Infertilité chez le chat : causes, diagnostic et traitement

L'infertilité chez le chat peut avoir de multiples causes, allant d'une tumeur ou d'un kyste à une défaillance chromosomique héritée au fil des générations.
Infertilité chez le chat : causes, diagnostic et traitement

Dernière mise à jour : 21 juillet, 2021

Bien que l’élevage de félins soit de plus en plus répandu dans toutes les régions du monde, la plupart des études concernant l’efficacité de la reproduction chez les animaux de compagnie ont été réalisées chez les chiens. Pourtant, vous serez surpris de savoir que jusqu’à 20 % des chats de la race shorthair sont stériles et ne peuvent pas se reproduire. Savez-vous ce qui cause l’infertilité chez les chats?

Chez cette espèce (Felis silvestris catus), l’infertilité de la femelle peut être due à plusieurs facteurs tels qu’un croisement erroné, un anœstrus prolongé, des périodes de chaleur silencieuses ou des problèmes au niveau hormonal, nutritionnel, dans l’ADN ou encore dans la conformation des chromosomes. Poursuivez donc votre lecture pour en savoir plus.

Le cycle de reproduction félin

Les chats ont plusieurs cycles de reproduction tout au long de l’année, appelés oestrus. La fécondation est interne et se fait par pénétration. Curieusement, c’est l’acte sexuel lui-même qui stimule sexuellement la femelle. Les spicules du pénis du mâle frottent les parois du vagin de la femelle, ce qui favorise l’ovulation si le moment est propice à cela.

Les chattes s’accouplent avec plusieurs prétendants pendant les périodes de chaleur, il est donc très courant qu’une portée soit composée de descendants de plus d’un mâle. Elles atteignent la maturité sexuelle à 4-5 mois et, après la fécondation, la gestation dure environ 66 jours. Le sevrage des petits dure environ 8-10 semaines.

Les phases du cycle ovulatoire félin

Comme l’indiquent ces sources professionnelles, les chattes sont des animaux saisonniers polyestriques. C’est-à-dire qu’elles ont plusieurs cycles ovulatoires tout au long de l’année.

La phase de reproduction a lieu au printemps et en été : une photopériode qui se caractérise par 14 heures de lumière quotidienne favorise la sécrétion de certaines hormones sexuelles. Les différentes phases œstrales sont les suivantes :

  • Prœstrus : Pendant le prœstrus, la femelle attire les mâles qui n’ont pas été stérilisés, mais qui ne sont pas encore prêts à donner naissance à une progéniture. Cette phase ne dure que quelques jours et aucun signe n’indique que la femelle est en chaleur.
  • Œstrus : cette étape dure environ une semaine et c’est à ce moment-là que l’on peut dire que la chatte est en chaleur. La femelle attire clairement les mâles et affiche des comportements d’attachement exagérés, un taux de vocalisations plus élevé et certaines postures. Une femelle dans cet état doit s’accoupler 4 à 6 fois pendant cette période pour tomber enceinte.
  • Interœstrus : si la femelle ne tombe pas enceinte pendant l’oestrus, elle entrera dans l’étape suivante, à savoir dans le processus intermédiaire de la phase de reproduction au cours de laquelle elle n’est pas réceptive. Ce processus dure entre 3 jours et 3 semaines.
  • Anœstrus : c’est la période dormante en dehors de la saison de reproduction et elle dure une grande partie de l’année. Si la photopériode est très perturbée chez une femelle domestique, elle peut entrer en prœstrus même si ce n’est pas l’heure indiquée.
Une chatte enceinte.

Les causes de l’infertilité chez le chat

Maintenant que vous connaissez un peu mieux les singularités reproductives des félidés domestiques, nous sommes prêts à explorer les causes de l’infertilité chez le chat. Restez avec nous !

Reproduction au mauvais moment

Selon des études de la National Library of Medicine, 75 % des éleveurs reproduisent des femelles réceptives avec des mâles pendant les 3 jours suivant le début de l’oestrus. Et ce, car il semble que ce soit à ce moment-là que le taux de réussite le plus élevé.

Cependant, il a également été enregistré que les rapports sexuels qui ont lieu seulement le premier jour de l’œstrua favorisent souvent la libération d’œufs immatures ou de mauvaise qualité.Nous entendons par là que voir une femelle s’accoupler ne se traduit pas toujours par une grossesse.

Il arrive parfois qu’elle n’ait pas commencé à produire des œufs, tandis que d’autres fois, les premiers gamètes sont immatures et défectueuses. Par conséquent, il n’est pas recommandé de croiser le chat uniquement le premier jour de l’oestrus.

L’ovulation spontanée, l’une des causes de l’infertilité

Comme déjà dit plus haut, en règle générale, le chat doit être stimulé par le pénis du mâle pour libérer les œufs. Malheureusement, le processus d’ovulation peut libérer les œufs sans aucun stimulus, ces derniers ne seront donc pas disponibles pendant les rapports sexuels. Ce problème peut survenir chez jusqu’à 87 % des femelles et est plus évident chez les femelles en surpoids.

Parfois, si la femelle se reproduit avec très peu de mâles, elle ne libère pas directement les œufs.

Stress et manque d’expérience

Parfois, une femelle très jeune ou sélective peut rejeter le mâle malgré son apparition au milieu de son œstrus. La probabilité de rejet peut être augmentée si le chat est jeune, ne s’est jamais reproduit ou si les conditions de l’installation ne sont pas optimales.

Des problèmes anatomiques peuvent expliquer l’infertilité

L’atrésie vaginale est une malformation congénitale qui se traduit par l’absence du vagin et de l’utérus. Les femelles atteintes de cette maladie sont incapables de se reproduire, car le sperme du mâle ne peut pas atteindre naturellement les œufs fonctionnels.

Au-delà des problèmes de la femelle, il faut aussi prendre en compte que parfois le problème se trouve chez le mâle. Par exemple, le phimosis ou la présence d’un corps étranger dans le pénis du mâle sont des conditions qui empêchent une bonne pénétration, et donc la fécondation.

Les maladies infectieuses

Peu d’études scientifiques ont quantifié l’infertilité chez les chats due à des infections, mais on sait que ces conditions peuvent entraver la reproduction. Par exemple, certains rétrovirus et parvovirus ont été identifiés comme agents abortifs chez les félins. La bactérie Chlamydophila felis pourrait également entraîner des complications.

D’autres causes

Nous vous avons présenté de nombreux déclencheurs possibles de l’infertilité chez les chats, mais gardez à l’esprit qu’il y en a beaucoup plus. Dans la liste suivante, nous essayons de rassembler le reste des obstacles à la reproduction chez cette espèce :

  • Changements hormonaux ou déficience dans la production de certaines hormones.
  • Kystes ovariens, endométriose chronique et autres conditions anatomiques du système reproducteur.
  • Mauvaise nutrition et problèmes de développement.
  • Conditions héréditaires, y compris des anomalies chromosomiques. Certaines races sont plus sujettes à ces conditions que d’autres.

Comment diagnostique-t-on l’infertilité chez le chat ?

Comme indiqué par le portail vétérinaire VCA Hospitals, le diagnostic de l’infertilité féline commence toujours par une analyse approfondie au niveau physique, car cela permet d’élucider les défaillances systémiques graves pouvant affecter toute la physiologie du chat. Après cette inspection sommaire, les stratégies suivantes peuvent être utilisées :

  • Tests de laboratoire : le comptage des cellules sanguines et la concentration de certaines hormones dans le plasma sanguin peuvent aider à élucider l’infertilité.
  • Tests de détection des infections : l’obtention d’échantillons de la muqueuse de l’animal et d’autres tissus peut permettre l’isolement d’agents pathogènes viraux, bactériens et protozoaires.
  • Culture et cytologie vaginale : l’obtention de prélèvements du tissu vaginal du chat permet d’observer des dysfonctionnements physiologiques ou d’éventuels tableaux infectieux chroniques.
  • Techniques d’imagerie : les échographies, radiographies et les tomographies permettent l’observation des canaux internes de la femelle et des structures ovariennes.

Les traitements possibles

Détecter la cause de l’infertilité chez le chat peut être très complexe, car dans certains cas, cette condition est multifactorielle et s’explique par une myriade de facteurs à la fois endogènes et exogènes. Par conséquent, elle ne peut pas toujours être traitée à court terme ou avec un simple médicament.

Dans les cas où le chat est en parfaite santé et que le dysfonctionnement est dû à un déséquilibre hormonal, certaines injections peuvent être utiles. En revanche, si la présence de kystes ovariens, une défaillance anatomique du vagin ou un type de cancer en est la cause, une intervention chirurgicale sera la première étape à suivre.

L’augmentation des heures de lumière et la réduction du bruit et du stress dans l’environnement de la femelle sont également recommandées dans tous les cas.

Une chatte et ses petits.

Enfin, vous devez garder à l’esprit que parfois la cause de l’infertilité chez le chat est une défaillance chromosomique génétique héréditaire. Dans ces cas, peu importe votre insistance, vous ne ferez que stresser l’animal. Parfois, la femelle ne peut pas se reproduire et il vaut mieux la concevoir uniquement comme un animal de compagnie, sans prétention majeure.

Cela pourrait vous intéresser ...
Comment renforcer le système immunitaire d’un chat ?
My AnimalsLisez-le dans My Animals
Comment renforcer le système immunitaire d’un chat ?

Faire en sorte que le système immunitaire d'un chat fonctionne bien est essentiel pour que ce dernier reste en bonne santé.



  • Infertility in female cats, VCA Hospitals. Recogido a 19 de julio en https://vcahospitals.com/know-your-pet/infertility-in-female-cats
  • Fontbonne, A., Prochowska, S., & Niewiadomska, Z. (2020). Infertility in purebred cats–A review of the potential causes. Theriogenology.
  • Miller, M. A., Ramos-Vara, J. A., Dickerson, M. F., Johnson, G. C., Pace, L. W., Kreeger, J. M., … & Turk, J. R. (2003). Uterine neoplasia in 13 cats. Journal of veterinary diagnostic investigation, 15(6), 515-522.
  • Axnér, E., Ågren, E., Båverud, V., & Holst, B. S. (2008). Infertility in the cycling queen: seven cases. Journal of feline medicine and surgery, 10(6), 566-576.