiques uniques. Le poisson rouge tête de lion doit son nom à sa crinière qui fait penser à celle d’un lion.

En raison de leur beauté physique et du fait qu’ils sont faciles à entretenir, on trouve des poissons rouges (Carassius auratus) presque partout dans le monde. Ses tons rouges, sa taille compacte et sa tête voyante ont valu au poisson rouge tête de lion la position d’être l’une des variétés les plus populaires dans le monde de l’aquariophilie. Poursuivez donc votre lecture pour en savoir plus.

L’habitat du poisson rouge tête de lion

Normalement, ces poissons sont des habitants des eaux tempérées et froides, ils vivent donc bien dans des plages de température comprises entre 15 et 25 ºC. Ils sont originaires d’Asie. Cependant, il est possible de les voir dans la plupart des aquariums, car il n’est pas très difficile de les entretenir.

Ce sont des poissons d’eau douce avec peu de mouvement : ils aiment rester dans les zones avec un peu de boue. Ce sont des parents proches de la carpe, ils ont donc des préférences similaires. Il y a même de fortes chances qu’un poisson rouge et une carpe puissent s’hybrider.

En général, ces poissons vivent très bien dans les environnements de type étang, où certaines plantes leur servent de nourriture. La meilleure option pour le substrat dans ces écosystèmes serait un substrat boueux. Cependant, il est difficile de préserver leur santé dans ces conditions.

Poisson rouge tête de lion.

Caractéristiques physiques

Le poisson rouge tête de lion mesure environ 20 centimètres. Son corps est arrondi, avec une légère courbure dans le dos.

Une des principales caractéristiques qui le démarquent est le fait qu’il nage lentement. Ses nageoires ont la conformation physique suivante :

  • Paire de nageoires pectorales : de chaque côté, juste après sa “crinière” qui ressemble à celle d’un lion.
  • Paire de nageoires anales : partie inférieure du corps.
  • Nageoire caudale : la queue.
  • Nageoire anale : avant la queue.

Voici deux autres éléments qui caractérisent le poisson rouge tête de lion : sa tête qui a la forme d’une bosse et l’absence de nageoire dorsale. Ce dernier détail est important, car il peut être confondu avec la variété Oranda, qui elle a une nageoire dorsale. D’autre part, il ressemble aussi beaucoup à la variété Ranchu, qui est presque identique mais dont le dos est plus courbé.

Sa coloration la plus courante comprend des tons dorés, blancs, rouges et jaunes. Cependant, il peut arborer les couleurs typiques de tout poisson rouge.

Le comportement du poisson rouge tête de lion

Ce poisson est un animal très calme, en raison de son incapacité à nager vite. Lorsqu’il est stressé, son réflexe habituel est de se cacher, mais cela ne veut pas dire qu’il est timide. Carassius auratus est généralement une espèce sociable, qui dans les aquariums se développe mieux en compagnie d’autres poissons du même groupe.

Espérance de vie

De manière générale, on s’attend à ce que ces poissons rouges puissent vivre pendant 5 -10 ans en captivité. Cependant, cela dépendra de l’entretien. Il est à noter que l’interaction avec d’autres poissons peut causer des problèmes, toujours de la part des autres espèces. Les morsures au niveau des nageoires sont courantes chez les poissons incompatibles.

II est recommandé de sélectionner avec soin les compagnons de l’animal, afin d’éviter les conflits.

Comportement alimentaire

Dans leur milieu naturel, ces organismes sont omnivores. Ils consomment donc des plantes, des insectes, des crustacés, du zooplancton et des détritus.

Dans les aquariums, il faut les nourrir avec des aliments vivants ou des aliments surgelés, car ils acceptent également les aliments commerciaux de type flocon. Il est à noter que ces animaux peuvent également manger les plantes de l’aquarium.

Comportement reproducteur

Les poissons rouges atteignent la maturité sexuelle après un an de vie. Généralement, les femelles âgées de 2 ans sont utilisées commercialement, car plus elles sont grosses, et peuvent donc pondre plus d’œufs. De plus, la plupart des variétés ne présentent pas toutes leurs caractéristiques physiques avant d’avoir un certain âge.

Dans la nature, ces animaux effectuent leur ponte au printemps, entre février et mai. Cependant, ils peuvent être conditionnés à le faire à tout moment de l’année. De plus, certaines études publiées dans la revue scientifique Hormones and Behavior ont testé l’utilisation d’hormones pour favoriser cet événement.

Fertilisation et ponte

Pour la fécondation, les femelles sont chassées par plusieurs mâles à la surface du plan d’eau. Lorsqu’elles « s’échappent », elles lâchent leurs œufs dans l’environnement, et les mâles les fécondent. Les œufs fécondés tombent ensuite au fond de l’eau, où ils adhèrent aux surfaces et commencent leur développement.

Les caractéristiques de l’aquarium

Il faut opter pour un réservoir d’au moins 40 litres d’eau pour chaque spécimen que vous souhaitez avoir. La structure interne de l’aquarium doit comporter un sol épais, qui peut être obtenu en posant du gravier ou du sable pour aquarium. De plus, une pompe d’oxygénation et un filtre sont nécessaires pour maintenir l’eau dans des conditions optimales.

Il faut tenir compte du fait que des changements d’eau périodiques sont nécessaires, au moins deux fois par semaine. Concernant la qualité de l’eau, les critères suivants doivent être respectés :

  • Température : 18 – 24°C (optimale).
  • Taux d’oxygénation : 5 mg/L (minimum).
  • Nitrites et ammoniac : <0,05 mg/L.
  • pH : 7 (optimal).

Cette espèce résiste généralement à des conditions pires que celles mentionnées, mais pour sa santé et sa qualité de vie, il est préférable de respecter les valeurs indiquées. N’oubliez pas que dans le monde des animaux de compagnie, la survie n’est pas la même chose que la vie.

La cohabitation avec d’autres espèces

Il n’y a aucune restriction concernant la cohabitation entre poissons rouges et d’autres types de poissons. Cependant, il est recommandé de ne pas les faire cohabiter avec des poissons qui nagent rapidement. Les poissons rouges tête de lion sont sujets au stress lorsqu’ils sont avec des animaux trop actifs.

Le statut de conservation du poisson rouge tête de lion

Formellement, cette espèce ne présente encore aucun degré de danger, car elle s’est adaptée à un maintien en aquarium et à une reproduction en captivité. C’est même l’inverse, les poissons rouges ont le potentiel de devenir une espèce envahissante, car ils sont capables de résister à des conditions déplorables.

Cependant, cela ne concernera sans doute pas le poisson rouge tête de lion, car sa mobilité l’empêchera sans doute de survivre facilement dans la nature. De plus, il est important de noter que les variantes de poissons rouges proviennent de croisements sélectifs, dans lesquels l’homme sélectionne les caractéristiques qu’ils considèrent les plus “belles”, comme c’est le cas avec les chiens.

Poisson rouge tête de lion.

Bien qu’il s’agisse d’une espèce « facile » à posséder, cela ne veut pas dire qu’elle doit vivre dans les pires conditions possibles. Il ne faut pas oublier qu’un animal de compagnie implique d’investir du temps, de l’espace et de l’argent. Si vous êtes prêt à relever le défi, suivez les recommandations indiquées et offrez à votre animal la meilleure vie possible.

Cela pourrait vous intéresser ...
10 poissons pour un petit aquarium
My AnimalsLisez-le dans My Animals
10 poissons pour un petit aquarium

Vous voulez avoir un petit aquarium ? Les spécimens de cette liste prospère dans un aquarium de 40 litres d'eau, voire moins.



  • Hulata, G. (1995). A review of genetic improvement of the common carp (Cyprinus carpio L.) and other cyprinids by crossbreeding, hybridization and selection. Aquaculture129(1-4), 143-155.
  • Salazar, S. K., Pérez, J. E., & Alfonsi, C. (2008). Introducción y extracción de peces ornamentales y especies de invertebrados acuáticos en Venezuela. SABER. Revista Multidisciplinaria del Consejo de Investigación de la Universidad de Oriente20(2), 139-148.
  • Copa Yujra, C. A. (2011). Evaluación del crecimiento de tres variedades de peces Goldfish (Carassius auratus) en agua fria bajo condiciones controladas (Doctoral dissertation).
  • Najim, S., Al-Mudhaffar, R. A., & Jassim, F. K. (2012). Some reproductive character of the fantail goldfish (Carassius auratus auratus) female from rearing pond in Basrah, southern Iraq. Iraqi Journal of Aquaculture9(1), 83-94.
  • Watson, C. A., Hill, J. E., & Pouder, D. B. (2004). Species profile: Koi and goldfish. Southern Regional Aquaculture Center.
  • Rylková, K., Kalous, L., Šlechtová, V., & Bohlen, J. (2010). Many branches, one root: first evidence for a monophyly of the morphologically highly diverse goldfish (Carassius auratus). Aquaculture302(1-2), 36-41.
  • Smartt, J. (2008). Goldfish varieties and genetics: handbook for breeders. John Wiley & Sons.