Rachitisme chez le chien : symptômes et traitement

Les grandes races de chiens ont tendance à être plus susceptibles de souffrir de rachitisme, car elles grandissent rapidement, et toute anomalie peut épuiser leurs réserves de calcium, de phosphore et de vitamine D.
Rachitisme chez le chien : symptômes et traitement

Dernière mise à jour : 28 décembre, 2021

Au cours des 12 premiers mois de la vie d’un chien, ses muscles et ses os sont hautement métaboliques. Cela le rend sensible à certaines pathologies pouvant causer des problèmes de développement. Parmi elles, figure le rachitisme, une maladie qui provoque des malformations osseuses et une faiblesse généralisée du système locomoteur.

Le rachitisme est la conséquence de carences nutritionnelles, qui peuvent être dues à une mauvaise alimentation ou à une pathologie sous-jacente. C’est une maladie rare, mais ses conséquences peuvent être graves et irréversibles. Poursuivez donc votre lecture pour en savoir plus sur cette maladie.

Qu’est-ce que le rachitisme ?

Le rachitisme est une maladie causée par une carence en phosphore, en calcium ou en vitamine D. Cela empêche les os de bien se minéraliser pendant le développement, de sorte qu’ils se déforment et deviennent plus faibles et plus sujets aux fractures. Les signes avant-coureurs les plus évidents apparaissent lorsque la maladie est à un stade avancé.

Cette maladie ne se développe que chez les chiots de moins de 12 mois. Les adultes peuvent souffrir d’une maladie similaire appelée ostéomalacie, qui affecte les os matures. Les causes peuvent être les mêmes, mais les effets diffèrent quelque peu, car ils surviennent à deux stades de développement différents.

Un chien mal nourri regarde la caméra.

Le mécanisme de la pathologie

La vitamine D est un nutriment essentiel pour le métabolisme, car elle permet au corps de bien absorber le calcium et le phosphore des aliments. Grâce à elle, la réserve de ces minéraux est maintenue et les os se développent bien.

Le rachitisme apparaît lorsque l’alimentation du chien n’apporte pas des quantités suffisantes de ces 3 éléments. Par conséquent, le corps ne peut pas bien construire les os, qui sont alors plus faibles : le squelette est incapable de supporter le poids du chien et commence à se déformer, c’est pourquoi les arcs classiques de la maladie apparaissent.

Les différents types de rachitisme canin

Le rachitisme peut être classé selon l’origine de la carence nutritionnelle. Il existe 3 types types différents de la maladie. Ce sont les suivants :

  • Rachitisme nutritionnel. Il est généralement causé par une alimentation domestique mal équilibrée, qui provoque une carence en phosphore, calcium et vitamine D. C’est de loin le type le plus courant.
  • Rachitisme vitamino-D dépendant de type 1. Il est causé par une maladie génétique qui réduit la production de calcitriol, une forme active de la vitamine D. Cette maladie provoque une mauvaise calcification des os et des déformations.
  • Rachitisme vitamino-D dépendant de type 2. Il est causé par une maladie génétique qui empêche l’organisme de reconnaître le calcitriol, la calcification ne s’effectue donc pas correctement.

Les symptômes

Le rachitisme chez le chien provoque différents problèmes qui s’aggravent avec le temps. Dans la plupart des cas, la maladie n’est diagnostiquée que lorsque les dommages sont graves ou irréversibles. La liste suivante regroupe les signes cliniques les plus courants :

  • Léthargie
  • Croissance lente
  • Boiterie
  • Douleur articulaire
  • Mouvements rigides
  • Gonflement des extrémités
  • Fracture
  • Ramollissement de la mâchoire (syndrome de la mâchoire gingivale)
  • Cambrure des pattes (déformation)

Les causes du rachitisme

Comme mentionné précédemment, la principale cause du rachitisme chez le chien est un régime alimentaire inadéquat. Cependant, certaines maladies et certaines situations peuvent également conduire à cette pathologie. Parmi elles, figurent les suivantes :

  • Problèmes rénaux. Ils empêchent la réabsorption du phosphore, ce qui perturbe la réserve de ce minéral dans l’organisme.
  • Syndrome de Fanconi. Il se caractérise par la perte continue de phosphore par l’urine.
  • Maladies génétiques. Elles provoquent des mutations dans les gènes impliqués dans le métabolisme du calcium ou du phosphore. Ce sont elles qui provoquent le rachitisme vitamino-D dépendant de type 1 et 2. Le poméranien fait partie des chiens les plus touchés.
  • Troubles du système digestif. Il est probable que certains troubles du biote intestinal, des parasitismes ou certaines néoplasies puissent provoquer une malabsorption de la vitamine D.
  • Mauvais allaitement. Le lait maternel est essentiel au développement des chiots. Si la mère ne peut pas bien nourrir ses petits, ils sont susceptibles de souffrir de rachitisme.

Diagnostic et traitement

Le diagnostic du rachitisme chez le chien est établi au moyen de 3 tests : tests sanguins, radios et biopsies osseuses. Les deux premières sont les techniques les plus courantes et sont utilisées ensemble pour déterminer les causes de la maladie. La dernière est moins courante, en raison de ses effets secondaires.

Tout d’abord, le vétérinaire vérifie les niveaux de calcium, de phosphore et de calcitriol dans le sang de l’animal. Il sera ainsi capable de déterminer s’il y a un problème dans le métabolisme et à quel point ce problème est grave. Les tests radiologiques consistent à capturer des images des os (rayons X), lesquelles permettront d’observer toute altération osseuse chez le chien.

Une fois que le diagnostic a été établi, le traitement consiste à compenser la carence en minéraux ou en vitamine D. Cependant, cela ne permet de traiter que le problème de la formation osseuse, mais ne résout pas les maladies à l’origine de la carence.

Dans le cas particulier des affections congénitales, une supplémentation en vitamine D est généralement nécessaire à vie. En effet, le métabolisme du chien ne peut pas compenser à lui seul la carence en nutriments, car la maladie provient de mutations directes dans le génome. C’est pourquoi on parle de « rachitisme vitamino-D-dépendant ».

Le pronostic du rachitisme

Les premiers symptômes du rachitisme chez le chien disparaissent peu de temps après le début du traitement. Avec un diagnostic rapide, la plupart récupèrent presque complètement. Cependant, cela ne s’applique que lorsque les causes du problème sont des carences nutritionnelles ou des maladies génétiques. Le vétérinaire peut également prescrire des anti-inflammatoires pour soulager la douleur.

De plus, si le diagnostic est posé à temps, même les malformations osseuses peuvent disparaître au fur et à mesure de la croissance.Le pronostic peut être différent lorsque le rachitisme est causé par d’autres maladies. Dans ces cas, l’amélioration du chiot dépendra entièrement de la gravité de son état et de son évolution clinique.

Un exemple de dénutrition chez le chien.

Le rachitisme est une maladie rare, car la plupart des régimes commerciaux pour chiens fournissent suffisamment de nutriments. Cependant, si vous identifiez des signes avant-coureurs, consultez rapidement un vétérinaire. Gardez à l’esprit qu’un diagnostic opportun peut complètement changer le pronostic de la maladie.

Cela pourrait vous intéresser ...
Les maladies les plus courantes chez les chihuahuas
My Animals
Lisez-le dans My Animals
Les maladies les plus courantes chez les chihuahuas

Les chihuahuas sont un excellent choix comme animal de compagnie, bien qu'ils soient sensibles à certaines maladies courantes.



  • Wester, J. (1932). Enfermedades de los animales domésticos por carencia mineral. Revista de la Facultad de Medicina Veterinaria y de Zootecnia, 4(36), 523-534.
  • Ochoa, L. N., & Bouda, J. (2007). Patología clínica veterinaria. UNAM, Facultad de Medicina Veterinaria y Zootecnia.
  • Perales, V. A. (2009). Osteodistrofias en perros: una visión nutricional. TecnoVet, 15(2).
  • Dittmer, K. E., & Thompson, K. G. (2011). Vitamin D metabolism and rickets in domestic animals: a review. Veterinary Pathology, 48(2), 389-407.
  • Zafalon, R. V. A., Ruberti, B., Rentas, M. F., Amaral, A. R., Vendramini, T. H. A., Chacar, F. C., … & Brunetto, M. A. (2020). The Role of Vitamin D in Small Animal Bone Metabolism. Metabolites, 10(12), 496.
  • LeVine, D. N., Zhou, Y., Ghiloni, R. J., Fields, E. L., Birkenheuer, A. J., Gookin, J. L., … & Feldman, D. (2009). Hereditary 1, 25-dihydroxyvitamin D-resistant rickets in a Pomeranian dog caused by a novel mutation in the vitamin D receptor gene. Journal of veterinary internal medicine, 23(6), 1278.