Requin-renard à gros yeux : habitat et caractéristiques

Entre 1999 et 2014, 183 000 tonnes de requins-renards à gros yeux ont été capturées. L'Indonésie, l'Équateur, le Sri Lanka et les États-Unis sont les pays qui exploitent le plus l'espèce.
Requin-renard à gros yeux : habitat et caractéristiques

Dernière mise à jour : 02 août, 2021

Le requin-renard est une espèce de poisson cartilagineux qui se caractérise par sa queue énorme. C’est un organisme largement répandu, doté d’une mobilité et d’une activité étonnantes : il se déplace assez rapidement entre la surface et les eaux profondes. La reproduction de ce requin est son plus grand obstacle : il est considéré comme un requin très vulnérable.

Il existe trois espèces de requins dites « renards ». Nous nous concentrerons uniquement sur Alopias superciliosus. Poursuivez donc votre lecture pour en savoir plus sur cet énorme spécimen marin.

L’habitat du requin-renard à gros yeux

Le requin-renard à gros yeux est présent dans les mers tropicales et tempérées, de la surface à 700 mètres de profondeur. C’est un nageur assez actif et résistant, capable d’entreprendre de longs parcours migratoires pouvant aller jusqu’à 2 400 kilomètres. On trouve les plus gros spécimens dans les eaux chaudes.

Caractéristiques physiques

La particularité de ce requin est la partie supérieure de sa queue, qui est très longue. Cette extension caudale peut être aussi grande que son corps. Les plus gros spécimens mesurent 4,5 mètres de long au total.

Son corps est semblable à celui des autres requins : cylindrique, robuste et avec un museau allongé en forme de cône. De plus, il possède 5 nageoires évidentes, plus une nageoire dorsale plutôt réduite située près de la queue. Toutes sont immobiles et servent au requin à maintenir sa position dans l’eau, à l’exception de la nageoire caudale, qui est la seule à avoir de la mobilité.

La coloration de ce requin est la coloration typique des requins : un dos gris bleuté et un ventre blanc. Bien que le genre Alopias regroupe 3 espèces différentes, il se distingue des autres par ses grands yeux, d’où son nom.

Un requin-renard.

Le comportement du requin-renard à gros yeux

Ce requin est un nageur solitaire qui recherche fréquemment les eaux chaudes. De plus, sa population est séparée par âge et par sexe. Certains experts considèrent qu’il s’agit d’une stratégie qui améliore leur survie. Ainsi, les femelles, les mâles et les jeunes sont regroupés à différents endroits de l’océan.

Selon un article de la revue scientifique Marine Ecology Progress Series, ce requin reste généralement à des profondeurs de 200 ou 500 mètres le jour et près de la surface la nuit. En effet, le jour, grâce à ses yeux, il peut facilement observer sa proie avec le reflet du soleil, tandis que la nuit, il remonte à la surface en raison du manque de lumière.

Alimentation

Ses principaux aliments sont des bancs de calmars et de poissons, c’est pourquoi il est considéré comme un prédateur spécialisé. Parmi les espèces les plus communes dans son alimentation, on trouve la tortue à dos plat, l’encornet géant, le poisson-lanterne et le merlu du Pacifique nord.

La queue de ce requin joue un rôle important dans son alimentation, car il l’utilise pour étourdir et coincer ses proies au moyen d’ondulations qui tourbillonnent dans l’eau. Il l’utilise également comme un fouet pour frapper fort et neutraliser sa cible.

Reproduction

Le mode de reproduction de ce requin est le mode ovovivipare. La période de gestation dure un an et les portées comprennent deux petits.

Au cours de son développement, la progéniture présente un comportement appelé oophagie, qui consiste à se nourrir des œufs non fécondés de la mère. Pour cela, elle développe des dents embryonnaires temporaires qui disparaîtront à la naissance.

La progéniture de l’espèce mesure entre 60 et 105 centimètres de long à la naissance et arrive à maturité au moins à 12 ans. Les soins parentaux sont minimes : à la naissance ils sont indépendants, mais restent dans une zone dite « nurserie » où ils sont protégés par plusieurs femelles. Au fur et à mesure qu’ils grandissent, ils migrent vers de nouveaux endroits.

Ce requin se reproduit chaque année, mais n’a pas de saison d’accouplement définie. Il peut copuler à tout moment de l’année.

Le statut de conservation du requin-renard à gros yeux

Selon l’Union internationale pour la conservation de la nature, le requin-renard à gros yeux est une espèce vulnérable. Cela est dû au fait que les spécimens produisent peu de descendants par portée et au fait qu’ils sont exploités par les entreprises de pêche.

Les menaces du requin-renard à gros yeux

La principale menace qui pèse sur ces requins est la pêche sélective et accidentelle. Leur viande, leurs ailerons, leur peau et leurs foies sont très demandés. Ces requins sont alors capturés par des pêcheurs récréatifs dans divers pays du monde.

Par exemple, en Asie, la commercialisation des ailerons est importante, car ils font partie d’un plat traditionnel chinois. Cependant, les parties les plus recherchées sont leur viande et leur foie. En effet, la première fait partie de la consommation alimentaire humaine, tandis que des huiles à haute teneur en vitamines sont extraites de la seconde.

Heureusement, la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l’Atlantique (ICCAT) et la Commission des thons de l’océan Indien (CTOI) ont interdit la capture de ce requin. Bien que les efforts ne portent pas encore leurs fruits, plusieurs autres pays se sont engagés à coopérer dans le but de sauvegarder la biodiversité marine.

Cela pourrait vous intéresser ...
Requin-ange : habitat et caractéristiques
My AnimalsLisez-le dans My Animals
Requin-ange : habitat et caractéristiques

Le requin-ange est gravement menacé par l'action humaine en Méditerranée. C'est un animal nocturne qui peuple les fonds marins.



  • Moreno, J., & Morón, J. (1992). Reproductive biology of the bigeye thresher shark, Alopias superciliosus (Lowe, 1939). Marine and Freshwater Research43(1), 77-86.
  • Preti, A., Kohin, S., Dewar, H., & Ramon, D. (2008). Feeding habits of the bigeye thresher shark (Alopias superciliosus) sampled from the California-based drift gillnet fishery. CalCOFI Rep49, 202-211.
  • Aalbers, S. A., Bernal, D., & Sepulveda, C. A. (2010). The functional role of the caudal fin in the feeding ecology of the common thresher shark Alopias vulpinus. Journal of Fish Biology76(7), 1863-1868.
  • Nakano, H., Matsunaga, H., Okamoto, H., & Okazaki, M. (2003). Acoustic tracking of bigeye thresher shark Alopias superciliosus in the eastern Pacific Ocean. Marine Ecology Progress Series265, 255-261.
  • Polo-Silva, C., Baigorrí-Santacruz, Á., Galván-Magaña, F., Grijalba-Bendeck, M., & Sanjuan-Muñoz, A. (2007). Hábitos alimentarios del tiburón zorro Alopias superciliosus (Lowe, 1839), en el Pacífico ecuatoriano. Revista de biología marina y oceanografía42(1), 59-69.
  • Polo Silva, C. J. (2008). Ecología trófica de los tiburones zorro Alopias pelagicus NAKAMURA, 1935 y Alopias superciliosus (Lowe, 1839) en el Pacífico Ecuatoriano (Doctoral dissertation, Instituto Politécnico Nacional. Centro Interdisciplinario de Ciencias Marinas).
  • Polo-Silva, C. A. R. L. O. S., Rendón, L., & Galván-Magaña, F. E. L. I. P. E. (2009). Descripción de la dieta de los tiburones zorro (Alopias pelagicus) y (Alopias superciliosus) durante la época lluviosa en aguas ecuatorianas. Pan-American Journal of Aquatic Sciences4(4), 556-571.
  • Weng, K. C., & Block, B. A. (2004). Diel vertical migration of the bigeye thresher shark (Alopias superciliosus), a species possessing orbital retia mirabilia. Fishery Bulletin102(1), 221-229.
  • Matsunaga, H., & Yokawa, K. (2013). Distribution and ecology of bigeye thresher Alopias superciliosus in the Pacific Ocean. Fisheries science79(5), 737-748.
  • Berrondo, L., Pons, M., Forselledo, R., Miller, P., & Domingo, A. (2007). Distribución espacio-temporal y composición de tallas de Alopias superciliosus y A. vulpinus observados en la flota palangrera uruguaya en el Océano Atlántico (2001-2005). ICCAT Collective Volume of Scientific Papers60, 566-576.
  • Chen, C. T., Liu, K. M., & Chang, Y. C. (1997). Reproductive biology of the bigeye thresher shark, Alopias superciliosus (Lowe, 1839)(Chondrichthyes: Alopiidae), in the northwestern Pacific. Ichthyological Research44(2), 227-235.
  • Navia, A. F., Mejía-Falla, P. A., & Caicedo, J. (2011). Guía para la identificación de especies de tiburones y rayas comercializadas en el Pacífico colombiano. Squalus, Fundación Colombiana para la Investigación y Conservación de Tiburones y Rayas.