Les maladies courantes chez le maine coon

Beaucoup des maladies les plus courantes chez le maine coon nécessitent un traitement spécial.
Les maladies courantes chez le maine coon

Dernière mise à jour : 02 janvier, 2022

Si vous aimez les grands chats, le maine coon est une excellente option. Cependant, c’est précisément en raison de sa grande taille qu’il est si important de connaître les maladies courantes chez cette espèce, car beaucoup d’entre elles présentent cette caractéristique.

Si vous envisagez d’adopter un chat de cette race, poursuivez donc votre lecture. Bien que ce chat puisse jouir d’une bonne santé, la prévention de ces maladies nécessite des soins particuliers.

Si vous avez des informations sur les parents de votre chat, vous aurez un avantage en la matière. La plupart des maladies de cette espèce sont congénitales ou liées à sa taille. Un spécimen de cette espèce peut peser jusqu’à 11 kilogrammes et mesurer jusqu’à 120 centimètres de long.

L'une des races de chats les plus agressives.

La cardiomyopathie hypertrophique féline, une des maladies courantes chez le main coon

Dans cette pathologie, la paroi du ventricule gauche du cœur s’épaissit, provoquant une défaillance de la contraction et une détérioration du myocarde. Bien qu’il s’agisse d’une maladie qui n’est pas exclusive à cette race, certaines lignées génétiques identifiées dans le passé souffraient plus fréquemment à cette maladie.

Outre la prédisposition génétique, elle peut être causée par d’autres affections sous-jacentes, telles que l’hyperthyroïdie.

La déformation du sternum

Cette anomalie anatomique est également appelée Pectus excavatum et se caractérise par un sternum enfoncé, formant une vallée avec les côtes. Conséquence de cela : l’os comprime le cœur et les poumons de l’animal, ce qui rend difficile le fonctionnement normal de ces organes.

Si la déformation n’est pas opérée, le chat verra sa qualité de vie fortement réduite, car il sera intolérant à l’exercice et aura des infections respiratoires récurrentes, entre autres problèmes. La chirurgie est assez invasive, mais elle garantit que l’animal peut vivre dans des conditions dignes.

La dysplasie de la hanche

Cette pathologie est liée à la grande taille de l’animal. La dysplasie de la hanche survient lorsque la tête du fémur est déplacée de la cavité de l’articulation, l’acétabulum. Cela, en plus d’une grande douleur pour l’animal, fait que les pattes postérieures forment un X.

Le traitement vise généralement à garantir une qualité de vie à l’animal et à éviter que la blessure ne progresse, afin qu’elle n’entraîne pas de problèmes de mobilité. Des chondroprotecteurs et des analgésiques peuvent également être administrés si nécessaire.

L’obésité

Comme nous l’avons laissé entendre, ces chats sont très gros. Les mâles pèsent environ 11 kilogrammes et les femelles environ 7. À cela, s’ajoute le fait qu’ils ne sont pas très actifs et qu’ils sont très gourmands. Ils prennent donc du poids facilement.

L’obésité s’accompagne de toute une batterie de problèmes, allant des maladies cardiaques aux problèmes articulaires, en passant par le diabète. Il ne faut donc pas laisser la nourriture à la disposition de ces chats, mais la doser en plusieurs rations. Il ne faut pas non plus abuser des friandises et de la nourriture humide.

Il est également conseillé de donner à l’animal une alimentation pauvre en graisses et en glucides. Heureusement, il existe de la nourriture spécialisée pour ce type de chats. Bien entendu, il est nécessaire que le chat fasse de l’exercice quotidiennement.

La polykystose rénale, une maladie qui affecte le maine coon

La polykystose rénale chez le chat est d’origine génétique. Dans celle-ci, des kystes se développent à la surface des reins qui, avec le temps, deviennent plus gros et compliquent le fonctionnement de ces organes.

Les symptômes sont ceux de l’insuffisance rénale : perte de poids, polyurie et polydipsie, mauvaise haleine, anorexie, léthargie, vomissements, diarrhée et douleurs. C’est une maladie incurable, il ne reste donc qu’à faire suivre à l’animal un traitement palliatif pour qu’il ait une qualité de vie aussi bonne que possible. Heureusement, la plupart des chats sont diagnostiqués à l’âge adulte.

La polykystose rénale est due à une anomalie génétique héréditaire.

L’atrophie musculaire spinale

Cette pathologie est congénitale et se transmet sur le mode autosomique récessif. Elle est assez rare, puisque 2 parents porteurs de ce gène ont 25 % de chance de le transmettre à leur progéniture. Néanmoins, sa présence ne peut être exclue lorsque les symptômes apparaissent.

L’amyotrophie spinale correspond à une perte de motoneurones dans la partie caudale de la moelle épinière, entraînant une instabilité progressive et une faiblesse des membres postérieurs. Le muscle s’atrophie peu à peu et entraîne une paralysie des membres postérieurs.

Cette maladie se manifeste à partir de 3-4 mois, mais le chat peut tout de même mener une bonne vie. Bien sûr, il aura besoin de soins particuliers, même s’il ne s’agit pas d’une maladie mortelle ni douloureuse.

L'une des races de chats géants.

Il est possible que toute cette liste vous fasse peur, car de nombreuses maladies sont liées à la génétique et à la morphologie de l’espèce. Cependant, si vous prodiguez à votre maine coon tous les soins dont il a besoin, vous préviendrez bon nombre d’entre elles.

Une bonne alimentation, de l’exercice quotidien et des contrôles réguliers chez le vétérinaire sont la clé pour s’assurer que le maine coon mène une vie merveilleuse avec vous. N’hésitez donc pas à adopter un de ces chats.

Cela pourrait vous intéresser ...
10 raisons pour lesquelles votre chat urine sur le lit
My Animals
Lisez-le dans My Animals
10 raisons pour lesquelles votre chat urine sur le lit

Les raisons pour lesquelles votre chat fait pipi au lit sont variées : stress, litière inadéquate ou mal placée, autres animaux, etc.



  • Meurs, K. M., Sanchez, X., David, R. M., Bowles, N. E., Towbin, J. A., Reiser, P. J., … & Kittleson, M. D. (2005). A cardiac myosin binding protein C mutation in the Maine Coon cat with familial hypertrophic cardiomyopathy. Human Molecular Genetics14(23), 3587-3593.
  • MacDonald, K. A., Kittleson, M. D., & Kass, P. H. (2008). Effect of spironolactone on diastolic function and left ventricular mass in Maine Coon cats with familial hypertrophic cardiomyopathy. Journal of veterinary internal medicine22(2), 335-341.
  • Loder, R. T., & Todhunter, R. J. (2018). Demographics of hip dysplasia in the Maine Coon cat. Journal of feline medicine and surgery20(4), 302-307.